Test

[En direct de l’E3] Mini-impressions : This War Of Mine (La guerre comme vous ne l’avez jamais vue – pour une fois c’est vrai)

Par Fabio le

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur This War Of Mine.

Attention, jeu déprimant en perspective. This War of Mine raconte l’histoire d’un groupe de survivants dans une ville en proie au chaos.

Imaginez que toute notion d’ordre ait quitté votre ville. Que vous soyez livrés à vous même. Sans magasins, sans police, sans aide et sans aucun moyen de vous échapper. C’est la situation dans laquelle compte vous mettre This War of Mine du studio polonais 11 Bit (auteurs de la très cool série Anomaly)

Inspiré du siège de Sarajevo, vous allez contrôler un petit groupe tentant de survivre en pleine guérilla urbaine. Le jeu est entièrement vu de côté, il se joue à la souris et tout est pratiquement qu’en noir et blanc, dans des vues de tranches de bâtiments, dont certains bien abimés par les combats.

Le jour, à la merci des snipers, votre groupe restera terré dans son abri. La nuit, il faudra sortir pour trouver de la nourriture, des médicaments, des outils et des armes. Vos personnages ont tous différentes caractéristiques. L’un peut être fort, mais lent. L’autre peut être un militaire entraîné, mais malade. Le dernier est une personne à l’écoute, mais physiquement chétive.

Vous vous demandez certainement pourquoi une personne attentive à autrui serait importante dans un groupe de survie. C’est là que le jeu devient intéressant. Pour trouver de quoi tenir les longs jours qui vous séparent de votre délivrance (dont le nombre est fixé aléatoirement au début de chaque partie, au demeurant), vos protégés vont devoir agir de manière discutable. Tabasser une petite vieille pour obtenir les antibiotiques dont votre seul homme fort a cruellement besoin permettra certainement de le remettre sur pied. Mais le personnage qui a commis ce forfait pourra voir son moral baisser jusqu’à la dépression. Il sera alors limité dans ses actions, refusera de finir une tâche, voire, de se nourrir. C’est là qu’une personne à l’écoute intervient, elle peut l’aider profondément à surmonter cette épreuve psychologique.

Bref, dans This War of Mine, il n’y a pas de choix éthiquement bons ou mauvais. Il n’y a que des conséquences. À vous de mener votre barque vers le salut de votre groupe. Et s’il faut tabasser des petites vieilles pour y parvenir, qu’il en soit ainsi.

C’est sur PC, Mac et Linux. Ça devrait sortir cette année.

this war of mine

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur This War Of Mine.

Attention, jeu déprimant en perspective. This War of Mine raconte l’histoire d’un groupe de survivants dans une ville en proie au chaos.

Imaginez que toute notion d’ordre ait quitté votre ville. Que vous soyez livrés à vous même. Sans magasins, sans police, sans aide et sans aucun moyen de vous échapper. C’est la situation dans laquelle compte vous mettre This War of Mine du studio polonais 11 Bit (auteurs de la très cool série Anomaly)

Inspiré du siège de Sarajevo, vous allez contrôler un petit groupe tentant de survivre en pleine guérilla urbaine. Le jeu est entièrement vu de côté, il se joue à la souris et tout est pratiquement qu’en noir et blanc, dans des vues de tranches de bâtiments, dont certains bien abimés par les combats.

Le jour, à la merci des snipers, votre groupe restera terré dans son abri. La nuit, il faudra sortir pour trouver de la nourriture, des médicaments, des outils et des armes. Vos personnages ont tous différentes caractéristiques. L’un peut être fort, mais lent. L’autre peut être un militaire entraîné, mais malade. Le dernier est une personne à l’écoute, mais physiquement chétive.

Vous vous demandez certainement pourquoi une personne attentive à autrui serait importante dans un groupe de survie. C’est là que le jeu devient intéressant. Pour trouver de quoi tenir les longs jours qui vous séparent de votre délivrance (dont le nombre est fixé aléatoirement au début de chaque partie, au demeurant), vos protégés vont devoir agir de manière discutable. Tabasser une petite vieille pour obtenir les antibiotiques dont votre seul homme fort a cruellement besoin permettra certainement de le remettre sur pied. Mais le personnage qui a commis ce forfait pourra voir son moral baisser jusqu’à la dépression. Il sera alors limité dans ses actions, refusera de finir une tâche, voire, de se nourrir. C’est là qu’une personne à l’écoute intervient, elle peut l’aider profondément à surmonter cette épreuve psychologique.

Bref, dans This War of Mine, il n’y a pas de choix éthiquement bons ou mauvais. Il n’y a que des conséquences. À vous de mener votre barque vers le salut de votre groupe. Et s’il faut tabasser des petites vieilles pour y parvenir, qu’il en soit ainsi.

C’est sur PC, Mac et Linux. Ça devrait sortir cette année.

this war of mine