Dossier

Prise en main des Samsung Galaxy S8 et Galaxy S8+

Android

Par Anh Phan le

Selon Samsung, les utilisateurs commencent à être lassés des smartphones. C’est devenu un produit de masse depuis quelques années déjà et les critiques sur le manque d’évolution en termes de design sont légion. Du côté des usages pourtant, on n’a jamais été autant dépendant des smartphones qu’aujourd’hui. Les usages ont changé et malgré encore quelques réfractaires (qui sont pourtant bien nombreux), la demande en smartphone avec un grand écran se fait toujours de plus en plus forte. Mais comme vous le savez sans doute déjà, il y a une taille et un poids limites qu’on ne doit pas dépasser pour conserver le côté ultra-nomade d’appareils avant tout mobiles.

Aussi Samsung a travaillé autour de quatre piliers : proposer un écran le plus grand possible tout en conservant une prise en main confortable, garder les fondations de la gamme Galaxy S (haut de gamme, finition, etc.), apporter des innovations avec de nouveaux moyens d’interaction et faire en sorte que le nouveau Galaxy S soit la porte d’entrée vers de nouveaux usages. Après toutes les rumeurs ainsi que l’absence remarquée au MWC 2017 des deux appareils, les Samsung Galaxy S8 et Galaxy S8+ sont enfin là en ce 29 mars 2017. On a pu bien évidemment prendre en main les nouveaux smartphones du géant coréen et force est de constater que l’attente en valait la peine.

Un impressionnant écran bord à bord

Je ne vais bien évidemment pas revenir sur les caractéristiques techniques que vous pouvez retrouver sur l’annonce des téléphones, mais sur les points importants. Les nouveaux Galaxy S8 et Galaxy S8+ proposent un écran tout en longueur au format 18,5:9 de 5,8 et 6,2 pouces. La dalle est de type Super AMOLED et recouverte de Gorilla Glass 5 avec le support du HDR. Il n’y a plus de boutons sensitifs en façade, on passe aux boutons virtuels d’Android, en bas de l’écran, et surtout avec un bouton d’Accueil invisible situé sous l’écran même avec un capteur de pression. Le bloc photo reprend à peu de choses près celui des Galaxy S7. Les Galaxy S8 et Galaxy S8+ sont les premiers smartphones de la marque compatible 4G LTE de Cat.16. Comme pour les précédents Galaxy S, la version française sera équipée d’un SoC Exynos alors qu’aux États-Unis, on aura droit à du Qualcomm Snapdragon 835.

Face à l’iPhone 7 Plus.

Quand vous découvrez les nouveaux Galaxy S8 et Galaxy S8+, on est surpris par la compacité des deux smartphones. Une fois en main, on a l’impression d’avoir, en terme d’encombrement, les Galaxy S7 et Galaxy S7 Edge. La finition est exemplaire. On est impressionné par un tel niveau et pour comparaison directe, je ne dirai pas que le Galaxy S7 Edge fait cheap mais presque. Une fois qu’on a eu en main les S8 et S8+, le S7 Edge s’est pris un coup de vieux flagrant. Et en parlant de prise en main, les S8 et S8+ sont agréables en main, il n’y a aucun doute, ils épousent la main et on apprécie clairement les écrans avec ce format 18,5:9. On l’avait vu avec le LG G6 au MWC 2017 et c’est ici la même chose, excepté que l’effet est encore plus immersif. En effet, avec les bords incurvés sur le côté, on a encore plus l’impression de n’avoir pas de bords du tout. Pour être honnête, on avait déjà vu les bénéfices du multimédia avec le LG G6 mais là, c’est encore mieux. L’écran incurvé apporte un petit plus qui n’est pas négligeable !

Une interface pensée pour la verticalité

Pour le bloc photo, pas de surprise finalement. Déjà, pas de double-objectifs comme Apple, LG ou Huawei. Samsung a décidé de conserver ce que proposaient les Galaxy S7 et S7 Edge. On pourra peut-être ainsi reprocher un manque d’innovation sur le domaine mais il faut quand même se rappeler que le bloc photo des Galaxy S7 et S7 Edge est sans aucun doute un des meilleurs blocs photo sur le marché des smartphones. Du coup, pas de zoom optique, pas d’ultra grand-angle et pas de vrai noir&blanc mais un module capable et rapide.

Si LG a travaillé sur l’interface de son application photo pour mettre en avant le grand écran du G6, Samsung s’est plutôt focalisé sur le multi-fenêtrages, ce qui nous semble plus pertinent. Ainsi, vous pourrez par exemple, tout en hauteur, afficher une vidéo YouTube, vos messages et le clavier virtuel ! Ce qui est drôle, c’est de voir ces optimisations alors que les tablettes ne le proposent même pas. Pour les performances, on ne sait pas encore ce qu’a réellement le S8 dans le ventre. Mais de ce qu’on a vu, c’était forcément fluide et c’est ce qu’on attend d’un smartphone haut de gamme. Concernant Bixby, on n’a eu droit qu’à une démonstration de la part des gens de Samsung et ça marche comme un Siri ou Google Voice. J’attendrai de vraiment tester avant de me prononcer mais j’ai peur que ça fasse double emploi avec Google. Maintenant, Samsung nous promet que c’est censé être plus efficace à long terme. À voir.

DeX, pour transformer son Galaxy S8 en mini-PC

En dehors du smartphone, on a extrêmement apprécié Samsung DeX, l’équivalent chez Samsung du Continuum de Microsoft. C’est donc une technologie qui, via un dock, permet de transformer vos Galaxy S8 et Galaxy S8+ en ordinateur de bureau. Alors que Microsoft s’était limité à de la HD, Samsung va ainsi plus loin en proposant de la Full HD, ce qui nous semble plus logique avec nos usages. De ce qu’on a pu tester, c’est super fluide et rapide. Et surtout, ça suit ce qu’on faisait avec son smartphone. Par exemple, si vous étiez en train de regarder une vidéo, vous continuerez automatiquement en mode desktop. On retrouve ainsi en bas la barre des tâches et le multi-fenêtrage. Si ça ne rivalise pas avec un vrai ordinateur sous Windows ou Mac OS X, vous pourrez déjà faire plein de choses, surtout si la bureautique est votre domaine de prédilection. Les jeux fonctionnaient également sans aucun souci, ce qui est normal dans la mesure où c’était du Full HD alors que l’écran des Galaxy S8 et Galaxy S8+ sont en Quad HD+.

Et enfin, petit mot sur la VR, comme vous le savez déjà, c’est au MWC 2017 que Samsung avait annoncé une nouvelle version de son Gear VR avec une télécommande. Déjà, on ne le savait pas mais la télécommande est Bluetooth, du coup, elle est compatible avec les anciens Gear VR, ça signifie donc qu’elle peut se vendre seule. Ensuite, le nouveau Gear VR est compatible avec les Galaxy S6, S7 et S8. C’est plutôt sympa de voir Samsung assurer une certaine comptabilité avec l’existant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *