Dossier

Preview : la bêta de M.A.G.

Par François le

Les développeurs de la série SOCOM, Zipper interactive, reviennent aux manettes d’un jeu au titre plutôt bien trouvé, Massive Action Game, ou M.A.G. qui nous promet donc une action intense à 256 joueurs simultanés…

Nous avons eu l’occasion d’essayer la bêta publique, voici donc notre avis, motivé, ou pas…

mag-massive-action-game

Le jeu vous propose de devenir membre d’une des 3 factions de mercenaires disponibles : : S.V.E.R, Valor ou Raven. Il s’agit d’un choix purement cosmétique, car aucun élément de gameplay ne change en fonction de la faction. Une fois ce choix effectué, vous aurez la possibilité de changer, euh, le visage de votre personnage… Le jeu ne disposant pas de système de classes, la personnalisation du personnage se fait donc au niveau de ce qu’il peut porter. Il dispose de trois types d’armes (sniper, assault, light machine gun), d’un choix parmi trois niveaux d’armure, et d’une arme secondaire comme un flingue, mais aussi d’un équipement lié aux objectifs (outil de déminage, de réparation), de grenades, et éventuellement d’un kit de premier secours.

Pour faire court, on dira que le jeu repose sur un gameplay (assez classique en fait) basé sur 3 axes : tuer des gens, répondre aux ordres, et rester en vie. On se retrouve avec 128 joueurs par équipes, découpées en 4 pelotons, et enfin 4 escouades par peloton. Il est parfois compliqué de trouver sa place dans cette marée de soldats alliés. Mais au fur et à mesure, vous prendrez du galon, et une fois le niveau 15 atteint, vous passerez au grade de chef d’escouade par exemple, puis chef de platoon, puis enfin, OIC (Officer In Charge). Vous pourrez en tant qu’OIC donner des ordres aux troupes, mais aussi déclencher quelques actions de supports, comme par exemple des attaques aériennes.

Par contre, pour le moment la bêta ne comprend que deux modes de jeux, le premier “Domination” est assez classique car il s’agit de contrôler le champ de bataille en protégeant différents points de la carte. Points qui peuvent prendre la forme de réserve de pétrole ou de postes radar/serveurs d’information. Le second mode “Acquisition” se place un peu dans le même sillon, avec une petite différence toutefois, puisque vous aurez la possibilité de prendre le contrôle d’un VBT (Véhicule Blindé de Transport) qui vous donnera un avantage stratégique indéniable.

Mon avis moyennement motivé :

Le concept d’avoir 256 joueurs au même moment sur une map de FPS était certes alléchant, mais pour le moment le résultat est probablement ce que j’ai vu de plus bordélique depuis longtemps. Il est par exemple assez difficile de maintenir un contact radio avec ses coéquipiers avec la masse d’information (explosion, point capturé par l’ennemi, etc) qui s’affiche en permanence à l’écran. Le fait de ne pas avoir prévu différentes classes de personnages limite le teamplay, et le fait de ne pas limiter le nombre de possesseur de sniper (par exemple) dans les équipes limite le jeu en lui-même. Beaucoup de limites, vous l’avez compris… Il reste donc encore beaucoup de travail pour que le jeu soit cohérent d’un point purement gameplay. Déçu, moi ? Un peu quand même…

Les développeurs de la série SOCOM, Zipper interactive, reviennent aux manettes d’un jeu au titre plutôt bien trouvé, Massive Action Game, ou M.A.G. qui nous promet donc une action intense à 256 joueurs simultanés…

Nous avons eu l’occasion d’essayer la bêta publique, voici donc notre avis, motivé, ou pas…

mag-massive-action-game

Le jeu vous propose de devenir membre d’une des 3 factions de mercenaires disponibles : : S.V.E.R, Valor ou Raven. Il s’agit d’un choix purement cosmétique, car aucun élément de gameplay ne change en fonction de la faction. Une fois ce choix effectué, vous aurez la possibilité de changer, euh, le visage de votre personnage… Le jeu ne disposant pas de système de classes, la personnalisation du personnage se fait donc au niveau de ce qu’il peut porter. Il dispose de trois types d’armes (sniper, assault, light machine gun), d’un choix parmi trois niveaux d’armure, et d’une arme secondaire comme un flingue, mais aussi d’un équipement lié aux objectifs (outil de déminage, de réparation), de grenades, et éventuellement d’un kit de premier secours.

Pour faire court, on dira que le jeu repose sur un gameplay (assez classique en fait) basé sur 3 axes : tuer des gens, répondre aux ordres, et rester en vie. On se retrouve avec 128 joueurs par équipes, découpées en 4 pelotons, et enfin 4 escouades par peloton. Il est parfois compliqué de trouver sa place dans cette marée de soldats alliés. Mais au fur et à mesure, vous prendrez du galon, et une fois le niveau 15 atteint, vous passerez au grade de chef d’escouade par exemple, puis chef de platoon, puis enfin, OIC (Officer In Charge). Vous pourrez en tant qu’OIC donner des ordres aux troupes, mais aussi déclencher quelques actions de supports, comme par exemple des attaques aériennes.

Par contre, pour le moment la bêta ne comprend que deux modes de jeux, le premier “Domination” est assez classique car il s’agit de contrôler le champ de bataille en protégeant différents points de la carte. Points qui peuvent prendre la forme de réserve de pétrole ou de postes radar/serveurs d’information. Le second mode “Acquisition” se place un peu dans le même sillon, avec une petite différence toutefois, puisque vous aurez la possibilité de prendre le contrôle d’un VBT (Véhicule Blindé de Transport) qui vous donnera un avantage stratégique indéniable.

Mon avis moyennement motivé :

Le concept d’avoir 256 joueurs au même moment sur une map de FPS était certes alléchant, mais pour le moment le résultat est probablement ce que j’ai vu de plus bordélique depuis longtemps. Il est par exemple assez difficile de maintenir un contact radio avec ses coéquipiers avec la masse d’information (explosion, point capturé par l’ennemi, etc) qui s’affiche en permanence à l’écran. Le fait de ne pas avoir prévu différentes classes de personnages limite le teamplay, et le fait de ne pas limiter le nombre de possesseur de sniper (par exemple) dans les équipes limite le jeu en lui-même. Beaucoup de limites, vous l’avez compris… Il reste donc encore beaucoup de travail pour que le jeu soit cohérent d’un point purement gameplay. Déçu, moi ? Un peu quand même…