DJI travaillerait sur son premier drone de course pour le FPV

drone

Par Henri le

DJI règne en maître sur le marché des drones grand public, grâce à un large catalogue destiné à presque toutes les bourses. Mais le géant chinois aimerait s’attaquer à un nouveau genre de machines.

DJI a bien l’intention de rester le leader du marché des drones grand public. Cela risque d’ailleurs d’être le cas pendant un bon moment. Après l’abandon de marque comme GoPro ou 3D Robotics, Parrots vient également d’annoncer qu’il ne produirait plus certains mini-modèles. La firme chinoise occupe efficacement le marché avec des modèles bien placés en termes tarifaires et une expérience utilisateur très satisfaisante. Elle semble néanmoins vouloir étoffer encore un peu plus son catalogue, comme l’indique le site DroneDJ. Ce dernier a ainsi constaté que trois nouvelles références aux noms évocateurs ont fait leur apparition sur le site de la Federal Communications Commission (FCC), l’organisme américain qui certifie et valide tous les périphériques qui émettent des ondes électromagnétiques destinées à la vente aux États-Unis.

Les noms de ces derniers ne laissent que peu de place au doute : “DJI FPV Air Unit,” “DJI FPV Remote Controller,” et “DJI FPV Goggles”. Le terme FPV signifie « First Person View » que l’on peut traduire par « vue subjective ». Il s’agit de machine capable d’atteindre de grandes vitesses, et d’offrir une bonne immersion grâce au casque porté par le pilote.

Et la communauté des amateurs de ce type de drone grandit à vue d’œil. Des compétitions sont désormais organisées un peu partout dans le monde, et les manœuvres de certains conducteurs talentueux se partagent massivement sur les réseaux sociaux. Il parait donc normal que DJI veuille s’adresser à eux. En 2017, la marque avait sorti un casque compatible avec plusieurs de ses drones, mais elle a désormais l’air de vouloir passer à la vitesse supérieure.

Cependant, ces machines sont beaucoup plus enclines aux chocs et crashs. C’est notamment pour cela que les amateurs les montent eux-mêmes avec des pièces détachées. Il faudra donc que la société y réfléchisse avec attention lors de la conception. Mais le public pourrait répondre au rendez-vous.