Test

[Test] Google Pixel 5, l’essentiel de l’expérience Android

Android

Par Anh Phan le

Après des Pixel 4 en demi-teintes avec des technologies sous-exploitées et un prix trop élevé, Google revient en ayant corriger quelque peu le tir et assurer l’essentiel. Voici notre avis sur le nouveau Google Pixel 5.

On va être franc, les Pixel 4 de Google n’avaient pas spécialement marqué les esprits avec des choix plus que discutables dans certains domaines. Du coup, on attendait de pied ferme le Pixel 5 et comme les rumeurs l’avaient confirmé, Google a choisi de ne pas se positionner sur le segment des smartphones premiums mais plutôt les segments du milieu et du haut de gamme.

Comme ce fut déjà le cas avec les précédents Pixel, le Pixel 5 représente la vision de Google sur le marché des smartphones. Et la première surprise, c’est qu’il n’y aura pas de version XL, comme c’était déjà le cas avec le Pixel 4a annoncé à la rentrée. On teste ainsi le nouveau Google Pixel 5 depuis une semaine et voici notre avis.

Caractéristiques du Google Pixel 5

Pour rappel sur les caractéristiques, le Google Pixel 5 propose :

 Google Pixel 5
Écran- Ecran OLED de 6"
- Définition Full HD+ (1080x2400)
- Densité de 432ppp
- Gorilla Glass 6
- Certification HDR
- Smooth Display 90Hz
- Format 19:5:9
- Always On Display
SoC et GPU- Qualcomm Snapdragon 765G
- Adreno 620
- Titan M Security Module
Mémoire- 8Go de RAM
- 128Go stockage
- Pas d'extension mémoire
Coloris- Simplement Noir
- Presque Vert
- Dos en aluminium recyclé
- IP68
Appareil Photo- Double appareil photo au dos :
- Appareil principal : 12,2 Mégapixels, 77°, F1.7, OIS et EIS
- Autofocus PDAF Dual Pixel
- Appareil ultra grand-angle : 16 Mégapixels, 107°, F2.2
- Autofocus PDAF

- Live HDR+
- Top Shot
- Vision de Nuit
- Enregistrement de vidéos en Full HD 1080p jusqu'à 120fps
- Enregistrement de vidéos Ultra HD 2160p à 60fps
- Mode Ralenti en 720p à 240fps
- Mode Cinema Pan

- Appareil frontal grand angle
- 8 Mégapixels
- 83°, F2.0
- Stabilisation électronique (EIS)
- Enregistrement de vidéo frontale en 1080p ou 720p à 30fps
Audio- Haut-parleurs stéréo
- Dolby Atmos
Batterie- Batterie de 4080 mAh
- Recharge rapide 18W
- Recharge sans-fil
- Recharge inversée sans-fil
Connectivités- Bluetooth 5.0
- WiFi 5
- 4G et 5G
- 1x nano-SIM + 1x eSIM
- A-GPS+GLONASS, DNLA, Miracast (WiFi Direct), Google Cast
- NFC
- USB Type-C
- Baromètre, Gyroscope, Accéléromètre
- Capteur de proximité et de luminosité
Logiciel- Android 11
Taille et Poids- 144,7 x 70,4 x 8,0 mm
- 151g
Prix de lancement- 629 €
Date de Disponibilité- Disponibilité le 15 octobre 2020

C’est dans une classique boîte blanche qu’on accueille le Google Pixel 5. Alors que la version Sauge était dans un premier temps prévu, seule la version noire est pour l’instant disponible mais on nous dit chez Google France que la version sauge arrivera plus tard quand les stocks seront à un niveau décent. Sinon, pour le packaging, c’est classique et sans surprise, on retrouve un chargeur USB-C compatible Qualcomm QuickCharge 3.0,  un câble USB-C vers USB-C, des notices pour une première prise en main et spécifiquement pour la version française, des écouteurs/kits mains-libres USB-C. On notera qu’il n’y a plus d’adaptateur USB-A vers USB-C.

Pour son prix, il n’y a qu’une seule version et il faudra compter 629 euros.

Design

Présenté officiellement il y a déjà deux semaine lors d’un événement en ligne, on est sûr que vous savez déjà tout en terme de design. S’il était présenté en deux coloris, seule la version noire est pour l’instant disponible sur le store de Google. Avec un peu de chance, on a testé la version Presque Sauge qui arrivera en France dans un second temps. Le design général est assez sobre et ne change pas des années précédentes. Mais la première chose qu’on remarque, c’est l’arrivée enfin d’un écran quasi intégral avec un simple poinçon pour la caméra avant. En plus de cela, Google a réussi, et on ne comprend pas pourquoi c’est si compliqué pour d’autres, à proposer des bords d’écran de même taille aussi bien sur les côtés qu’en haut et en bas. Bon, ce n’est pas grand chose, mais on apprécie vraiment cette symétrie.

