Test

Test : Creative ZiiO 7

Gadget

Par Rédacteur Invité le

Dévoilée en novembre dernier, la ZiiO 7 de Creative s’affiche d’entrée comme une tablette tactile au prix accessible, puisque proposée à 270€ dans sa version 16Go. Oui mais voilà, afficher un prix aussi compétitif entraîne logiquement un lot de sacrifices, plus ou moins évidents à justifier à l’utilisateur final…


Design



Premier constat, la tablette de Creative affiche une coque dégageant un ton blanc (nacré, pour être précis) très agréable à l’oeil, tranchant avec les coloris noir et aluminium bien trop souvent proposés par la concurrence. Une prise de risque que certains pourront voir comme minimale, mais qui à le mérite de payer d’entrée. Niveau dimensions, on tape là aussi dans l’acceptable, avec du 207.4 x 133 x13.7 mm, pour un poids de 400g. Sans briller par sa légèreté évidente, cette ZiiO saura cependant se nicher sans soucis dans n’importe quel sac. Inutile de préciser que le degré de portabilité d’une tablette est un paramètre des plus importants à prendre en compte. Bref, vu comme ça, on pourrait se dire que tout avait démarré sous les meilleurs auspices.

Mais il y a toujours un “mais”. Et là où ça commence déjà à se se gâter, c’est au niveau de l’écran. Creative ayant opté pour un modèle tactile résistif WVGA 7 (résolution 800 x 480 pixels) permettant certes une réduction des coûts évidente, mais offrant un résultat peu probant. Et pour cause, en plus d’afficher une réactivité loin de lui faire honneur, il traîne un contraste relativement faible traduisant une qualité d’image assez décevante. Pour ne rien arranger, il semble avoir été prévu pour être piloté au stylet. Conséquence directe : il ne gère pas le multitouch. Et puis, les 4 touches situées sous l’écran, et permettant d’accéder aux raccourcis prévus par Google pour son système d’exploitation ne brillent pas non pas par leur réactivité exemplaire. Un comble…

Ergonomie



La tablette de Creative s’en sort plutôt bien sur la question de l’ergonomie, puisqu’elle est dotée d’un slot microSD (32Go au maximum), d’une sortie mini HDMI, d’un port mini USB (qui ne permet toutefois que de transférer du contenu sur votre tablette, et non de la recharger…), d’un processeur ZiiLabs ZMS-08 cadencé à 1GHz, d’une webcam 1.3 megapixels, de 8 ou 16Go de mémoire interne, d’une prise jack 3.5mm, d’un accéléromètre, d’un haut-parleur dégageant une qualité sonore des plus correcte ainsi que d’Android dans sa version 2.1 (hum…) pour le coup directement équipé d’une batterie d’applications maison.

Un choix audacieux puisque permettant de jouir par exemple d’un logiciel directement pensé pour s’adapter à la résolution de l’écran de la tablette et capable de lire vos photos, d’un autre vos vidéos, d’un troisième votre musique. Audacieux mais à la fois incompréhensible sur au moins un point, puisqu’il troque l’Android Market contre un ZiiStore tout sauf ergonomique (il vous renverra parfois vers des pages web peu adaptées à l’écran 7″ du terminal) et des plus vides, ne permettant pas réellement de pouvoir utiliser cette ZiiO en tant que tablette comme on aimerait l’entendre. Si vous comptiez vous appuyer sur la pléthore d’applications fleurissant au sein de la boutique de Google pour démultiplier les fonctions du produit, c’est râpé. Reste en plus de cela que la tablette est loin de s’en sortir avec les honneurs sur le point de l’autonomie, malgré le choix d’un écran sensé être économe en énergie, on se retrouve à devoir passer par la case recharge (via adaptateur secteur, la tablette ne pouvant être rechargée via mini USB, comme je vous le disais plus tôt) toutes les 3, voir 4h. Tout dépendra de votre type d’utilisation, évidemment.

Utilisation



Comme je vous le disais un peu plus haut, difficile de pouvoir utiliser cette tablette comme on pourrait par exemple utiliser un iPad, du fait du peu d’applications proposées au sein du store maison de Creative (épaulé en plus par un ZiiSpaces, vous proposant d’installer une liste d’ applications “de base” dirons nous, qui pourra être utile à l’utilisateur découvrant Android) remplaçant pour le coup l’Android Market. Pour autant, il vous sera toujours possible d’aller récupérer vous même les applications que vous souhaitez au format .apk, et de les copier dans la mémoire interne de la bécane. Possible, mais fastidieux… A côté de ça, la navigation sur le web n’est pas des plus déplaisantes, même s’il est vrai que l’écran 7″ affiche rapidement ses limites en terme d’affichage, et si l’absence du multitouch obligeant jouer avec l’icône de zoom pourra rapidement agacer. Et puisque vous me le demandez, non, le Flash n’est ici pas géré (Android 2.1 a ses limites) Du côté des jeux par contre, si le choix offert est pour le moment restreint, il faudrait cependant être de mauvaise foi pour avancer qu’il n’est pas plaisant de s’adonner sur ce terminal à une partie d’Angry Birds, de Doodle Jump, pour ne citer que ces 2 jeux. Des classiques, accompagnés par quelques autres productions qui pourront trouver grâce aux yeux de certains. On est encore loin de l’exhaustivité d’un Android Market, mais bon…

