Test

Test : LG G Flex

Notre avis
6 / 10
Android

Par Anh Phan le

Les constructeurs semblent penser que le futur des écrans n’est pas plat mais incurvé voire même plus. On est encore loin des smartphones ou tablettes capables de s’enrouler comme un journal ou un magazine mais petit à petit, on y arrivera. Enfin, je l’espère.

LG a donc décidé de frapper en premier avec le tout premier smartphone avec un écran incurvé. Très honnêtement, ce n’est pas forcément la technologie que j’attendais le plus mais pourquoi pas. Aussi impressionnant que soit l’écran incurvé technologiquement parlant, j’étais plus que sceptique pour un usage quotidien par rapport à un écran plat. Il y a bien quelques avantages de base, comme la réduction des reflets, une certaine ergonomie plus en adéquation avec le visage humain, mais est-ce suffisant pour révolutionner nos usages ?

lg-g-flex-live-01

Les Caractéristiques

Je pense que vous connaissez déjà les caractéristiques techniques de la bête mais pour rappel :

– Ecran Plastic OLED incurvé de 6″ avec une résolution de 1280×720 soit 245ppp
– Processeur Qualcomm Snapdragon 800 quad-core cadencé à 2,26Ghz
– Adreno 330
– 32Go de mémoire interne
– 2Go de RAM
– APN avec un capteur rétro-éclairé de 13 Mégapixels
– Caméra visio de 2,1 Mégapixels
– Bluetooth 4.0 BLE/HS
– WiFi a/b/g/n/ac (dual band)
– NFC, Miracast, DNLA
– GPS + Boussole, Accéléromètre
– Port Micro SIM
– Batterie de 3500 mAh
– Android 4.2.2 Jelly Bean
– Taille de 160,5×81,6×7,9/8,7 mm pour un poids de 177g.

lg-g-flex-live-26

Du côté du packaging, rien de particulier si ce n’est que la boîte noire est incurvée comme le smartphone. À l’intérieur se trouvent ainsi le smartphone, un câble MicroUSB, un chargeur USB, un kit mains-libres et des notices pour une première utilisation. Rien de bien transcendant donc.

lg-g-flex-live-25

Pour le prix, comptez officiellement 749€ hors abonnement. Exclusité chez Orange pour l’instant.

Le Design

Fort du succès du LG G2, il est normal de retrouver un air de famille avec ce G Flex quand on le compare au G2. On retrouve ainsi les petits plus apportés par son petit frère comme les boutons de volume et de veille au dos, la finition plastique ou encore la technologie Knock On. Si on devait simplifier le tout, le G Flex est une sorte d’agrandissement incurvé du G2. Avec un poids de 177g, le smartphone est plutôt léger pour la catégorie des phablets et le poids est bien réparti, si bien qu’on n’a jamais l’impression d’avoir une brique en main.

lg-g-flex-live-19

Quand vous découvrez pour la première fois le G Flex, vous ne percevez pas forcément l’écran incurvé. C’est une fois que vous l’aurez posé sur une table que vous découvrirez qu’il est vraiment incurvé. Attention, l’angle de courbure reste assez subtil mais c’est suffisant pour que vous le voyez à l’usage. Il suffit ainsi de faire dérouler quelques pages internet pour avoir cette sensation de “rouleau”. On peut d’ailleurs considérer le G Flex plus comme une démonstration technologique de l’écran incurvé de LG qu’un nouveau smartphone aux usages bien définis.

lg-g-flex-live-08

La finition est en plastique, non seulement parce que c’est la marque de fabrique du constructeur coréen mais aussi parce que c’est une nécessité due aux technologies embarquées. On retrouve ainsi un dos en plastique dit “régénérant” et anti-rayures. Chose que je n’ai pas trop pu voir à l’oeuvre puisqu’on a gardé le terminal seulement une petite dizaine de jours. Néanmoins, il est de bon ton de penser que cela s’appliquera uniquement aux rayures légères et non aux griffures de clés ou autres. Une des autres nouveautés en dehors de l’écran incurvé, c’est l’intégration d’une batterie incurvée. Ainsi, on peut vraiment écraser le smartphone et le forcer à être plat. Ce n’est pas grand chose mais c’est toujours impressionnant.

