Test

Test flash : Everybody’s Tennis

Par Rédacteur Invité le

Après avoir déjà tenté le pari du jeu de tennis mi-fun/mi-technique (avec brio) sur Playstation 2 il y a quelques temps maintenant, Clap Hanz se décide a réitérer l’expérience sur PSP. Inutile de préciser que cet Everybody’s Tennis sauce portable avait fait naître chez nous une impatience palpable…

everybody-s-tennis-playstation-portable-psp-040

Plutôt connu pour sa série ô combien charismatique Everybody’s Golf (qui a fait la joie de nombreux possesseurs de PSP…), le studio de développement Clap Hanz a voulu pour la seconde fois se lancer dans un équivalent basé sur le tennis (car non, ce nouveau jeu n’est pas d’un simple portage de la version PS2 sortie en 2007…) Tout en mettant à nouveau à profit la recette visant à proposer un jeu disposant certes d’un gros capital fun, mais aussi d’un gameplay assez travaillé et complexe pour qu’il offre une courbe de progression lente. Sans tomber dans le piège des mécanismes arcade, la production de Clap Hanz vous demandera ainsi d’effectuer vos échanges avec doigté, en respectant un timing bien précis, et en prenant en compte les faiblesses de votre joueur (un joueur mauvais en service ne pourra par exemple pas lancer de missiles, et aura bien du mal à réaliser un service décalé…) Passons au squelette du jeu : articulé autour d’un mode Histoire complet au possible, Everybody’s Tennis emprunte sans vergogne quelques éléments au RPG, et vous propose ainsi, dans la peau de votre joueur (ou joueuse, c’est important de le préciser), de déambuler dans divers endroits afin justement de rencontrer des adversaires toujours plus habiles, et ce dans le but de faire grimper votre expérience, etc. Ainsi, si vos caractéristiques seront automatiquement gonflées après chaque victoire, il vous faudra aussi tirer parti des bonus octroyés lorsque vous enfilez telle ou telle tenue. Concrètement, la façon dont vous vous habillerez pour jouer influera sur vos caractéristiques. Et évidemment, vous débloquerez au fur et à mesure de votre avancée une garde robe très conséquente. Dernier point sur le sujet : les différents personnages que vous serez amenés à contrôler disposeront tous d’une jauge de loyauté. Qui, là encore, grimpera à chaque fois qu’ils se rendront sur un court. Où comment Clap Hanz a réussi là un coup de génie, en utilisant un système certes déjà-vu, mais rudement bien léché… Terminons enfin en traitant rapidement la question des graphismes : inspirés de ceux d’un Everybody’s Golf (pour ce qui est de l’esprit, bien entendu), ils offrent un univers bon enfant, honnête, ainsi que des personnages que vous avez certainement déjà du voir ailleurs (où ? Ce n’est pas bien compliqué à deviner !).

Sans mal, Everybody’s Tennis se classe comme notre coup de coeur de l’été sur portables. Jouissant à la fois d’un gameplay efficace et d’un mode Histoire très complet, il promet à quiconque aime un tant soit peu le genre des heures et des heures de jeu. Bref, du bonheur en barre…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Un mode Histoire complet
Un gameplay complet et complexe
Un univers de jeu agréable

Les –
Le timing dans le gameplay parfois imprécis
Euh…

Après avoir déjà tenté le pari du jeu de tennis mi-fun/mi-technique (avec brio) sur Playstation 2 il y a quelques temps maintenant, Clap Hanz se décide a réitérer l’expérience sur PSP. Inutile de préciser que cet Everybody’s Tennis sauce portable avait fait naître chez nous une impatience palpable…

everybody-s-tennis-playstation-portable-psp-040

Plutôt connu pour sa série ô combien charismatique Everybody’s Golf (qui a fait la joie de nombreux possesseurs de PSP…), le studio de développement Clap Hanz a voulu pour la seconde fois se lancer dans un équivalent basé sur le tennis (car non, ce nouveau jeu n’est pas d’un simple portage de la version PS2 sortie en 2007…) Tout en mettant à nouveau à profit la recette visant à proposer un jeu disposant certes d’un gros capital fun, mais aussi d’un gameplay assez travaillé et complexe pour qu’il offre une courbe de progression lente. Sans tomber dans le piège des mécanismes arcade, la production de Clap Hanz vous demandera ainsi d’effectuer vos échanges avec doigté, en respectant un timing bien précis, et en prenant en compte les faiblesses de votre joueur (un joueur mauvais en service ne pourra par exemple pas lancer de missiles, et aura bien du mal à réaliser un service décalé…) Passons au squelette du jeu : articulé autour d’un mode Histoire complet au possible, Everybody’s Tennis emprunte sans vergogne quelques éléments au RPG, et vous propose ainsi, dans la peau de votre joueur (ou joueuse, c’est important de le préciser), de déambuler dans divers endroits afin justement de rencontrer des adversaires toujours plus habiles, et ce dans le but de faire grimper votre expérience, etc. Ainsi, si vos caractéristiques seront automatiquement gonflées après chaque victoire, il vous faudra aussi tirer parti des bonus octroyés lorsque vous enfilez telle ou telle tenue. Concrètement, la façon dont vous vous habillerez pour jouer influera sur vos caractéristiques. Et évidemment, vous débloquerez au fur et à mesure de votre avancée une garde robe très conséquente. Dernier point sur le sujet : les différents personnages que vous serez amenés à contrôler disposeront tous d’une jauge de loyauté. Qui, là encore, grimpera à chaque fois qu’ils se rendront sur un court. Où comment Clap Hanz a réussi là un coup de génie, en utilisant un système certes déjà-vu, mais rudement bien léché… Terminons enfin en traitant rapidement la question des graphismes : inspirés de ceux d’un Everybody’s Golf (pour ce qui est de l’esprit, bien entendu), ils offrent un univers bon enfant, honnête, ainsi que des personnages que vous avez certainement déjà du voir ailleurs (où ? Ce n’est pas bien compliqué à deviner !).

Sans mal, Everybody’s Tennis se classe comme notre coup de coeur de l’été sur portables. Jouissant à la fois d’un gameplay efficace et d’un mode Histoire très complet, il promet à quiconque aime un tant soit peu le genre des heures et des heures de jeu. Bref, du bonheur en barre…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +
Un mode Histoire complet
Un gameplay complet et complexe
Un univers de jeu agréable

Les –
Le timing dans le gameplay parfois imprécis
Euh…