Test

[Impressions] Après un week-end passé sur The Division [PS4]

Par François le

The Division a tellement joué avec nos nerfs depuis deux ans et demi qu’à l’heure de débuter cette bêta, on ne savait plus trop si on l’attendait ou non. Mais à deux mois de sa sortie, on était en tout cas content de pouvoir mettre les mains dessus. Premiers éléments de réponse sur ce que pourrait valoir l’ambitieux nouveau titre d’Ubisoft.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160129214722

De ce que nous avons pu entrevoir lors de cette bêta, il semblerait qu’au moins le début du titre soit centré autour de la remise en état d’un QG de campagne. Ce dernier se comporte de trois ailes, chacune dirigée par un PNJ. Dans la bêta, il s’agissait d’activer l’aile médicale. Il a alors fallu aller récupérer le bon Dr Jessica Kandel qui a eu le malheur de se laisser prendre en otage par des Rikers dans le fameux Madison Square Garden. Après une lutte relativement âpre, mais tout de même faisable (surtout que l’I.A. ne brille pas par son intelligence), le docteur a été libérée. Une fois cette dernière rapatriée dans le QG, l’aile médicale a pu être ouverte. L’histoire ne s’arrête pas là, comme toutes les autres zones du QG, il faudra par la suite activer toutes les composantes de chaque aile (pour l’aile médicale : une clinique, une zone de quarantaine, etc.).

On peut imaginer que la « conquête » de ces nouvelles salles fera non seulement avancer le scénario, mais permettra également d’améliorer l’équipement de son personnage. En parlant de ça, le crafting semble faire partie intégrante de l’expérience. On trouve d’ailleurs un peu partout en ville des coffres contenants des matériaux (électronique, outils, tissus). Malheureusement cette fonctionnalité n’était pas présente dans la bêta. Une monnaie pour les agents de la Division est également utilisable pour acheter du matériel au QG : des mods d’arme ou des pièces d’armures.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130184446

Si le QG semble être le point névralgique de la partie PvE du titre, nous avons pu découvrir qu’en plus des missions du scénario, des événements aléatoires pouvaient se produire pendant les balades en ville… Dans un de ceux que nous avons pu essayer, il fallait libérer des otages. Pour ce faire, il fallait nettoyer une zone de ses ennemis, récupérer une clé puis libérer les otages. Dans une autre mission, nous devions filer un coup de main à une escouade de la JTF (Joint Task Force) qui essayait désespérément de reprendre la main sur New York. Là il s’agissait de résister à des vagues successives d’ennemis.

En parlant d’ennemis, nous avons pu croiser le feu (c’est le cas de le dire) avec la faction des Nettoyeurs, qui veulent brûler tout ce qui bouge pour purger la ville de la maladie, mais aussi quelques « Rikers », des échappés de la prison de Riker’s Island qui ont une fâcheuse tendance à vous tirer dessus pour un rien. En plus des vilains, vous croiserez des habitants, pour la plupart hébétés, mais parfois juste malades.

Autre activité : explorer les zones contaminées. Ici, il s’agit d’activer des capteurs de contaminations dans des bâtiments, en se protégeant des squatteurs éventuels, et d’envoyer dans le « cloud » les résultats d’analyse. Et pour finir, nous avons pu essayer ce que le titre appelle une mission secondaire, dans laquelle il a fallu enquêter pour retrouver une personne disparue, la fille d’un personnage important du scénario. Une interface nommée « Echo » permet de reconstruire, à partir des caméras de surveillance, un genre d’hologramme d’une zone. Ensuite, chaque élément, personne ou objet, peut être observé de plus près pour découvrir la suite de l’énigme. Plutôt intéressant.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160129200400

[nextpage title= »Alone in the Dark Zone »]

En plus de la zone de PvE, il existe les « Dark Zone », qui sont des zones de non droit et massivement infectées dans lesquelles la JTF ne se rend pas. Dans ces dernières, vous aurez l’opportunité de récupérer le loot le plus intéressant du titre, ainsi qu’une monnaie qui ne fonctionne que dans ces zones. Vous pouvez vous y promener seul, mais les ennemis présents sont rudement plus costauds. Le plus simple est d’être en groupe.

A chaque victoire contre les factions, vous emmagasinerez un peu d’équipement contaminé. Vous devrez ensuite extraire cet équipement via une zone d’extraction. Quand vous aurez contacté le QG pour demander votre extraction, un chronomètre se déclenchera. Vous pouvez alors soit rester urbain avec vos coéquipiers, en vous défendant ensemble contre les vagues d’ennemis (I.A. ou non) qui vous attaqueront pendant l’attente, soit (et là c’est pas sympa) descendre tout le monde pour récupérer le loot des autres. Ce loot contaminé, vous le récupérerez ensuite, décontaminé, dans votre coffre au QG de la zone PVE.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160129201148

Si vous jouez le vilain, vous deviendrez un agent « Rogue », et les autres obtiendront non seulement votre loot lorsqu’ils vous tueront, mais aussi de l’argent de la Dark Zone et vous perdrez de l’expérience. Pour être honnête, c’était assez compliqué de réussir une extraction car, l’effet nouveauté marchant à plein, tout le monde s’entretuait dans la joie et la bonne humeur.

Au final, que penser de ces quelques heures passées en compagnie de The Division ? Le titre semble disposer d’un contenu jouable relativement soutenu et varié, ce qui est une bonne nouvelle. Nos quelques doutes reposent plutôt sur la qualité et la variété des événements aléatoires, et comment le titre va gérer le challenge pour les groupes les mieux organisés (avec l’ajout de contenus additionnels, notamment). De cette première prise en main, nous avons été plutôt séduits par la liberté qui se dégage de ce titre, ainsi que par l’ambiance que les graphistes ont su donner à un New York en perdition. C’est encourageant, rassurant même. À suivre.

The Division, sortie le 8 mars 2016 sur PC, Xbox One et PS4.

stopwatch 4 min.
[Test] XCOM 2