Le groupe Facebook pour pénétrer dans la zone 51 compte désormais plus d’un million de participants

Sur le web

Par Henri le

Le mouvement « Strom Area 51 » a fait vibrer les réseaux sociaux ce weekend. Il remet ce lieu mythique et empli de mystères sur le devant de la scène médiatique.

Depuis sa création par le président Truman dans les années 50, la zone 51 aliment les fantasmes les plus fous. Pensée pour mener des expérimentations de pointe sur des technologies liées à l’aviation, cette base militaire située dans le désert du Nevada a rapidement attiré l’attention du public et des médias. C’est notamment le cas des ufologues amateurs, dont certains estiment qu’elle abrite des preuves de l’existence d’extra-terrestre ou de technologie leur appartenant.

Et après toutes ces années, l’intérêt des Américains pour l’endroit n’a pas faibli. Un évènement Facebook nommé « Storm Area 51 » (littéralement, « Prenons d’assaut la zone 51 ») connait en effet un immense succès sur la plateforme. Et pour cause, ils seraient plus d’un million à vouloir foncer sur la base pour en découvrir les potentiels secrets ! De plus, plus de 900 personnes ont signalé « être intéressées » par l’opération, qui doit se dérouler le vendredi 20 septembre 2019, à 3 heures du matin.

La description de l’événement est plutôt laconique, et prête à sourire :

Nous nous rejoindrons à l’Area 51 Alien center (un relais routier près de la base) afin de coordonner notre entrée. Si nous courons comme dans Naruto, nous pourrons bouger plus vite que leurs balles. Allons voir ces aliens.

Si le ton de l’ensemble laisse penser à une boutade, l’ampleur qu’a prise le ralliement pourrait mener à une action, même de moindre envergure. Une idée plutôt risquée étant donné que les militaires présents ont le droit d’utiliser la force létale pour arrêter tous ceux qui pénètrent dans la zone. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé au mois de janvier dernier, lorsqu’un homme trop curieux avait été abattu. Mais que faire face à une telle marée humaine ? Vous avez trois heures.