Test

[Impressions] The Order 1886 : Le Gears of War de la PS4 ?

Par Henri le

Présent à la dernière Paris Games Week, The Order 1886 s’est une nouvelle fois laissé approcher par l’intermédiaire d’une courte démo. L’occasion pour nous de livrer nos premières impressions.

CRE0189_The_Order_1886_PSX_Assets_CE_002_F21233_1417870223

Développé depuis plus de deux ans par Ready at Dawn, The Order 1886+
entend bien faire partie des exclusivités marquantes de la Playstation 4. Mais en a-t-il les moyens ? Après avoir passé une quarantaine de minutes (et une dizaine à la PGW) sur un chapitre du jeu, de grandes lignes semblent se dessiner.

Nous avons donc pu retrouver Sir Galaad, le héros, accompagné de ses trois collègues lors de la cinquième mission du jeu, qui se déroulait sur un zeppelin gigantesque. Nos quatre compères, dont la mission consiste à protéger les nobles et les membres du gouvernement, doivent faire face à une attaque d’un mouvement de résistance. Ces classes inférieures, ayant profité de la révolution industrielle de 1886 pour s’armer, représentent donc la majorité de vos ennemis « humains » du jeu.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_195_F76868_1417870280

Les premières minutes étonnent grâce à une réalisation de haute volée. Le travail du studio rassure vraiment sur les possibilités graphiques de la new-gen, tant le nombre de détails est important. Les animations sont fluides, les visages ultra-réalistes, les cheveux bougent au vent, et, cerise sur le gâteau, l’aliasing est très bien géré. Dans ses conditions, difficile de ne pas se laisser charmer par la direction artistique empruntée par le titre, qui mélange époque victorienne et haute technologie, pour laisser place à un univers aux accents steampunk prononcés. Du grand art.

Mais la finesse du rendu se heurte à un gameplay rebattu. Les magnifiques décors ne laissent que peu de place aux mouvements, et le niveau présenté ne récompensait pas vraiment les joueurs qui aiment fouiner un peu partout. Le titre tente également d’alterner entre phase d’action et d’infiltration. Hélas, ces dernières restent trop convenues, la seule difficulté étant d’appuyer sur triangle au bon moment pour effectuer un assassinat furtif. Si les QTE sont un peu trop présents à notre gout, certains restent bien pensés. On pense notamment aux ouvertures de portes blindées ou au désamorçage du courant électrique. Ces actions scriptées ajoutent une lourdeur inutile dans le gameplay, heureusement contrebalancées par des fusillades intenses.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_192_F16778_1417870248

Car c’est bien là que The Order 1886 nous rassure. Les gunfight, malgré un déroulement classique, profitent de la beauté du titre, et donnent une dimension intense aux affrontements. Les armes ont chacune leur propre feeling, et sont présentes en grand nombre. Ici encore, le classique (pistolets, fusils…) fréquente des gadgets plus farfelus, qui disposent souvent d’un tir secondaire efficace. Le système de couverture est fluide, et permet de récupérer de la santé lorsque vous avez trop encaissé. Une feature démocratisée depuis un bon moment déjà. Il ne reste plus qu’à attendre pour savoir si les loups-garous, qui sont les véritables ennemis de nos héros, offriront un challenge plus corsé à l’avenir. On l’espère, car la plastique impeccable du titre mériterait un peu plus d’audace manette en main.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_192_F50347_1417870256

Doté d’une réalisation de haut vol, The Order 1886 ne convainc pas pleinement pour l’instant. La faute à un gameplay un peu trop assisté, heureusement soutenu par des gunfights solides. Espérons que le titre de Ready at Dawn en ait gardé sous la pédale, et ne soit pas qu’une sympathique vitrine pour la machine de Sony.

Présent à la dernière Paris Games Week, The Order 1886 s’est une nouvelle fois laissé approcher par l’intermédiaire d’une courte démo. L’occasion pour nous de livrer nos premières impressions.

CRE0189_The_Order_1886_PSX_Assets_CE_002_F21233_1417870223

Développé depuis plus de deux ans par Ready at Dawn, The Order 1886+
entend bien faire partie des exclusivités marquantes de la Playstation 4. Mais en a-t-il les moyens ? Après avoir passé une quarantaine de minutes (et une dizaine à la PGW) sur un chapitre du jeu, de grandes lignes semblent se dessiner.

Nous avons donc pu retrouver Sir Galaad, le héros, accompagné de ses trois collègues lors de la cinquième mission du jeu, qui se déroulait sur un zeppelin gigantesque. Nos quatre compères, dont la mission consiste à protéger les nobles et les membres du gouvernement, doivent faire face à une attaque d’un mouvement de résistance. Ces classes inférieures, ayant profité de la révolution industrielle de 1886 pour s’armer, représentent donc la majorité de vos ennemis « humains » du jeu.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_195_F76868_1417870280

Les premières minutes étonnent grâce à une réalisation de haute volée. Le travail du studio rassure vraiment sur les possibilités graphiques de la new-gen, tant le nombre de détails est important. Les animations sont fluides, les visages ultra-réalistes, les cheveux bougent au vent, et, cerise sur le gâteau, l’aliasing est très bien géré. Dans ses conditions, difficile de ne pas se laisser charmer par la direction artistique empruntée par le titre, qui mélange époque victorienne et haute technologie, pour laisser place à un univers aux accents steampunk prononcés. Du grand art.

Mais la finesse du rendu se heurte à un gameplay rebattu. Les magnifiques décors ne laissent que peu de place aux mouvements, et le niveau présenté ne récompensait pas vraiment les joueurs qui aiment fouiner un peu partout. Le titre tente également d’alterner entre phase d’action et d’infiltration. Hélas, ces dernières restent trop convenues, la seule difficulté étant d’appuyer sur triangle au bon moment pour effectuer un assassinat furtif. Si les QTE sont un peu trop présents à notre gout, certains restent bien pensés. On pense notamment aux ouvertures de portes blindées ou au désamorçage du courant électrique. Ces actions scriptées ajoutent une lourdeur inutile dans le gameplay, heureusement contrebalancées par des fusillades intenses.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_192_F16778_1417870248

Car c’est bien là que The Order 1886 nous rassure. Les gunfight, malgré un déroulement classique, profitent de la beauté du titre, et donnent une dimension intense aux affrontements. Les armes ont chacune leur propre feeling, et sont présentes en grand nombre. Ici encore, le classique (pistolets, fusils…) fréquente des gadgets plus farfelus, qui disposent souvent d’un tir secondaire efficace. Le système de couverture est fluide, et permet de récupérer de la santé lorsque vous avez trop encaissé. Une feature démocratisée depuis un bon moment déjà. Il ne reste plus qu’à attendre pour savoir si les loups-garous, qui sont les véritables ennemis de nos héros, offriront un challenge plus corsé à l’avenir. On l’espère, car la plastique impeccable du titre mériterait un peu plus d’audace manette en main.

CRE0189_The_Order_PSX_Assets_Airship_192_F50347_1417870256

Doté d’une réalisation de haut vol, The Order 1886 ne convainc pas pleinement pour l’instant. La faute à un gameplay un peu trop assisté, heureusement soutenu par des gunfights solides. Espérons que le titre de Ready at Dawn en ait gardé sous la pédale, et ne soit pas qu’une sympathique vitrine pour la machine de Sony.