Avec un tel écran, on l’aura remarqué, exit la reconnaissance faciale 3D comme sur les iPhone ou le Pixel 4. Si on aura tendance à dire que c’est un retour en arrière, avec ces temps de pandémie et donc de ports de masques, on apprécie le classique lecteur d’empreintes. D’ailleurs, à ce sujet, Google a choisi de ne pas utiliser un capteur sous l’écran mais un capteur physique au dos. De notre avis, cela ne nous a pas gêné spécialement, c’est rapide et toujours aussi fiable. Et comme Google assure la certification IP68, on n’a pas grand chose à reprocher sur cette partie. Et très personnellement, on apprécie plus l’écran intégral à tous les capteurs présents sur le Pixel 4. Si on pourra regretter la reconnaissance faciale 3D, clairement, on ne regrettera pas la technologie Motion Sense, sous exploitée par Google.

Alors que tous les constructeurs proposent, dans cette gamme de prix, un dos en verre avec une finition matte, Google propose un dos en aluminium, mais pas n’importe quel aluminium puisqu’on parle d’aluminium recyclé, ce qui est un vrai plus en ces temps éco-responsables. Et du coup, une des prouesses de Google, encore, c’est de proposer de la recharge sans-fil malgré le dos en aluminium. On apprécie.

Au final, la finition est toujours très bonne et on apprécie la texture du dos qui n’est pas glissante comme c’est souvent le cas avec les smartphones avec un dos en aluminium. On n’a pas cette sensation de métal et on est assez proche d’un rendu « soft touch » très agréable et qui n’accueille en aucun cas les traces de doigts. A noter que c’est une coque unibody et on pense que le tout est bien plus solide par rapport aux smartphones avec un dos en verre et un contour en métal. De plus, avec une taille plus que raisonnable, la prise en main est excellente et l’utilisation à une main est plus que facile. Et enfin, on retrouve les boutons de volumes et le bouton de mise sous tension et/ou de veille sur la tranche droite, ce qui libère la tranche gauche. En revanche, on aurait préféré avoir le bouton de veille en bas et non en haut des volumes, comme les autres smartphones du marché.

Affichage et Audio

En dehors de l’écran intégral (avec un poinçon tout de même) par rapport à ses prédécesseurs, pas de surprises sur le Pixel 5 puisqu’on retrouve un excellent écran flexible OLED très bien équilibré. C’est, encore une fois, parfaitement calibré avec une très bonne colorimétrie. Il suffit de le comparer à d’autres smartphones récents pour réaliser à quel point il est bon. Il y a trois modes de couleurs, naturel, contrasté et adoptif. Par défaut, il est sur le mode naturel et c’est celui que j’utilise pour avoir des couleurs plus naturelles et proches de la réalité.  Encore une fois, on pourra reprocher une luminosité moindre par rapport à certains concurrents mais pour notre part, on la trouvé très satisfaisante et on n’a eu de gênes ou autres au quotidien.

C’était déjà le cas sur le Pixel 4 et on est heureux de retrouve un taux de rafraichissement de 90Hz qu’on apprécie très fortement en raison du confort que cela procure au quotidien. Cela ne va pas changer le quotidien dans l’absolu. En revanche, on n’a pas retrouvé la technologie Ambiant EQ, similaire à True Tone chez Apple qui permet d’adapter la température de l’écran pour se caler à l’environnement. Oui, c’était plus subtil sur le Pixel 4 par rapport à la technologie True Tone d’Apple mais c’était appréciable. Dommage.

Et enfin, on retrouve des haut-parleurs stéréos qui sont bons dans l’ensemble. Ce ne sont pas les références sur le marché mais on n’aura aucun mal à profiter de contenus internet sans passer par la case casque ou écouteurs. Après, pour des contenus plus longs, on privilégiera forcément un casque audio ou au moins, les écouteurs d’origine.

Android 11, Performances et Autonomie

Sans surprise, le nouveau Google Pixel 5 tourne sous Android 11 qui est disponible depuis début septembre pour un certains nombre de constructeurs et les derniers Pixel de Google. On en parle ICI avec toutes les nouveautés qu’apporte cette mise à jour majeure d’Android donc on ne reviendra pas dessus. La seule chose à retenir, c’est que sur le Google Pixel 5 (et n’importe quel Pixel compatibles), c’est une version sans surcouche constructeur. A noter la nouvelle version de l’enregistreur numérique qui peut « chapitrer » et avec lequel on peut désormais éditer, aussi bien en texte qu’en audio.

