Rentrée : lancement de la première assurance scolaire anti-cyberharcèlement

Sécurité

Par Amandine Jonniaux le

Si le service est déjà proposé dans certains pays, c’est une première en France. À partir de la rentrée 2019, l’assurance scolaire de la Banque Casino ajoutera une option à son offre classique, destinée à gérer les situations de cyberharcèlement. 

Ce n’est pas une surprise, le harcèlement sur les réseaux sociaux est un véritable phénomène de société chez les adolescents. Selon un récent sondage IFOP commandé par France Info, un jeune majeur sur cinq révélait d’ailleurs en avoir été victime au cours de sa scolarité. Pour pallier à cet épineux problème, dont les conséquences peuvent potentiellement être dramatiques sur le long terme, la Banque Casino propose depuis la rentrée 2019 une option à son offre classique, visant à garantir la sécurité des élèves “contre les risques des réseaux sociaux”. Souscrivable gratuitement, le service ne fait pas augmenter le prix initial de l’assurance, facturée 12,90€ par an et par enfant. En plus de fournir une aide psychologique et juridique à la famille en cas de cyberharcèlement, l’assurance propose également de “faire disparaître au mieux” les éventuelles traces du litige, en faisant notamment appel à des spécialistes de l’enfouissement des données comme l’expliquait récemment Marc Lanvin (Directeur général adjoint de la Banque Casino) à BFMTV.

Une prise en charge à hauteur de 500€ qui pourrait faire office de déclencheur chez certains autres assureurs scolaires. Pour rappel, les auteurs de cyberharcèlement, mêmes mineurs risquent gros : jusqu’à 18 mois d’emprisonnement en cas de circonstances aggravantes, et 7500€ d’amende. En dessous de 13 ans, la prison n’est pas envisagée, mais les tribunaux pour enfants peuvent décréter plusieurs sanctions, allant du rappel à l’ordre au placement en centre, en passant par la confiscation d’objets (téléphones, ordinateurs…) et l’interdiction de fréquenter certains lieux. 

Même si des recours juridiques existent en France, plusieurs lignes d’écoute sont aussi disponibles en cas de besoin, ou simplement pour obtenir des informations précises sur le sujet. Deux numéros gratuits sont d’ailleurs disponibles : Le 3020 “Non au cyberharcèlement” géré par le ministère de l’Éducation nationale, et le 0800 200 000 qui permet d’être mis en relation avec l’association E-Enfance. 

Source: BFMTV