Test

Test Etymotic MC3 et HF3

Audio

Par Laurent le

Attardons-nous aujourd’hui sur deux modèles d’intras proposés par Etymotic. La marque connut son heure de gloire il y a quelques années avec la série ER, intras très neutres, aux basses très sèches et aux grandes qualités sonores. Voici donc le test des modèles MC3 (95€) et HF3 (135€).


Durée du test : 2 mois

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Les MC3 et les HF3 sont des intras. Ils sont donc dans leur élément en extérieur, surtout en environnement très bruité où leur isolation permettra de ne pas trop monter le volume, et donc de préserver son capital auditif. Comme tous les intras, ils ont l’avantage d’être faciles à ranger et transporter, et d’être discrets une fois portés.

Packaging

Rien à dire dans les deux cas : 4 paires d’embouts de tailles et de formes différentes, des filtres, un outil de nettoyage, une sacoche souple (de meilleure qualité dans le cas des HF3, plus épaisse, avec poche intérieure), un clip chemise.

Connectique

La connectique est tout à fait correcte. Les 2 modèles sont équipés d’une télécommande made for Ipod, que je ne peux pas tester vu que je ne suis pas un utilisateur des produits de la pomme. Le jack servant à relier les écouteurs au lecteur audio est en revanche peu pratique, entre un jack droit et un jack coudé classique à 90°.

Finition

L’aspect tout plastique des écouteurs, dans les deux cas, donne une impression de fragilité qui ne s’est pas révélée fondée pendant le test (même si j’ai évité de trop les martyriser). Les deux paires ont en revanche l’avantage d’être légères.

En utilisation

Les HF3 et les MC3 partagent apparemment le même câble, assez sensible aux parasites. Certains modèles de la concurrence font bien pire, mais cela est néanmoins gênant.
Les contrôles pour le téléphone sont placés assez haut sur l’écouteur droit et semblent peu pratiques à utiliser.

Le gros souci de ces deux paires vient surtout de la difficulté à bien les positionner : il faut en effet les enfoncer loin dans les conduits auditifs pour vraiment profiter de leur isolation et de leur qualité sonore. Mal positionnés, ils dépassent des oreilles et ont tendance à ne pas tenir en place. Une fois bien mis, c’est le jour et la nuit dans tous les domaines, mais ils provoquent une gêne lors des longues sessions d’écoute (du moins pour moi).

Les MC3 sont moins sensibles que les HF3, et donnent un volume sonore plus faible à réglage équivalent.

Son

les sessions d’écoutes comparatives ont été réalisées avec un Cowon J3.

Quelques albums utilisés :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection

Si vous avez l’impression que les HF3 sont portés sur le haut du spectre, avec de grosses pertes dans les basses, c’est qu’ils ne sont pas assez enfoncés.
Une fois installés convenablement, ils se révèlent très équilibrés, très dynamiques, et reproduisent bien les nuances. Ils restent lisibles dans tous les styles musicaux, même du métal rapide ou des morceaux chargés en instruments. Les basses sont sèches, les détails sont bien rendus. L’impression de scène sonore est correcte sans être exceptionnelle. Ils dégagent globalement une sensation d’énergie, sans que cela ne devienne caricatural.

Les MC3 gardent la même empreinte, mais perdent en définition : ils se révèlent plus brouillons que les HF3, et un peu mous également. Ils semblent couper plus tôt dans les extrêmes.

Conclusion générale

Etymotic propose deux paires d’intras de très bonne facture, aux grandes qualités sonores et au packaging complet. On regrettera quelques petites difficultés de positionnement.
Au vu de la différence de prix, les HF3 sont diablement plus intéressants.

Recommandé pour:
Le nomade aimant la neutralité audio.

Surtout pas recommandé pour:
Les amateurs de basses rondes.

