Les entreprises US continuent à commercer avec Huawei malgré les interdictions

Business

Par Henri le

L’interdiction des ventes imposée aux entreprises américaines n’est pas complètement efficace. Certaines d’entre elles continuent en effet de détourner le règlement pour servir Huawei.

La guerre économique est ouverte entre la Chine et les États-Unis, et le pays de l’oncle Sam a décidé de s’attaquer tout particulièrement à Huawei. C’est ainsi que le Departement du Commerce a inscrit le géant de la high-tech sur une liste qui l’empêche d’acheter des technologies américaines sans disposer d’une dérogation spéciale du gouvernement.

Bien évidemment, la firme chinoise n’est pas la seule à être pénalisée. De nombreuses entreprises américaines travaillent en étroite collaboration avec le constructeur, qui dépense une petite fortune chez ces dernières. C’est notamment le cas des fournisseurs de composants électroniques, qui voient ici partir un très gros client.

Le New York Times indique d’ailleurs que plusieurs d’entre eux ont essayé de faire plaider leur cause auprès des autorités US. D’autres ont décidé de contourner le règlement et de continuer leurs affaires, quel que soit le risque. Il ne s’agit pas de n’importe qui puisque le journal cite des firmes comme Intel et Micron parmi les « fraudeurs ». Ces derniers auraient acheté de nombreux composants fabriqués hors des frontières américaines. Au total des centaines de millions de dollars de contrat ont déjà été signés depuis la mise en place de l’interdiction.

Si ces deux sociétés n’ont pas voulu commenter ces dires, le président du Semiconductor Industry Association a expliqué « qu’il est maintenant évident que certaines pièces peuvent être vendues/fournies à Huawei, conformément à la liste des entités et aux réglementations applicables ». Une déclaration un peu vague derrière laquelle ces entreprises pourront toujours se dissimuler.

Il ne faudrait pas que cette situation dure, car ces multinationales pourraient être tentées de délocaliser leur production à l’étranger, provoquant la conséquence inverse de l’interdiction.