lg-g-flex-live-10

Si on parle du smartphone d’un point de vue purement esthétique, il est clair qu’il y a plus beau et mieux fini. Si on n’avait pas cet écran incurvé, le design du G Flex serait assez commun dans l’absolu. Je vous rappelle que vous êtes en présence d’un smartphone XXL et non d’une tablette. Alors oui, l’écran est grand pour un smartphone et on n’est vraiment pas loin d’une tablette de 7″ mais avec la possibilité de tenir le smartphone d’une seule main. Toujours est-il que pour moi, ces smartphones XXL sont le juste compromis entre mobilité et confort de lecture.

lg-g-flex-live-04

Comme pour tous les smartphones XXL, le LG G Flex n’est clairement pas taillé pour une poche de jean, il est pré-destiné à une veste ou un sac, le tout, si possible, en couple avec un kit mains-libres. J’ai bien évidemment quand même essayé de le mettre dans mon jean, ça dépassait un peu mais surtout, le fait que le G Flex soit incurvé ne m’a pas trop gêné. Du coup, le G Flex s’est souvent plus retrouvé dans ma poche arrière sans que j’eus à avoir peur de la casser en m’asseyant.

lg-g-flex-live-12

On retrouve ainsi en façade l’écran Plastic OLED de 6″. En haut de l’écran se trouvent un haut-parleur avec, à sa gauche, les capteurs de proximité et de luminosité ainsi que la caméra visio de 2,1 Mégapixels et à sa droite, la LED de notification. En bas de l’écran le logo LG est présent. Je vous rappelle que LG utilise des boutons virtuels mais qui ne sont pas ceux de Google. Au niveau du dos, on retrouve donc le plastique avec les boutons de mise sous tension et/ou de veille ainsi que les deux boutons de volumes qui pourront être personnalisés pour des fonctions supplémentaires comme le déclencheur pour les selfies. En bas du dos, on retrouve le logo LG avec, à sa droite, le haut-parleur multimédia. Sur la tranche du haut se situe un micro alors que la tranche de droite accueille le port Micro-SIM. Vous ne trouverez rien sur la tranche de gauche et enfin, sur la tranche du bas se trouvent un autre micro, le port Micro-USB compatible MHL et la prise Jack de 3,5mm.

LG G Flex from Arthur on Sketchfab.

Ecran et Son

Avec un écran incurvé, LG a axé sa communication autour de certains avantages pour le consommateur que nous sommes. Ainsi, avec un écran incurvé, le smartphone épousera mieux la forme de votre visage, vous aurez l’impression d’être plus immergé dans votre écran lors de la lecture de vidéo et enfin, vous subirez moins les reflets d’écran. On retiendra aussi que l’écran du G Flex est bel et bien flexible.

lg-g-flex-live-02

Très honnêtement, le LG G Flex répond parfaitement à cette communication mais n’a pas révolutionné mon usage. Oui, le smartphone a mieux épousé mon visage dans l’absolu mais dans mon quotidien, je n’ai que très peu, voire quasiment jamais, noté cet avantage par rapport à un smartphone plat. De même pour la lecture de vidéo, l’angle de courbure étant celle de votre oeil, vous aurez une sensation de plus grand mais c’est tout. Je pense que cela s’applique mieux aux écrans de grande taille. En revanche, quand vous tenez le smartphone en mode portrait et que vous faites défiler un site web, on a cette petite sensation de “rouleau”. Ce n’est ni plus agréable, ni moins agréable, c’est juste amusant à noter. Et enfin, pour les histoires de reflets, je suis totalement d’accord avec LG, c’est vraiment mieux par rapport à un écran plat. À noter aussi que de par son écran courbe, il se raiera beaucoup moins facilement dans la vie de tous les jours.

