Dossier

SSD PS5 : quel SSD NVMe choisir et comment l’installer ?

Il est enfin possible d'ajouter un SSD dans la PS5. Voici les meilleurs modèles et notre guide pour une installation propre.

© Jérôme Durel / JDG

 

Il aura presque fallu un an, mais c’est désormais fait. Depuis la mise à jour de septembre 2021, la PS5 accepte enfin les SSD NVMe pour étendre le stockage de la console. Il y a cependant des subtilités, car tous les disques ne sont pas dignes de la PlayStation. Si vous avez une PS5, vous savez sûrement que Sony mise beaucoup sur la vitesse de son stockage pour réduire drastiquement, voire supprimer dans certains cas, les temps de chargements.

Pour conserver ces performances, Sony ne pouvait pas accepter n’importe quel SSD dans sa machine. Ils se devaient d’être au moins aussi performants que le stockage interne. Il ne suffit donc pas d’être un SSD NVMe, il doit de plus répondre à des critères précis en termes d’interface, de vitesse et de format bien évidemment. Pour vous faciliter la tâche, nous avons sélectionné et testé des disques afin que vous puissiez choisir le meilleur SSD pour votre PS5.

Quels sont les SSD compatibles avec la PS5 ?

Dans le détail, la PS5 accepte des disques SSD M.2 NVMe aux formats 2230, 2242, 2260, 2280, 22110. Sachez que la grande majorité des SSD NVMe sont aujourd’hui au format 2280, c’est-à-dire avec un connecteur de 22 mm de large (le disque dans son ensemble est un peu plus large et mesure alors 25 mm), et d’une longueur de 80 mm. Vous l’avez donc compris à la lecture de ces lignes. Les 2 premiers chiffres renvoient à la largeur du PCB, les deux (ou trois) derniers à la longueur de la barrette.

Les dimensions requises pour les SSD PS5. // Crédits : Sony

Pour rentrer dans le logement idoine il devra également ne pas être trop épais : 11,25 mm maximum, avec 2,45 mm en dessous et jusqu’a 8 mm au-dessus. C’est surtout important pour les dissipateurs thermiques, nous y reviendrons. Son socket devra enfin être de type 3 (aka clé M). Cette dernière précision donnée par Sony est d’ailleurs superflue, puisque tous les SSD NVMe PCIe 4.0 grand public utilisent ce socket.

Pour ce qui est des performances enfin, il faudra une vitesse de lecture séquentielle de 5 500 Mo/s. On remarque donc que Sony ne donne pas d’information concernant la vitesse d’écriture. C’est assez normal puisque c’est bien la vitesse d’accès aux données qui est la plus critique lorsque l’on joue. Sa capacité devra enfin être comprise en 250 Go et 4 To, du moins pour l’instant. Une mise à jour pourra sans doute lever cette limite de 4 To dans un futur plus ou moins proche.

Dernier élément, et contrairement à la plupart des cartes-mères modernes de nos PC, la PS5 n’inclut pas de dissipateur thermique. Or, l’espace n’étant pas aéré et les SSD NVMe chauffant beaucoup, un dissipateur est obligatoire sous peine de voir le stockage surchauffer. Au mieux, cela aura pour effet de limiter ses performances (le fameux thermal throttling), au pire cela l’endommagera de façon irrémédiable. C’est du moins le cas en théorie. En pratique, la réalité est moins alarmante.

Les meilleurs SSD pour la PS5

On l’aura donc compris à la lecture des prérequis, la solution la plus élégante est d’opter pour un SSD doté d’un dissipateur thermique intégré. Plusieurs fabricants se sont engouffrés dans la brèche. Voici nos recommandations. Pour rappel, tous les prix sont donnés à titre indicatif et valables au moment de la rédaction. Ils restent susceptibles de changer au gré de l’évolution des stocks et au fil du temps.