On notera qu’on ne retrouve plus la technologie Active Edge qu’on connaissait sur les précédents Pixel. Pour rappel, c’était une fonction qui permettait de lancer lancer une action en « serrant » votre smartphone. Ne l’utilisant pas spécialement, on ne la regrettera pas. A noter que le Pixel supporte la 5G mais on n’a toujours pas de 5G en France. Du coup, on n’a pas pu tester encore cette partie et en attendant que les offres de Bouygues, SFR, Orange ou Free soient disponibles, il va falloir patienter. L’avantage tout de même de la version 5G, c’est que le Pixel 5 assure bien évidemment la compatibilité 4G.

Côté performances, le Google Pixel 5 embarque un SoC Qualcomm Snapdragon 765G. Ce n’est pas le SoC haut de gamme de Qualcomm mais soyons honnête, il suffira pour 99% de nos usages au quotidien. En effet, si les quelques résultats de benchmarks sont là pour donner un classement, la réalité est tout autre et on n’a jamais vraiment senti de limite au quotidien par rapport au Snapdragon 865 par exemple. Le taux de rafraîchissement de 90Hz est parfaitement exploité et le tout reste fluide à l’usage.. Pas de problème particulier à l’usage, on a utilisé le Pixel 5 avec un nombre conséquents d’applications et on n’a pas senti de gêne ou de ralentissement (sauf dans les jeux bien évidemment et ce, en fonction du niveau des graphismes). Le smartphone ne chauffe pas (sauf pour les applications comme les jeux très gourmands) et ce, quelque soit les applications lancées. L’expérience utilisateur reste fluide et dans un usage quotidien, il n’y clairement pas à se plaindre. Maintenant, on ressent tout de même la différence de puissance entre un Pixel 5 et un Pixel 4. Il suffit de voir le temps de traitement des photos qui est moins instantané que sur le modèle de l’année dernière. Rien de bloquant mais ça pourrait être meilleur. On réalise à quel point les algorithmes de Google sont demandeurs de puissance.

Le Google Pixel 5 propose une batterie de 4000 mAh, ce qui est très bien pour ce type de smartphone avec un tel écran et un taux de rafraichissement de 90Hz. On a tout laissé par défaut. Dans nos usages, on a tourné avec une moyenne entre 5h et 6h d’écran par jour pour finir la journée autour des 30%, ce qui est bien. Pour rappel, le Google Pixel 5 propose aussi de la recharge sans-fil, toujours pratique et la recharge inversée pour vos écouteurs par exemple. A noter enfin un mode d’économie d’énergie extrême si on a besoin des fonctions essentielles et qu’on ne peut pas recharger tout de suite.

Photo et Vidéo

On a beau critiqué les choix de Google sur la présence ou non de telle ou telle technologie, il y a un point qu’on ne peut pas leur enlever, c’est que les Pixel restent la référence en photo, même quand les benchmarks ne leur donnent pas raison. Cette année, exit le téléphoto du Pixel 4 pour un ultra grand-angle. C’était un peu la remarque qu’on leur avait faite l’année dernière, à savoir qu’on trouvait l’ultra grand-angle plus utile qu’un téléphoto, surtout que Google propose toujours leur technologie Super Res Zoom qui permet simuler aisément un zoom optique 2x. Dans la pratique, si ça ne rivalise pas avec un vrai zoom x2 optique, les résultats restent très convaincants. En gros pour faire simple, le Pixel 5 prend plusieurs images et à partir d’algorithmes, reconstitue une photo bien plus détaillée. Après, inutile de dire qu’on peut oublier le SpaceZoom 100x d’un Samsung Galaxy S20 Ultra par exemple mais ça fait le job.

Pour les photos plus traditionnelles avec l’appareil photo principale, on s’en doute, le Google Pixel 5 s’en sort super bien. Les couleurs sont toujours un peu plus froides que celles produites par un iPhone 11 Pro et moins saturées que celles d’un Galaxy S20. C’est une question de goût et cela va ravir ceux qui recherche la meilleure fidélité possible. Comme les années d’avant, là où le Pixel 5 continue dans l’héritage des Pixel, c’est dans sa capacité à reconnaître les bonnes scènes et à être toujours 100% fiable. Avec le Pixel 5, il est très difficile de prendre le smartphone de Google en défaut. L’exposition et la balance des blancs sont maitrisées et les couleurs fidèles. Merci aux algorithmes qui permet au Pixel 5 de faire partie de ces smartphones qu’on peut dégainer en toute circonstances et être sûr d’avoir la photo qu’on avait en tête. En revanche, grosse déception du côté de l’ultra grand-angle dans la mesure où si les couleurs sont bien respectées tout comme l’exposition ou encore la balance des blancs, il y a un manque flagrant de détails et de piqué sur les photos en ultra grand-angle sans oublier de l’aberration chromatique dès lors qu’on s’éloigne du centre de la photo. Pour comparaison, les photos en Super Res Zoom proposent plus de piqué que les photos en ultra grand-angle. A côté, à défaut d’une qualité photo folle en ultra grand-angle, on remarquera que Google rattrape très bien l’ultra grand-angle pour éviter les déformations liées à ce type d’objectif.

