Catégories: Gadget Ville de Geeks

Berceau connecté Snoo : la solution miracle pour faire dormir les bébés ?

Le berceau connecté Snoo Smart Sleeper promet aux parents un miracle : endormir facilement leur ... ...

Le berceau connecté Snoo Smart Sleeper promet aux parents un miracle : endormir facilement leur bébé ! Son prix élevé (1300 euros) et son fonctionnement soulevant pas mal de questions sur internet, nous sommes allés voir l'appareil avant d'interroger quelques professionnels de la petite enfance. Voilà ce qu'il faut en retenir.

Ce berceau est génial, il nous a sauvé”, “NUL, mon bébé de deux mois ne le supporte pas”… Sur Internet, le Snoo Smart Sleeper déchaîne les passions. Pas étonnant. Ce berceau connecté de luxe (il coûte 1295 euros) promet aux parents quelque chose de quasi miraculeux : faire dormir rapidement leur bébé ! Ceux qui ont déjà déjà côtoyé des nourrissons ou leurs parents les premiers mois savent que la tâche n’a rien d’aisé. Mais le concepteur du Snoo Smart Sleeper, le pédiatre américain Harvey Karp est persuadé d’avoir trouvé la formule magique. Celle-ci repose sur plusieurs dispositifs :

  • des capteurs qui détectent les pleurs et les mouvements du bébé
  • un système d’emmaillotage censé rassurer et maintenir le bébé dans une position sécurisée
  • le déclenchement automatique de bercements et de sons apaisants appelés “bruits blancs” en cas de pleurs ou de grande agitation

D’après son concepteur, cette formule trois-en-un rappellerait aux bébés l’environnement intra-utérin et contribuerait ainsi à les rassurer. Mais le fonctionnement de l’appareil destiné aux enfants de 0 à 6 mois soulève beaucoup de questions sur internet. Pour nous faire une idée plus précise, nous sommes allés voir l’appareil en démo puis interroger plusieurs professionnels de la petite enfance. Voilà les quatre points à retenir.

1/ Design et fonctionnement

Ligne épurées, design moderne, matériaux de qualité… aucun doute, le Snoo Smart Sleeper est élégant. A ce niveau de prix, ceci dit, c’est la moindre des choses ! Son mode d’emploi est quant à lui simple : il suffit de mettre le bébé dans une turbulette conçue spécialement pour le maintenir emmailloté et qui se fixe de chaque côté du matelas. De cette façon, le bébé ne risque pas de se retourner sur le ventre lorsqu’il est emmailloté (ce qui pourrait être dangereux) ni de bouger lorsque l’appareil le berce.

Le Snoo Smart Sleeper est par ailleurs équipé de capteurs situés sous le matelas et chargés de détecter les pleurs et mouvements du bébé. Si l’enfant pleure et s’agite beaucoup, le berceau peut déclencher automatiquement la diffusion de sons apaisants appelés bruits blancs et de mouvements destinés à l’aider à trouver le sommeil. Nous étions curieux de voir tout cela en démo après avoir lu quelques commentaires de parents alarmés par la vigueur des bercements. Ces derniers nous ont finalement parus très doux même lorsque l’appareil atteint le niveau le plus élevé. Les trois turbulettes (une en taille S, une en M et une en L) et le drap housse fournis respirent la qualité et se lavent sans problème. Le filet qui entoure le berceau est lui aussi supposé s’enlever mais le démonstrateur n’y est pas parvenu. On conseille donc vivement aux utilisateurs d’essayer de le préserver des taches de vomi autant que possible…

2/ L’emmaillotage : une bonne idée ?

Beaucoup moins utilisé ces dernières décennies en France, l’emmaillotage revient en force et est un des éléments clés du fonctionnement du Snoo Smart Sleeper. Ce dispositif peut-il être bénéfique au bébé ? Oui estiment plusieurs experts que nous avons interrogés. “Pendant les premiers mois de vie, des structures neurologiques se mettent en place chez le bébé. Il grandit par ailleurs beaucoup, c’est un travail métabolique énorme. Pendant cette période, il ne faut donc pas que le bébé soit trop dérangé ni exagérément stimulé. L’emmaillotage peut avoir des effets positifs à ce niveau”, nous explique Oreste Battisti, professeur de pédiatrie à l’université de Liège. Un point de vue partagé par la plupart des professionnels de la petite enfance que nous avons interrogés.

Le Snoo Smart Sleeper a t-il donc tout bon ? Pas sûr.L’emmaillotage peut faire du bien à certains bébés très agités mais il ne sera pas adapté à tous les enfants. Et dans tous les cas, on n’emmaillote plus un bébé passé deux mois et demi. L’enfant est alors bien trop grand, cela n’a pas de sens de continuer”, nous explique Anna Roy, sage femme aux Bluets et chroniqueuse à La Maison des maternelles.

3/ Les bruits blancs : une technique sans danger ?