Gigabyte AORUS NVMe Gen4 M.2 : le bonne surprise

Ce SSD AORUS NVMe Gen4 répond aux exigences de performances et dimensions du SSD M.2 de la PS5 puisqu’il fournit en effet une vitesse de lecture séquentielle jusqu’à 5600 Mo/s, et d’écriture jusqu’à 4400 Mo/s.

Gigabyte AORUS NVMe Gen4 M.2 // Crédits : JDG

Ce dernier est équipé d’un contrôleur Phison PS5016-E16 gravé en 28nm. Son processus de fabrication permet au PS5016-E16 d’être compatible ECC en adoptant la technologie 3D TLC NAND. Le PS5016-E16 dispose de 8 canaux NAND avec 32 CE, une mémoire cache DRAM DDR4 et propose une interface PCIe 4.0×4. Sur le plan des innovations, cette puce est compatible avec le protocole NVMe 1.3, le système de correction des erreurs LDPC et Wear Leveling ainsi qu’avec la technologie Over-Provision pour une stabilité et une durabilité totale.

Ce SSD est équipé de mémoire Toshiba BiCS4 NAND Flash qui propose une architecture optimisée grâce à ses 96 couches pour une plus grande capacité de stockage par unité. On notera enfin que face aux radiateurs standards des produits M.2 classiques, celui de Gigabyte est composé de 27 ailettes permettant de proposer une plus grande surface pour la dissipation de la chaleur. Cette conception optimise les transferts de chaleur quel que soit la direction du flux d’air interne. Il est disponible pour 170 euros dans sa version 1To.

Retrouvez le Gigabyte AORUS NVMe Gen4 M.2 chez Amazon

Seagate FireCuda 530 (avec heatsink) : le no brainer

Si vous cherchez une solution clef en main, le choix évident est le Seagate FireCuda 530. Initialement pensée comme un disque hautes performances pour PC, sa version avec dissipateur est idéale pour la PS5. Il rentre parfaitement dans l’emplacement tout en surpassant les caractéristiques techniques requises par Sony.

Le Firecuda 530 // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Sa vitesse d’écriture séquentielle théorique est de 7300 Mo/s, et notre PS5 mesure sa vitesse effective à 6557 Mo/s. Des résultats supérieurs au stockage natif de la console. Résultat, les jeux installés sur le disque se chargent plus vite. Pas de quoi changer l’expérience du tout au tout, mais il est toujours agréable de gagner un peu de temps pendant les chargements.

Notez également qu’il s’appuie sur de la mémoire TLC, plus fiable que le QLC utilisé dans les disques moins haut de gamme. Cela permet à Seagate d’annoncer une endurance de 1275 To d’écriture cumulée pour la version 1 To. Il pourra donc vous accompagner plusieurs années sans aucun problème. Le disque est proposé en 500 Go, 1 To, 2 To et enfin 4 To. Comptez environ 200 euros pour le modèle 1 To.

Retrouvez le Seagate FireCuda 530 chez Amazon

WD BLACK SN850 (avec heatsink) : la bonne alternative

Leader du stockage, Western Digital (ou WD pour les intimes) ne pouvait pas ne pas proposer un SSD pour PS5. Il l’a fait avec son WD Black SN850 qui existe lui aussi dans une version avec heatsink. Comme chez Seagate, ce dernier est pensé pour rentrer parfaitement dans la PS5, vous n’avez donc pas de soucis à vous faire là-dessus.

Le WD Black SN850 // Crédits : Anh Phan pour le JDG

Légèrement moins rapide que le FireCuda 530, il culmine à 7000 Mo/s théoriques. Cela reste mieux que le stockage interne de la PS5. Autant dire qu’il sera à l’aise dans la console. Il s’appuie lui aussi sur de la mémoire TLC pour une longévité annoncée de 600 To sur la version 1 To. C’est moins que Seagate, mais amplement suffisant pour le commun des mortels.

Il existe lui aussi en plusieurs capacités : 500, 1 To, 2 To. La version 1 To est affichée à 220 euros sur le site officiel, mais les stocks n’étant pas franchement au beau fixe, les prix ont tendance à monter.