Si l’on se tourne maintenant du côté de la lecture vidéo, force est de constater que le résultat est loin d’être à la hauteur de nos espérances. Passons rapidement sur le faible contraste de l’écran, déjà assez handicapant lors d’une telle utilisation, pour se focaliser sur le peu d’aisance affiché par la tablette lorsqu’il lui est demandé de lire du contenu MKV (HD), pourtant supporté, adoré des puristes de l’image (et de la VOSTFR, ne venez pas me la faire…) mais ayant tendance à bien souvent subir des baisses de frame-rate. Du coup, il sera recommandé de se limiter à la lecture de contenu SD, voir HD, plus classique. Enfin, pour terminer sur ce point, évoquons rapidement la sortie mini HDMI, plutôt inutile dans l’ensemble puisque faisant ressortir une qualité vidéo assez terne. Rien à redire par contre sur la lecture audio, compatible avec les formats MP3, WAV, WMA, Flac ou encore Ogg Vorbis pour ne citer qu’eux, et que vous pourrez au choix gérer en passant par l’application maison ZiiMusic, ou par la version Android de Winamp, plutôt réussie. Et puis, le fait que le constructeur ait décidé de reprendre sa technologie X-Fi pour ce qui est de la gestion des différents égaliseurs est franchement appréciable, dans le sens où elle traduit une qualité sonore des plus appréciables, qu’il sera également possible de transmettre à une enceinte Bluetooth 2.1 sans fil.

En bref



Creative est cette fois à côté de la plaque avec sa tablette. De peu, cependant. Encore aurait-il fallu qu’il se décide à équiper son terminal d’un écran tactile à la hauteur et de l’Android Market, plutôt que d’opter pour du résistif dénué de multitouch, traduisant un contraste des plus déprimants ainsi que d’un store maison aussi vide qu’un stade de ligue 2 en plein hiver. Reste que son faible prix pourra sans doute aider à décider les personnes à la recherche d’une tablette d’entrée de gamme capable de leur assurer une lecture audio, vidéo, la lecture de leur mail, ainsi que quelques petits à côté. Mais guère plus…

Dévoilée en novembre dernier, la ZiiO 7 de Creative s’affiche d’entrée comme une tablette tactile au prix accessible, puisque proposée à 270€ dans sa version 16Go. Oui mais voilà, afficher un prix aussi compétitif entraîne logiquement un lot de sacrifices, plus ou moins évidents à justifier à l’utilisateur final…


Design



Premier constat, la tablette de Creative affiche une coque dégageant un ton blanc (nacré, pour être précis) très agréable à l’oeil, tranchant avec les coloris noir et aluminium bien trop souvent proposés par la concurrence. Une prise de risque que certains pourront voir comme minimale, mais qui à le mérite de payer d’entrée. Niveau dimensions, on tape là aussi dans l’acceptable, avec du 207.4 x 133 x13.7 mm, pour un poids de 400g. Sans briller par sa légèreté évidente, cette ZiiO saura cependant se nicher sans soucis dans n’importe quel sac. Inutile de préciser que le degré de portabilité d’une tablette est un paramètre des plus importants à prendre en compte. Bref, vu comme ça, on pourrait se dire que tout avait démarré sous les meilleurs auspices.

Mais il y a toujours un “mais”. Et là où ça commence déjà à se se gâter, c’est au niveau de l’écran. Creative ayant opté pour un modèle tactile résistif WVGA 7 (résolution 800 x 480 pixels) permettant certes une réduction des coûts évidente, mais offrant un résultat peu probant. Et pour cause, en plus d’afficher une réactivité loin de lui faire honneur, il traîne un contraste relativement faible traduisant une qualité d’image assez décevante. Pour ne rien arranger, il semble avoir été prévu pour être piloté au stylet. Conséquence directe : il ne gère pas le multitouch. Et puis, les 4 touches situées sous l’écran, et permettant d’accéder aux raccourcis prévus par Google pour son système d’exploitation ne brillent pas non pas par leur réactivité exemplaire. Un comble…

Ergonomie



La tablette de Creative s’en sort plutôt bien sur la question de l’ergonomie, puisqu’elle est dotée d’un slot microSD (32Go au maximum), d’une sortie mini HDMI, d’un port mini USB (qui ne permet toutefois que de transférer du contenu sur votre tablette, et non de la recharger…), d’un processeur ZiiLabs ZMS-08 cadencé à 1GHz, d’une webcam 1.3 megapixels, de 8 ou 16Go de mémoire interne, d’une prise jack 3.5mm, d’un accéléromètre, d’un haut-parleur dégageant une qualité sonore des plus correcte ainsi que d’Android dans sa version 2.1 (hum…) pour le coup directement équipé d’une batterie d’applications maison.