Attardons-nous aujourd’hui sur deux modèles d’intras proposés par Etymotic. La marque connut son heure de gloire il y a quelques années avec la série ER, intras très neutres, aux basses très sèches et aux grandes qualités sonores. Voici donc le test des modèles MC3 (95€) et HF3 (135€).


Durée du test : 2 mois

Utilisation cible (A quoi ça sert ce truc ?)

Les MC3 et les HF3 sont des intras. Ils sont donc dans leur élément en extérieur, surtout en environnement très bruité où leur isolation permettra de ne pas trop monter le volume, et donc de préserver son capital auditif. Comme tous les intras, ils ont l’avantage d’être faciles à ranger et transporter, et d’être discrets une fois portés.

Packaging

Rien à dire dans les deux cas : 4 paires d’embouts de tailles et de formes différentes, des filtres, un outil de nettoyage, une sacoche souple (de meilleure qualité dans le cas des HF3, plus épaisse, avec poche intérieure), un clip chemise.

Connectique

La connectique est tout à fait correcte. Les 2 modèles sont équipés d’une télécommande made for Ipod, que je ne peux pas tester vu que je ne suis pas un utilisateur des produits de la pomme. Le jack servant à relier les écouteurs au lecteur audio est en revanche peu pratique, entre un jack droit et un jack coudé classique à 90°.

Finition

L’aspect tout plastique des écouteurs, dans les deux cas, donne une impression de fragilité qui ne s’est pas révélée fondée pendant le test (même si j’ai évité de trop les martyriser). Les deux paires ont en revanche l’avantage d’être légères.

En utilisation

Les HF3 et les MC3 partagent apparemment le même câble, assez sensible aux parasites. Certains modèles de la concurrence font bien pire, mais cela est néanmoins gênant.
Les contrôles pour le téléphone sont placés assez haut sur l’écouteur droit et semblent peu pratiques à utiliser.

Le gros souci de ces deux paires vient surtout de la difficulté à bien les positionner : il faut en effet les enfoncer loin dans les conduits auditifs pour vraiment profiter de leur isolation et de leur qualité sonore. Mal positionnés, ils dépassent des oreilles et ont tendance à ne pas tenir en place. Une fois bien mis, c’est le jour et la nuit dans tous les domaines, mais ils provoquent une gêne lors des longues sessions d’écoute (du moins pour moi).

Les MC3 sont moins sensibles que les HF3, et donnent un volume sonore plus faible à réglage équivalent.

Son

les sessions d’écoutes comparatives ont été réalisées avec un Cowon J3.

Quelques albums utilisés :
Black Keys – The Big Come Up
Machine Head – Unto The Locust
NERD – Nothing
Chinese Man – Racing With The Sun
EZ3kiel – Naphtaline
Toots & The Maytals – The Definitive Collection

Si vous avez l’impression que les HF3 sont portés sur le haut du spectre, avec de grosses pertes dans les basses, c’est qu’ils ne sont pas assez enfoncés.
Une fois installés convenablement, ils se révèlent très équilibrés, très dynamiques, et reproduisent bien les nuances. Ils restent lisibles dans tous les styles musicaux, même du métal rapide ou des morceaux chargés en instruments. Les basses sont sèches, les détails sont bien rendus. L’impression de scène sonore est correcte sans être exceptionnelle. Ils dégagent globalement une sensation d’énergie, sans que cela ne devienne caricatural.

Les MC3 gardent la même empreinte, mais perdent en définition : ils se révèlent plus brouillons que les HF3, et un peu mous également. Ils semblent couper plus tôt dans les extrêmes.

Conclusion générale

Etymotic propose deux paires d’intras de très bonne facture, aux grandes qualités sonores et au packaging complet. On regrettera quelques petites difficultés de positionnement.
Au vu de la différence de prix, les HF3 sont diablement plus intéressants.

Recommandé pour:
Le nomade aimant la neutralité audio.

Surtout pas recommandé pour:
Les amateurs de basses rondes.