C’est l’une des caractéristiques du berceau Snoo Smart Sleeper qui soulève le plus de questions. Les bruits blancs, ces sons diffus censés masquer les bruits parasites et aider à dormir sont-ils vraiment efficaces ? Et surtout sont-ils sans danger pour les bébés ? Hélas pour l’heure, les scientifiques n’ont pas de réponses à ces questions. “L’impact du bruit blanc, sur le sommeil dans sa totalité (c’est à dire pas uniquement l’endormissement) et à long terme est encore peu évalué scientifiquement”, nous explique Stéphanie Mazza, chercheuse au sein du laboratoire Health Services and Performance Research (Hesper) de l’université Lyon 1. Et si la plupart des professionnels que nous avons interrogés n’avaient pas l’air de redouter que ces sons puissent causer des dommages graves aux bébés, la majorité étaient très sceptiques sur les bienfaits d’un tel dispositif.

4/ Avis général

Beaucoup d’internautes et d’experts se sont préoccupés du côté déshumanisant d’un tel produit. Cet aspect ne m’inquiète pas tant que cela, cependant, dès lors que le berceau est utilisé de manière raisonnable. L’idée n’est pas, en effet, que les parents recourent systématiquement aux services du Snoo mais plutôt qu’ils disposent d’un relai les jours où ils sont particulièrement épuisés. Et ça, c’est plutôt une bonne idée. Les premiers mois sont en effet connus pour être éprouvants pour les parents. Les aider à récupérer un peu réduit qui plus est le risque qu’ils s’endorment avec le bébé dans les bras lorsqu’ils doivent par exemple consoler et rassurer l’enfant au beau milieu de la nuit. Mon impression sur le produit est néanmoins très mitigée.

La combinaison de techniques utilisées est probablement efficace sur pas mal d’enfants. Mais je pense qu’il serait bon de mener une étude sur l’impact des bruits blancs sur les nourrissons pour s’assurer que ceux-ci n’ont pas d’effets secondaires négatifs. Je ne suis pas non plus persuadée que le produit conviendra à absolument tous les bébés et j’ai beaucoup de mal à croire qu’il sera pertinent jusqu’à l’âge de six mois. Une dernière interrogation demeure enfin en suspens : si on habitue le bébé à s’endormir dans des conditions très spécifiques (emmailloté, avec des sons, etc.) ne risque-t-il pas d’avoir du mal à trouver le sommeil lorsqu’elles ne seront plus réunies ? Dans son best-seller “The Happiest Baby on the block”, le Dr Harvey Karp balaie ces inquiétudes d’un revers de la main : il est tout à fait normal d’apprécier certaines environnements plus que d’autres pour trouver le sommeil. Après tout, fait-il valoir, nous, adultes, ne sommes-nous pas « addicts » aux « lits et oreillers » ? Psychiatre spécialiste des troubles du sommeil

, Sylvie Royant-Parola n’est cependant pas convaincue. “Une des grandes richesses du sommeil, c’est justement de ne rien nécessiter de particulier. Pourquoi ajouter délibérément des conditions très spécifiques qui risquent d’installer une habitude ? L’argument consistant à dire que cela reproduit l’environnement naturel est fallacieux. Oui, l’utérus était le ‘nid’ de l’enfant. Mais une fois qu’il est né, non, ce n’est plus son environnement naturel”. Interrogé par téléphone, le directeur de la Fondation Sommeil Sylvain Thomas nous livre une analyse similaire “A trois mois, il faut viser l’autonomie”. L’étape est certes délicate et fatigante pour les parents mais elle ne doit pas et ne peut pas être sautée. Si l’enfant n’apprend pas progressivement à s’endormir seul à cet âge, il devra nécessairement le faire plus tard. Auquel cas le berceau n’aura servi finalement qu’à repousser l’épreuve de quelques mois.
1 631 Commentaires
The Happiest Baby on the...
  • Karp M.D., Harvey (Author)
  • 352 Pages - 10/06/2015 (Publication Date) - Bantam (Publisher)
Partager sur
Publié par
Anne Cagan

Vous aimerez aussi

  • Dossiers / Comparatifs
  • Intelligence artificielle
  • Robots

Un geek, des IA et des robots … en 2050

Le monde du travail serait-il peuplé davantage de robots et d'IA que d'humains en 2050…

10 heures il y à
  • Dossiers / Comparatifs
  • Smartphone

OnePlus 8T vs OnePlus 8 : petites améliorations, petit prix

OnePlus a présenté son OnePlus 8T, version améliorée du flagship killer OnePlus 8 sorti plus…

1 jour il y à
[happy Halloween] Windows 10 pro à 7,81€ et Office 2016 à 18,78€
Par partenaire le
  • Dossiers / Comparatifs
  • Jeux Vidéo

PS5 : date de sortie, prix, specs… tout ce qu’il faut savoir sur la PlayStation 5

La future PlayStation 5 de Sony reste un secret bien gardé mais plusieurs fuites nous…

1 jour il y à
{"vars":{{"pagePostType":"dossier","pagePostType2":"single-dossier","pageCategory":["gadgets","ville-de-geeks"],"pageAttributes":["enfant","sommeil"],"pagePostAuthor":"Anne Cagan"}} }