Un choix audacieux puisque permettant de jouir par exemple d’un logiciel directement pensé pour s’adapter à la résolution de l’écran de la tablette et capable de lire vos photos, d’un autre vos vidéos, d’un troisième votre musique. Audacieux mais à la fois incompréhensible sur au moins un point, puisqu’il troque l’Android Market contre un ZiiStore tout sauf ergonomique (il vous renverra parfois vers des pages web peu adaptées à l’écran 7″ du terminal) et des plus vides, ne permettant pas réellement de pouvoir utiliser cette ZiiO en tant que tablette comme on aimerait l’entendre. Si vous comptiez vous appuyer sur la pléthore d’applications fleurissant au sein de la boutique de Google pour démultiplier les fonctions du produit, c’est râpé. Reste en plus de cela que la tablette est loin de s’en sortir avec les honneurs sur le point de l’autonomie, malgré le choix d’un écran sensé être économe en énergie, on se retrouve à devoir passer par la case recharge (via adaptateur secteur, la tablette ne pouvant être rechargée via mini USB, comme je vous le disais plus tôt) toutes les 3, voir 4h. Tout dépendra de votre type d’utilisation, évidemment.

Utilisation



Comme je vous le disais un peu plus haut, difficile de pouvoir utiliser cette tablette comme on pourrait par exemple utiliser un iPad, du fait du peu d’applications proposées au sein du store maison de Creative (épaulé en plus par un ZiiSpaces, vous proposant d’installer une liste d’ applications “de base” dirons nous, qui pourra être utile à l’utilisateur découvrant Android) remplaçant pour le coup l’Android Market. Pour autant, il vous sera toujours possible d’aller récupérer vous même les applications que vous souhaitez au format .apk, et de les copier dans la mémoire interne de la bécane. Possible, mais fastidieux… A côté de ça, la navigation sur le web n’est pas des plus déplaisantes, même s’il est vrai que l’écran 7″ affiche rapidement ses limites en terme d’affichage, et si l’absence du multitouch obligeant jouer avec l’icône de zoom pourra rapidement agacer. Et puisque vous me le demandez, non, le Flash n’est ici pas géré (Android 2.1 a ses limites) Du côté des jeux par contre, si le choix offert est pour le moment restreint, il faudrait cependant être de mauvaise foi pour avancer qu’il n’est pas plaisant de s’adonner sur ce terminal à une partie d’Angry Birds, de Doodle Jump, pour ne citer que ces 2 jeux. Des classiques, accompagnés par quelques autres productions qui pourront trouver grâce aux yeux de certains. On est encore loin de l’exhaustivité d’un Android Market, mais bon…

Si l’on se tourne maintenant du côté de la lecture vidéo, force est de constater que le résultat est loin d’être à la hauteur de nos espérances. Passons rapidement sur le faible contraste de l’écran, déjà assez handicapant lors d’une telle utilisation, pour se focaliser sur le peu d’aisance affiché par la tablette lorsqu’il lui est demandé de lire du contenu MKV (HD), pourtant supporté, adoré des puristes de l’image (et de la VOSTFR, ne venez pas me la faire…) mais ayant tendance à bien souvent subir des baisses de frame-rate. Du coup, il sera recommandé de se limiter à la lecture de contenu SD, voir HD, plus classique. Enfin, pour terminer sur ce point, évoquons rapidement la sortie mini HDMI, plutôt inutile dans l’ensemble puisque faisant ressortir une qualité vidéo assez terne. Rien à redire par contre sur la lecture audio, compatible avec les formats MP3, WAV, WMA, Flac ou encore Ogg Vorbis pour ne citer qu’eux, et que vous pourrez au choix gérer en passant par l’application maison ZiiMusic, ou par la version Android de Winamp, plutôt réussie. Et puis, le fait que le constructeur ait décidé de reprendre sa technologie X-Fi pour ce qui est de la gestion des différents égaliseurs est franchement appréciable, dans le sens où elle traduit une qualité sonore des plus appréciables, qu’il sera également possible de transmettre à une enceinte Bluetooth 2.1 sans fil.

En bref



Creative est cette fois à côté de la plaque avec sa tablette. De peu, cependant. Encore aurait-il fallu qu’il se décide à équiper son terminal d’un écran tactile à la hauteur et de l’Android Market, plutôt que d’opter pour du résistif dénué de multitouch, traduisant un contraste des plus déprimants ainsi que d’un store maison aussi vide qu’un stade de ligue 2 en plein hiver. Reste que son faible prix pourra sans doute aider à décider les personnes à la recherche d’une tablette d’entrée de gamme capable de leur assurer une lecture audio, vidéo, la lecture de leur mail, ainsi que quelques petits à côté. Mais guère plus…