Test

Test : Les Sims 3 (iPhone/iPod Touch)

Par Rédacteur Invité le

Impossible d’échapper au raz-de-marée provoqué par la sortie des Sims 3. Car pour le coup, Electronic Arts a fait les choses en grand, en proposant par exemple une version iPhone et iPod Touch de son (déjà ?) million-seller, vendue certes au prix fort, mais loin de faire pâle figure… Pour autant, on préfère vous mettre […]

Impossible d’échapper au raz-de-marée provoqué par la sortie des Sims 3. Car pour le coup, Electronic Arts a fait les choses en grand, en proposant par exemple une version iPhone et iPod Touch de son (déjà ?) million-seller, vendue certes au prix fort, mais loin de faire pâle figure…

test_sims_3_iphone_3

Pour autant, on préfère vous mettre tout de suite au jus : inutile de vous attendre à une adaptation reprenant la totalité des mécanismes de la version PC. Ici, le mode de fonctionnement se calque en fait bien plus sur les volets sortis sur consoles (mais si, vous avez déjà dû tâter “chez votre petite cousine” un épisode des Sims, ou des Urbz sur Playstation 2, GameCube, Xbox… non ?) Comprenez que vous ne dirigez qu’un seul et unique Sim (que vous aurez au préalable crée grâce à un éditeur assez cheap, mais qui permet tout de même de coller quelques traits de caractère à votre avatar, libre à vous par exemple de créer un Sim associable pince sans rire…) qui ne vieillit jamais, et qui devra grosso modo réaliser une pléthore d’objectifs et assouvir la plupart de ses envies pendant une petite dizaine d’heures. Objectifs et envies forcément en corrélation avec ses traits de caractères préalablement définis. Mais rassurez-vous, le jeu n’est pas si linéaire qu’il ne pourrait paraître au premier abord, et le côté “je fais ce que je veux, quand je veux” est bel et bien présent au sein du soft. Vous pourrez ainsi si vous le souhaiter faire le tour du voisinage à longueur de journée, resté scotché devant votre télé à vous gratter les noisettes ou que sais-je encore. Seule obligation : veiller aux besoins vitaux de votre Sim (manger, dormir…) Ca sent le déjà joué, c’est indéniable, mais ça reste une fois encore très prenant…

Du côté du gameplay maintenant, sachez que la prise en main est presque immédiate. Les développeurs ont tiré parti des possibilités offertes par l’écran tactile comme il se doit. Difficile donc de reprocher quoi que ce soit sur ce point. Et pour ne rien gâcher, l’interface épurée au possible ne cache pas l’écran… Là ou c’est moins drôle par contre, c’est quand on commence à se heurter aux soucis de stabilité du jeu. Et pour ne rien vous cacher, ça plante tout de même un peu trop souvent, sans aucune raison. Rageant… De la même façon, le jeu à la fâcheuse tendance à ramouiller un peu sur iPhone (sur iPod Touch, c’est déjà mieux…) On attendra donc un patch pour corriger ces quelques soucis. Pour se consoler, on pourra se convaincre que peu de jeux sur l’AppStore peuvent se vanter d’afficher une plastique pareille…

Alors Must Have ou pas ? Pour être honnêtes avec vous, nous avons longuement hésité. Parce que d’un côté, Electronic Arts a parfaitement contourné le piège du « vite développé, vite emballé ». Cette version des Sims 3 est complète c’est indéniable. Et en même temps, d’un autre côté on ne peut que regretter le prix fixé par l’éditeur. Parce que 7.99€, Sims 3 ou pas Sims 3, pour un jeu iPhone, c’est tout de même un peu trop elevé…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Graphiquement réussi
  • Des objectifs très variés
  • Les Sims dans la poche
  • Les –

  • Plantages trop réguliers
  • Un éditeur de Sim trop cheap
  • Des temps de chargement trop nombreux
  • Impossible d’échapper au raz-de-marée provoqué par la sortie des Sims 3. Car pour le coup, Electronic Arts a fait les choses en grand, en proposant par exemple une version iPhone et iPod Touch de son (déjà ?) million-seller, vendue certes au prix fort, mais loin de faire pâle figure…

    test_sims_3_iphone_3

    Pour autant, on préfère vous mettre tout de suite au jus : inutile de vous attendre à une adaptation reprenant la totalité des mécanismes de la version PC. Ici, le mode de fonctionnement se calque en fait bien plus sur les volets sortis sur consoles (mais si, vous avez déjà dû tâter “chez votre petite cousine” un épisode des Sims, ou des Urbz sur Playstation 2, GameCube, Xbox… non ?) Comprenez que vous ne dirigez qu’un seul et unique Sim (que vous aurez au préalable crée grâce à un éditeur assez cheap, mais qui permet tout de même de coller quelques traits de caractère à votre avatar, libre à vous par exemple de créer un Sim associable pince sans rire…) qui ne vieillit jamais, et qui devra grosso modo réaliser une pléthore d’objectifs et assouvir la plupart de ses envies pendant une petite dizaine d’heures. Objectifs et envies forcément en corrélation avec ses traits de caractères préalablement définis. Mais rassurez-vous, le jeu n’est pas si linéaire qu’il ne pourrait paraître au premier abord, et le côté “je fais ce que je veux, quand je veux” est bel et bien présent au sein du soft. Vous pourrez ainsi si vous le souhaiter faire le tour du voisinage à longueur de journée, resté scotché devant votre télé à vous gratter les noisettes ou que sais-je encore. Seule obligation : veiller aux besoins vitaux de votre Sim (manger, dormir…) Ca sent le déjà joué, c’est indéniable, mais ça reste une fois encore très prenant…

    Du côté du gameplay maintenant, sachez que la prise en main est presque immédiate. Les développeurs ont tiré parti des possibilités offertes par l’écran tactile comme il se doit. Difficile donc de reprocher quoi que ce soit sur ce point. Et pour ne rien gâcher, l’interface épurée au possible ne cache pas l’écran… Là ou c’est moins drôle par contre, c’est quand on commence à se heurter aux soucis de stabilité du jeu. Et pour ne rien vous cacher, ça plante tout de même un peu trop souvent, sans aucune raison. Rageant… De la même façon, le jeu à la fâcheuse tendance à ramouiller un peu sur iPhone (sur iPod Touch, c’est déjà mieux…) On attendra donc un patch pour corriger ces quelques soucis. Pour se consoler, on pourra se convaincre que peu de jeux sur l’AppStore peuvent se vanter d’afficher une plastique pareille…

    Alors Must Have ou pas ? Pour être honnêtes avec vous, nous avons longuement hésité. Parce que d’un côté, Electronic Arts a parfaitement contourné le piège du « vite développé, vite emballé ». Cette version des Sims 3 est complète c’est indéniable. Et en même temps, d’un autre côté on ne peut que regretter le prix fixé par l’éditeur. Parce que 7.99€, Sims 3 ou pas Sims 3, pour un jeu iPhone, c’est tout de même un peu trop elevé…

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Graphiquement réussi
  • Des objectifs très variés
  • Les Sims dans la poche
  • Les –

  • Plantages trop réguliers
  • Un éditeur de Sim trop cheap
  • Des temps de chargement trop nombreux