Retrouvez le WD BLACK SN850 chez Amazon

PNY XLR8 CS3040 : le SSD PS5 pas cher

On poursuit cette sélection avec une solution moins coûteuse : le PNY XLR8 CS3040. Il existe avec ou sans heatsink, mais ce dernier sera inutile pour votre PS5 puisqu’il ne rentrera pas dedans. Il est en revanche amovible, vous pourrez acheter indifféremment un modèle ou l’autre. Prenez le moins cher. Car oui, au gré des variations de prix, il arrive que la version sans dissipateur soit plus onéreuse que celle avec.

Le PNY XLR8 CS3040 // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Toujours est-il que ce SSD affiche une vitesse de lecture de 5600 Mo/s, ce qui le place juste au-dessus de la limite fixée par Sony. En pratique, la PS5 mesure un débit de 5622,029 Mo/s, supérieurs à la vitesse annoncée.

C’est une concession à faire pour obtenir l’un durs compatibles PS5 à prix plancher. À l’heure où nous écrivons ces lignes, la version 1 To est affichée à seulement 175 euros. Là encore, il faudra ajouter quelques euros en sus pour le dissipateur. Cela n’en fait pas moins le SSD PS5 “pas cher” par excellence.

Retrouvez le PNY XLR8 3040 sur Amazon

Samsung 980 Pro : l’alternative sans heatsink

Samsung propose pléthore de SSD NVMe, mais c’est la série 980 Pro qui répond le mieux aux exigences de la PS5. Contrairement aux modèles cités précédemment, il n’existe pas de version équipée d’un dissipateur thermique pour le moment (une version avec dissipateur arrivera fin octobre), il faudra donc l’acheter séparément. Cela permet de profiter des performances intéressantes, mais en faisant quelques économies.

Le Samsung 980 Pro // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Ce modèle monte à 7000 Mo/s théoriques en lecture pour surpasser lui aussi les exigences de la PS5. En pratique, la PS5 lui reconnaît une vitesse de 5564,43 Mo/s, ce qui est étonnamment assez loin de la vitesse annoncée et déçoit donc un peu. On retrouve aussi une mémoire TLC qui vise une longévité de 600 To sur le modèle 1 To.

3 versions sont prévues : 250, 500 ou 1 To. C’est cette dernière que nous recommandons. Sans dissipateur, ce modèle est moins demandé par les possesseurs de PS5, ce qui fait que les prix restent décents à 190 euros environ pour la version 1 To. Il faudra ajouter quelques deniers supplémentaires pour le dissipateur (ou pas).

Retrouvez le Samsung 980 Pro sur Amazon

Quel dissipateur thermique choisir pour la PS5 et en faut-il seulement un ?

Si nous recommandons dans cette sélection des modèles de SSD sans dissipateur, c’est parce qu’il est désormais très simple de trouver des dissipateurs tiers à tout petit prix, mais aussi parce que certains tests tendent à montrer que la présence d’un dissipateur n’a finalement que peu d’impact sur la température du disque. C’est du moins ce qu’il ressort d’un comparatif de Tom’s Hardware qui a montré qu’un SSD sans dissipateur, mais avec en laissant la trappe ouverte offrait les mêmes performances qu’avec. C’était certes plus chaud, mais pas assez pour que le “thermal throttling” ait lieu.

Sony demandant d’en utiliser un, et n’ayant pas nous-mêmes fait la comparaison, on ne vous conseillera pas expressément de faire l’économie d’un dissipateur. Sachez en revanche qu’il n’y a à priori pas besoin de matériel compliqué ou particulièrement haut de gamme. Quant au modèle à choisir, vous aurez l’embarras du choix sur Amazon. Il faudra simplement s’assurer que l’ensemble SSD + dissipateur ne dépasse pas 11,5 mm d’épaisseur et que ledit dissipateur reprenne le format de votre SSD. Au format 2280, ce modèle fera parfaitement l’affaire pour moins de 15 euros.

Précisons également que choisir un dissipateur tiers a un double avantage. Le premier est qu’il est aujourd’hui plus simple de se procurer un SSD + un dissipateur annexe qu’une solution “tout en un”. Ces dernières étant particulièrement demandées depuis que la PS5 les supporte officiellement, les prix se sont envolés… et les stocks sont au plus bas. Vous trouverez donc plus facilement des SSD NVMe sans dissipateur. Corollaire, et c’est le second avantage, les prix sont bien plus abordables. Il suffit de lire ce qui précède pour s’en rendre compte.

Comment installer un SSD dans votre PS5 ?

Sony a bien fait les choses, et le slot permettant d’insérer un SSD NVMe est facilement accessible. Vous n’aurez besoin que d’un tournevis cruciforme de taille 1 et d’un peu d’adresse.

SSD PS5 Préparation
Un tournevis et vos mains, c’est tout ce dont vous aurez besoin. // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Il faudra d’abord s’assurer d’avoir fait la dernière mise à jour, puis éteindre la console, la débrancher et enfin enlever le “pied”. Il va ensuite falloir retirer le capot inférieur de la PS5. Pour le distinguer, c’est celui qui n’a pas de logo PlaySation (celui du lecteur de disque sur le modèle avec lecteur). Pour l’enlever il faudra d’abord soulever le coin inférieur droit (à l’opposé du lecteur de disque, en haut gauche sur la photo ci-dessus) de la console puis de pousser vers le bas (vers le connecteur électrique) tout le maintenant soulevé. On recommande d’utiliser deux mains en opposition. Le capot va alors glisser. Il n’y a pas besoin de forcer outre mesure pour le déloger.

L’emplacement pour le SSD se trouve sous la plaque de métal tenue par une petite vis. Celle-ci retirée, le connecteur devient visible. Avant d’insérer votre SSD, il faudra dévisser une seconde vis avec une bague en métal qu’il faudra précieusement conserver pour la suite. Veillez à le faire avant l’installation du SSD car elle servira à le maintenir en place.

Avant d’insérer le SSD, dévissez la vis visible à gauche du logement. // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Ceci fait, vous pouvez maintenant insérer le disque. Il n’y a qu’un sens, vous ne pouvez donc pas vous tromper. Il suffit d’aligner l’encoche du disque avec celui du connecteur (à droite sur la photo ci-dessous). S’il est bien inséré, vous devriez entendre un petit “clic”. Il est possible que le disque se soulève quand vous le lâchez, c’est normal. C’est ici que la vis et la bague vont intervenir.

Alignez l’encoche du connecteur du disque avec l’encoche de celui de la PS5 (visible à droite sur cette photo). // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

La bague en métal est à placer en premier lieu sur le pas de vis correspondant à la longueur de votre SSD. Il sert de support, vous pouvez maintenant appuyer sur le SSD et placer la vis par-dessus pour le maintenir en place. Veillez à la serrer, mais sans forcer, ce qui risquerait d’endommager le PCB.

Correctement installé, le disque repose sur la bague et il est maintenu par la tête de vis. // Crédits : Jérôme Durel pour le JDG

Vous n’avez plus qu’à remettre la plaque et replacer le capot. Pour bien remettre ce dernier, on recommande de mettre un — petit — coup sec avec votre main pour bien caler les ergots du capot dans leur logement. Il ne reste qu’à remettre le pied et refaire les branchements.

Lors du premier allumage de la console avec le SSD, il sera automatiquement détecté. Il faudra le formater (cela ne prend que quelques secondes). La PS5 vous donnera alors une estimation de sa vitesse. Et voilà. Pour déplacer les jeux vers votre nouveau stockage. Il faudra se rendre dans les paramètres de la console puis le menu “Stockage”.

Voilà, vous n’avez plus qu’à profiter de l’espace supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *