La CNIL inflige 20 000€ d’amende à une entreprise qui filmait ses salariés en continu

Sur le web

Par Remi Lou le

Une entreprise spécialisée dans la traduction s’est vu infliger une amende administrative de 20 000 euros après avoir filmé en continu ses employés à leur poste de travail.

Imaginez-vous installé à votre poste de travail, avec une caméra qui épie vos moindres faits et gestes, tout cela en continu. Non, ce n’est pas un futur dystopique issu d’un épisode de Black Mirror, mais bien une réalité dans la société UNIONTRAD COMPANY. Celle-ci vient de se faire épingler par la CNIL et condamner à verser 20 000 euros après avoir filmé ses salariés en continu sans jamais leur avoir clairement expliqué qu’ils étaient filmés.

Les conditions très strictes de la vidéosurveillance en entreprise

UNIONTRAD COMPANY est une société spécialisée dans la traduction et compte neuf salariés. Ce sont ces salariés qui ont alerté la CNIL d’un souci de taille dans l’entreprise : la présence d’une caméra dans leur bureau allumée 24h/24h. Le problème, c’est que ce système de vidéosurveillance n’a jamais été clairement indiqué aux salariés, et surtout qu’il les filmait en continu.

Cette pratique est tout simplement illégale. Il est en effet possible d’installer un système de vidéo surveillance dans une entreprise au niveau des entrées et sorties des bâtiments, des voies de circulation, ou encore des zones contenant des biens de valeur. Toutefois, il est strictement interdit de filmer les employés devant leur poste de travail, sauf cas très particuliers dans lesquels l’employé serait amené à manipuler de l’argent, par exemple. Et encore, dans ce cas bien précis, la caméra doit se concentrer sur l’argent manipulé et éviter de pointer directement vers le salarié.

Pourtant, les traducteurs d’UNIONTRAD COMPANY étaient loin de remplir ces conditions particulières. Pour couronner le tout, les postes informatiques de l’entreprise n’étaient pas sécurisés par un mot de passe, et la messagerie professionnelle commune à tous les traducteurs était partagée avec un mot de passe unique.

Après une première mise en demeure en juillet 2018, la CNIL a décidé d’infliger 20 000 euros d’amende après un second contrôle en octobre dernier qui a révélé que l’entreprise n’avait rien fait pour remédier à ses manquements. Si la CNIL a décidé de rendre sa décision publique, c’est notamment pour informer concernant la sensibilité particulière de la vidéosurveillance en entreprise, constituant parfois un grave manquement à la protection de la vie privée.

Source: CNIL

10 réponses à “La CNIL inflige 20 000€ d’amende à une entreprise qui filmait ses salariés en continu”

  1. C’est bien… mais quid de la vidéo surveillance dans la rue ? avec reconnaissance faciale (en test à Nice) ?????

  2. Et alors ? en quoi ça donne le droit à n’importe quel élu de surveiller 24h24 les gens dans la rue ??
    « Oui mais la délinquance… » appliquons les lois chose qui n’est pas faite ajd.

  3. Ces images ne sont pas pour les élus, ils sont pour les services de Police, encadrés par la loi.
    Nous sommes bien contents de ces caméras pour retracer le parcours d’une personne disparue, d’un pédophile, d’un violeur, d’un meurtrier, …
    Lieu public signifie lieu public, je suis d’accord que cela ne doit pas devenir un lieu « enregistré » mais rester un lieu « surveillé » au cas où, et seulement au cas où (via demande motivé de juges, magistrats dans un cadre clair d’une enquête de police).

  4. Pour les cas cités j’adhère à 100% 👍

    Mais vous verrez ces caméras greffés avec de l’IA et c’est une source inépuisable de millions de PV tous plus absurdes les uns que les autres et ça arrive vite, très vite.

  5. On a plusieurs exemples dans le monde qui nous prouvent que vos exemples en pratique ne « fonctionnent pas » si on peut dire.

    En Angleterre il y a pas loin d’1 caméra pour 10 personnes. Est-ce qu’elles empêchent les meutres ou les viols dans la rue ? Non. D’ailleurs elles n’ont servi que dans 3% des enquêtes à peine (d’après un chef de Scotland Yard en 2008). Vous allez peut être me dire « 3% c’est suffisant » ? 3% pour 6 million de caméras et ce qu’elles coûtent ? Autant embaucher plus de flics non ? Ca baissera le chômage en plus. Puis autant aller chercher les causes du banditisme pour les contrer à la source (éducation, pauvreté…) histoire de vraiment chercher à être efficace.

    Non en réalité, les caméras c’est pour donner un (faux) sentiment de sécurité, au prix de beaucoup de « risques »…

    En effet avoir des caméras de partout c’est la porte ouverte en cas de système un peu moins démocratique pour avoir de « léger soucis ». Allez voir en Chine comment ça se passe. Imaginez les grands dictateurs du 20e siècle avec les moyens que nos supers démocraties ont mis en place !

    « Non mais ça n’arrivera jamais en France, notre démocratie est forte blabla », regardez la Pologne, la Hongrie ou le Brésil (et plein d’autres) pour constater à quel point c’est extrêmement fragile au contraire…

    Et c’est sans poser des questions de piratage ou de vol de données…

  6. On a plusieurs exemples dans le monde qui nous prouvent que vos exemples en pratique ne « fonctionnent pas » si on peut dire.

    En Angleterre il y a pas loin d’1 caméra pour 10 personnes. Est-ce qu’elles empêchent les meutres ou les viols dans la rue ? Non. D’ailleurs elles n’ont servi que dans 3% des enquêtes à peine (d’après un chef de Scotland Yard en 2008). Vous allez peut être me dire « 3% c’est suffisant » ? 3% pour 6 million de caméras et ce qu’elles coûtent ? Autant embaucher plus de flics non ? Ca baissera le chômage en plus. Puis autant aller chercher les causes du banditisme pour les contrer à la source (éducation, pauvreté…) histoire de vraiment chercher à être efficace.

    Non en réalité, les caméras c’est pour donner un (faux) sentiment de sécurité, au prix de beaucoup de « risques »…

    En effet avoir des caméras de partout c’est la porte ouverte en cas de système un peu moins démocratique pour avoir de « léger soucis ». Allez voir en Chine comment ça se passe. Imaginez les grands dictateurs du 20e siècle avec les moyens que nos supers démocraties ont mis en place !

    « Non mais ça n’arrivera jamais en France, notre démocratie est forte blabla », regardez la Pologne, la Hongrie ou le Brésil (et plein d’autres) pour constater à quel point c’est extrêmement fragile au contraire…

    Et c’est sans poser des questions de piratage ou de vol de données…

  7. Super réponse, appuyée, documentée.
    Je dois te donner raison car c’est le cas.
    Maintenant y’a la théorie et la pratique…

  8. Après le but est aussi surtout dissuasif je pense , tout comme les vendeur en supérette qui mettent une fausse caméra pour faire croire à une surveillance permanente ^^ 
        Et puis toute la société moderne mondiale repose sur la dissuasion nucléaire avec des engins dont les coûts d’entretien/test/mise en place se chiffrent en % de PIB, c’est pas plus ahurissant que d’imaginer des systèmes semblables pour la sécurité interne , tout comme la proposition que l’on entend de temps de mettre constamment des flottes de drones en patrouille dans les grandes villes, faire peur plutôt que d’éduquer ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *