Un continent perdu a été découvert sous l’Europe : le Grand Adria

Science

Par Jason Mathurin le

Une équipe de scientifiques a découvert les traces d’un ancien continent de la taille du Groenland, enfoui sous les entrailles de l’Europe : le Grand Adria. 

Oubliez l’Atlantide ! Une équipe de géologues a découvert les traces d’un continent enseveli sous l’Europe, il y a près de 120 millions d’années, rapporte le Parisien. Son nom : Grand Adria. C’est ce que les chercheurs relatent dans leur étude, publiée dans la revue Gondwana Research. Ce continent serait un morceau d’un des anciens supercontinents, issus de la dislocation de la Pangée qui se serait retrouvé englouti sous le continent européen. L’hypothèse n’est pas nouvelle, mais rien ne permettait jusqu’ici de la confirmer ou de l’infirmer. De récentes analyses des roches sédimentaires européennes ont cependant permis au groupe de chercheurs de retrouver des traces de l’existence de Grand Adria et de reproduire un modèle de ce à quoi ressemblait le monde, avant qu’il ne soit absorbé par le continent européen.

Crédits: VAN HINSBERGEN ET AL., GONDWANA RESEARCH

Mais que s’est-il passé ? Revenons 240 millions d’années en arrière : à ce moment-ci de l’Histoire, les terres émergées constituent deux supercontinents : la Laurasie au nord, et le Gondwana au sud. Des morceaux du Gondwana – qui comprenait l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Australie, l’Antarctique et le sous-continent indien – vont cependant se détacher et se mettre à remonter vers le nord. Parmi ces fragments, une partie du Maghreb, l’Espagne, le sud de la France et le Grand Adria, de la taille du Groenland. Lorsque ce dernier se heurte à l’Europe, il perd cependant le combat. L’Europe, plus massive, l’a littéralement englouti. Les miettes de croûte du Grand Adria, qui se sont détachés et se sont dispersées sur des dizaines de pays ont cependant permis aux chercheurs de reconstituer l’histoire de ce continent oublié. Une tache qui a pris du temps car les logiciels de l’époque n’étaient pas assez puissants pour traiter autant de données, mais qui en valait la peine : les chercheurs savent désormais que le continent submergé se trouve aujourd’hui à quelques 1500 km de la surface terrestre.