Test

[En direct de l’E3] Mini-impressions : Arena of Fate (le MOBA de Crytek)

Par Fabio le

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via...

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur Arena of Fate.

arena-of-fate

Le Petit Chaperon rouge contre Cléopatre. Van Helsing contre Tesla. Voici le genre de duels qui risqueront d’arriver souvent dans Arena of Fate. Le MOBA de Crytek.

Un MOBA ! Comme c’est original par les temps qui courent. Celui-ci fait combattre des personnages plus ou moins connus de l’histoire ou des histoires.

De l’histoire j’ai retenu Jack L’Éventreur, Nikola Tesla et Cléopâtre. Des histoires, j’ai retenu le Petit Chaperon rouge, Fenrir, Amaterasu, Van Helsing et le Baron Samedi. Et tout ce joyeux monde cherche à se buter / buter les tours de son adversaire.

Une partie dure 20 minutes et il y a trois façons de gagner. Soit une équipe – le jeu se joue en 5 contre 5 – détruit la tour principale des adversaires, soit elle marque 10 points, soit elle possède plus de points que son adversaire à la fin des 20 minutes.

Les points s’obtiennent à raison d’un par tranche de 7 héros occis, d’un par tour détruite et d’un par titan tué. Les titans, même s’ils sont apparus dans ma partie, je ne les ai pas vus, alors je ne vous en parle pas. Mais je suppute qu’il s’agit de gros mobs pas beaux. D’ailleurs, je vous parlais plus haut de casser les tours de vos adversaires, mais elles se défendent en vous tirant abondamment dessus, les bougresses, et elles défendent leurs propriétaires.

Le gros problème de ce MOBA, c’est qu’il se traîne
. On a vraiment l’impression de marcher au ralenti et au bout de quelques minutes de jeu, on a qu’une envie, c’est de lâcher le clavier et la souris et d’aller courir un 100 mètres pour s’assurer que la vie va toujours aussi vite.

C’est ennuyeux parce que ce défaut nuit au sentiment de progression qu’on est censé ressentir dans ce genre de jeu. Il reste du temps à Crytek pour redresser la barre et faire tourner le jeu en fast forward, mais il ne faudra pas tergiverser.

Pendant toute la durée du salon, notre envoyé spécial Kocobe vous livrera ses premières impressions sur les jeux du salon (vous pouvez également le suivre via notre compte Twitter @JduGamer). Ici, celles sur Arena of Fate.

arena-of-fate

Le Petit Chaperon rouge contre Cléopatre. Van Helsing contre Tesla. Voici le genre de duels qui risqueront d’arriver souvent dans Arena of Fate. Le MOBA de Crytek.

Un MOBA ! Comme c’est original par les temps qui courent. Celui-ci fait combattre des personnages plus ou moins connus de l’histoire ou des histoires.

De l’histoire j’ai retenu Jack L’Éventreur, Nikola Tesla et Cléopâtre. Des histoires, j’ai retenu le Petit Chaperon rouge, Fenrir, Amaterasu, Van Helsing et le Baron Samedi. Et tout ce joyeux monde cherche à se buter / buter les tours de son adversaire.

Une partie dure 20 minutes et il y a trois façons de gagner. Soit une équipe – le jeu se joue en 5 contre 5 – détruit la tour principale des adversaires, soit elle marque 10 points, soit elle possède plus de points que son adversaire à la fin des 20 minutes.

Les points s’obtiennent à raison d’un par tranche de 7 héros occis, d’un par tour détruite et d’un par titan tué. Les titans, même s’ils sont apparus dans ma partie, je ne les ai pas vus, alors je ne vous en parle pas. Mais je suppute qu’il s’agit de gros mobs pas beaux. D’ailleurs, je vous parlais plus haut de casser les tours de vos adversaires, mais elles se défendent en vous tirant abondamment dessus, les bougresses, et elles défendent leurs propriétaires.

Le gros problème de ce MOBA, c’est qu’il se traîne
. On a vraiment l’impression de marcher au ralenti et au bout de quelques minutes de jeu, on a qu’une envie, c’est de lâcher le clavier et la souris et d’aller courir un 100 mètres pour s’assurer que la vie va toujours aussi vite.

C’est ennuyeux parce que ce défaut nuit au sentiment de progression qu’on est censé ressentir dans ce genre de jeu. Il reste du temps à Crytek pour redresser la barre et faire tourner le jeu en fast forward, mais il ne faudra pas tergiverser.