La vision de nuit est toujours présente bien évidemment et c’est toujours aussi impressionnant. On notera que sur le Pixel 5, l’appareil photo est capable, en fonction de la lumière, de lancer automatiquement le mode vision de nuit. Par rapport aux précédents Pixel, on a eu l’impression que les algorithmes avaient quelque peu évolués pour proposer des photos plus proche de la réalité. La balance des blancs dans ce mode est toujours trop froide pour des photos de nuits mais les détails et le piqué sont là. A cela s’ajoute bien évidemment l’ultra grand-angle qui manque encore de consistance par rapport à l’appareil photo principal. Et bien évidemment, on retrouve la Photographie Astronomique qui permet des poses très longues dès lors que le Pixel 5 est détecté sur un trépied. Malheureusement, je n’ai pas encore pu tester cette fonction sur le Pixel 5, merci Paris… Mais j’avais pu testé cet été avec le Pixel 4a et c’était bluffant. Il n’y a pas de raison de ne pas avoir au moins les mêmes résultats.

Le mode Portrait continue à être toujours aussi efficace et ce, même sans le téléphoto du Pixel 4. Les algorithmes font des miracles. Du coup, Google a ajouté, comme le proposait déjà certains concurrents, la technologie Portrait Light qui permet d’ajouter de la lumière sur les portraits et donc d’avoir un meilleur contrôle. La technologie s’applique automatiquement et l’utilisateur peut après régler le tout en post-production. Du côté, enfin, des fonctions, on retrouve bien évidemment le Suivi AF, toujours aussi pratique pour suivre un sujet, la fonction Top Shot qui détecte les mouvements et se permet de prendre une rafale afin de permettre à l’utilisateur la meilleure photo après coup. A cela s’ajoute maintenant le Live HDR. En gros, vous voyez ce que va être la photo finale, c’est tellement pratique et surtout, cela permet d’ajuster au mieux l’exposition et d’avoir exactement la photo voulue. Pratique.

Voici quelques exemples de photos pour vous faire une meilleure idée :

Concernant la vidéo, les Pixel se bonifient avec le temps. Si on avait reproché au Pixel 4 quelques limites au début, Google s’est vite rattrapée et s’aligne sur ce que propose la concurrence. Avec une résolution allant jusqu’au 4K à 60fps, on pourra aussi bien utilisé l’ultra grand-angle que le grand-angle principal ou le Super Res Zoom en x2. Pratique. A cela s’ajoute un mode plutôt pratique, le Plan Panoramique qui permet de réduire de 2x la vitesse, de couper le son et donc de s’assurer des vidéos plus cinématique.

Galerie Photo

Notre avis

Le Google Pixel 5 est en soi un très bon smartphone et un excellent photophone si on met les résultats en ultra grand-angle de côté qui est clairement un cran en dessous. C’est d’autant plus flagrant quand on le compare à l’appareil photo principal. Si les choix de Google sont encore suffisants cette année, il est temps de faire plus pour le prochain Pixel.

Avec le Pixel 5, Google a choisi le parti de supprimer tout le superflu du Pixel 4 pour se concentrer sur l’essentiel et c’est mission réussie. Le Google Pixel 5 est équilibré dans tous les domaines et est proposé à un prix relativement juste. On espère juste que Google s’attardera un peu sur la partie ultra grand-angle, seul vrai point faible sur le Pixel 5. Pour le reste, des performances à l’autonomie en passant par l’appareil photo principal, c’est du tout bon.

Reste maintenant la concurrence qui s’est bien organisée depuis avec un prix similaire mais qui propose souvent plus. Maintenant le plus grand concurrent du Pixel 5 n'est autre que le Pixel 4a 5G qui propose les mêmes performances et surtout un prix plus agressif si l'utilisateur peut se contenter d'un écran 60Hz, se passer de la recharge sans-fil et enfin ne pas avoir un smartphone certifié IP68.

8 / 10
Les plus
Les moins
  • Design et prise en main
  • Ecran équilibré et agréable
  • Performances au quotidien
  • Très bonne autonomie
  • L'appareil photo principal toujours convaincant
  • Ultra grand-angle moyen
  • Des technologies retirées
  • Des ralentissements sur les applications gourmandes