Des chercheurs veulent mesurer votre tension à travers des selfies

Science

Par le

Une équipe de chercheurs du Canada et de Chine travaille sur une nouvelle méthode de mesure de la pression artérielle, à travers… des selfies vidéo.

© University of Toronto

Des équipes de l’université de Toronto et de l’Université Normale de Hangzhou viennent de publier une preuve de faisabilité assez saisissante, relayée par TNW. Dans une vidéo de présentation, on peut voir des gens prendre une simple vidéo de leur visage et en retirer des informations sur leur santé, dont leur pression sanguine. Mais ce n’est pas tout : l’appli utilisée permettrait même de décoder des informations relatives aux émotions et au stress, et ce même à partir d’une vidéo déjà enregistrée.

La vidéo présente deux exemples : un avec le président des États-Unis Donal Trump, et l’autre avec un streamer en pleine partie de FPS. D’après Kang Lee, directeur de l’équipe de recherche, la précision obtenue était supérieure à 95% sur les 1328 canadiens et chinois testés à l’aide d’un iPhone, par rapport à une mesure standard au tensiomètre.

Un très bon résultat, qui a amené l’équipe à qualifier cette technique de “futur de la surveillance médicale”. Sans toutefois s’aventurer sur ce terrain, il faut admettre qu’elle présente effectivement des arguments de premier plan. Cela pourrait par exemple éviter un voyage pour un contrôle de routine, ou dispenser de l’achat d’un appareil spécialisé parfois coûteux (45 à 1500€ pour un tensiomètre) en l’absence de maladie cardiovasculaire avérée.

L’imagerie transdermique au cœur du procédé

La technique utilisée se nomme Transdermal Optical Imaging, ou Imagerie transdermique. La peau est un matériau dit translucide : quand la lumière atteint le visage, elle pénètre dans la peau jusqu’aux molécules d’hémoglobine du sang. Le capteur du téléphone va mesurer la quantité de lumière rouge réfléchie, qui sera proportionnelle à la quantité d’hémoglobine présente en un point. A partir de là, le programme effectue une calibration selon la couleur de peau et la lumière ambiante pour quantifier et de visualiser les variations du flux sanguin en profondeur.

Avec un entrepreneur, l’équipe de recherche a déployé son système dans une application disponible au grand public baptisée Anura, disponible ici. Nos tests se sont toutefois révélés très décevants…

Une appli publique pas encore au point

Lors d’un premier test avec un Samsung Galaxy S7 Edge, il nous a déjà fallu plusieurs minutes pour trouver un éclairage parfait, qui ne soit ni trop faible ni trop intense. L’application est très capricieuse à ce niveau. A l’arrivée, après plusieurs minutes de test, impossible d’arriver au bout du test.

Lors d’un second test avec un Galaxy Note 9, l’appli a grogné plusieurs fois, jugeant l’éclairage de l’arrière-plan trop important alors qu’il s’agissait d’un coin sombre. Nous avons finalement réussi à arriver au bout du test, mais là encore, la déception est au rendez-vous : l’appli nous apprend que “la mesure du flux sanguin n’était pas fiable” et nous invite à réessayer dans des conditions d’éclairage plus favorables.

Nous n’avons pas testé plus loin : dix minutes pour prendre sa tension, c’est déjà bien trop pour être utile en conditions réelles, même si le test avait réussi – ce à quoi nous ne sommes pas parvenus. D’autant plus qu’en l’état actuel des choses, l’application a l’air de nécessiter un véritable studio photo quasiment professionnel pour remplir l’ensemble des conditions demandées.

Si Anura n’est pas encore au point, le concept reste intéressant et prometteur : on rappelle que cette application a seulement vocation à être une démonstration du concept, pas encore un outil entièrement fonctionnel. Reste à en augmenter la flexibilité tout en conservant la précision annoncée, ce qui s’annonce difficile mais pas impossible. Nous suivrons en tout cas avec un intérêt tout particulier l’évolution de ces technologies, qui une fois peaufinée et étendue à d’autres constantes, pourraient potentiellement faire de nos smartphones un outil d’imagerie médicale de premier plan !