Dossier

[Notre sélection] Les 10 films de science-fiction moins connus qu’il faut avoir vus

Il n'y a pas que 1984 et 2001 dans la vie...

Cinéma

Par Henri le

I / Moon

Moon a bientôt dix ans, et gagnerait pourtant à être plus connu. Réalisé en 2009 par le Britannique Duncan Jones, ce long-métrage offre un rôle de choix au très bon (et trop rare) Sam Rockwell. Non diffusé au cinéma, il a pourtant reçu plusieurs prix attestant de sa qualité.

On y suit le récit de Sam Bell, un homme qui travaille seul depuis trois ans sur la Lune, afin d’en extraire de l’hélium 3, qui permet de pallier à la crise de l’énergie sur Terre. Mais son isolement commence à lui faire voir des choses de plus en plus étranges. À croire que la Lune n’a pas envie de le voir partir… Un film vraiment original.

II / THX 1138

Produit par le grand Francis Ford Coppola, THX 1138 est le premier film de George Lucas. Si le film n’a connu qu’un succès relatif à l’époque, il s’agit malgré tout d’une œuvre d’anticipation très intéressante. Elle permet de découvrir une atmosphère finalement assez inattendue par rapport à ce que l’on connait de Lucas aujourd’hui.

Sorti en 1971, il partage énormément de pistes de réflexion avec d’autres films et livres, notamment l’adaptation de 1984, chef-d’oeuvre de George Orwell. Au XXVe siècle, alors que les hommes ne sont plus désignés que par une suite de lettres et de chiffres, un technicien ordinaire (excellent Robert Duvall) va vivre une histoire d’amour avec une femme alors que la société l’interdit. Une course contre la montre débute alors…

III / Under the Skin

Si l’univers de Under the Skin gravite clairement vers la science-fiction, ce film de Jonathan Glazer penche clairement vers le cinéma expérimental. Librement adapté d’un roman de Michel Faber (Sous la peau), le film met en scène une séduisante extraterrestre, qui se sert de sa beauté pour tuer des hommes. Un script qui pourrait faire penser à La Mutante mais rassurez-vous l’expérience est tout autre.

Ce véritable ovni filmique (c’est le cas de le dire) est en plus porté par une Scarlett Johansson impeccable. Il offre une réflexion sur le principe d’altérité et notre rapport au corps à travers des scènes assez mémorables. Une oeuvre qui divise, et c’est pour ça qu’on l’aime.

IV / Solaris

Solaris est déjà reconnu comme un chef-d’oeuvre de la science-fiction, mais il a récemment fait l’objet d’une remasterisation 4K bienvenue alors qu’il fête ses 45 ans. Réponse du réalisateur Andrei Tarkovski au 2001, l’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, ce long film est une véritable expérience.

Envoyé sur la planète Solaris pour décider de la fermeture d’une station spatiale, le docteur Kris Kelvin découvre que l’équipage a doucement sombré dans la folie. Alors qu’il se met à voir Khari, sa femme décédée il y a quelques années, il se demande si lui aussi n’est pas au bord du précipice… Long, parfois hermétique, Solaris demande aux spectateurs de lâcher prise et de ne pas chercher à tout comprendre dans l’immédiat. À (re)découvrir absolument.