lg-g-flex-poled-live-08

Cependant, ce qui m’a le plus gêné au final, c’est la qualité même du Plastic OLED. Depuis quelques années, on s’est habitué aux écrans d’une qualité assez bluffante et avec une finesse d’écran plutôt incroyable. Du coup, nos yeux se sont habitués à une certaine qualité qu’on ne retrouve pas du tout sur l’écran du LG G Flex. Et ce n’est pas seulement dû à la résolution 720p. Pour m’en convaincre, il m’a suffit de comparer le LG G Flex au Samsung Galaxy Mega 6.3 qui propose un écran plat de 6″, avec une résolution 720p. Même si ça ne rivalise clairement pas avec un écran Full HD, un écran HD, même de 6″, reste suffisamment fin pour une utilisation quotidienne. Il y a une chose qui m’a véritablement incommodé : l’impression d’un filtre gris posé au dessus de l’écran, qui rendait non seulement l’écran plus terne mais aussi plus granuleux. En sus, s’ajoute une sorte de rafraîchissement en slow-motion qui fait qu’on se retrouvait souvent avec des images fantômes, plus particulièrement lorsque l’on passait d’une couleur claire à une couleur foncée.

lg-g-flex-poled-live-03

lg-g-flex-poled-live-05

lg-g-flex-poled-live-06

lg-g-flex-poled-live-07

lg-g-flex-poled-live-08

Concernant le son, le haut-parleur multimédia se situe dans le dos et non au niveau de la tranche comme sur le LG G2. Pour la qualité en elle-même, ce sont des haut-parleurs tout ce qu’il y a de plus classiques et c’était souvent suffisant pour un usage type vidéos Youtube ou autres. Bien évidemment, je ne saurais que trop vous conseiller des écouteurs ou une enceinte externe Bluetooth. Comme pour le G2, LG ne s’est pas embarrassé d’une application tiers pour gérer vos fichiers MP3, on se contentera de Google Play Music ou encore d’applications comme Deezer ou Spotify. Du coup, pas de réglages ou d’optimisations sonores comme le HTC BoomBox pour le HTC One ou les Clear Phase / XLoud / AudioClear+ sur les Sony Xperia Z/Z1/Z2.

Utilisation, Performances et Autonomie

Du côté des caractéristiques techniques, si on enlève l’écran, le LG G Flex et le LG G2 sont quasi similaires avec les mêmes spécifications. Du coup, on retrouve exactement le même niveau de performance entre les deux appareils. Le G Flex est ainsi très véloce et vous aurez ce qu’il y a de mieux actuellement. Je vous rappelle que le processeur n’est autre qu’un Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2,26Ghz avec 2Go de RAM et 32Go de mémoire interne. L’OS est Android 4.2.2 avec la surcouche maison très (trop?) colorée. Que cela soit un simple navigateur comme Chrome ou des jeux très très gourmands comme Real Racing ou Asphalt 8, le G Glex n’a jamais, mais alors jamais sourcillé. De plus, j’ai trouvé que le G Flex n’avait aucune tendance à surchauffer ou quoique ce soit comme certains smartphones quand ils sont sollicités. Aussi, je vous invite à aller voir le test du LG G2 pour plus d’informations autour de la surcouche.

lg-g-flex-soft-live-38

lg-g-flex-soft-live-39

Du côté de l’autonomie, rien de particulier dans l’absolu. C’était excellent avec le G2, eh bien ça l’est aussi avec le G Flex. Alors oui, on aurait pu penser que l’écran de 6″ et la technologie Plastic OLED allaient potentiellement consommer plus mais ce n’est pas le cas. La résolution HD, et non Full HD, n’est aussi sans doute pas étrangère à ces performances. Dans mon utilisation quotidienne, qui mélange la consultation de mes mails, de l’internet, du Google Maps, une vingtaine de photos et l’écoute de musique via Spotify ou Google Play Music, le tout avec les paramètres de notifications par défaut, j’ai pu tenir facilement une journée et demi, ce qui veut dire qu’avec un usage plus modéré, on devrait avoir une autonomie supérieure à deux jours.

lg-g-flex-soft-live-35

Toujours sur l’autonomie, certains pointent du doigt le fait qu’on ne fait pas plus de mesure scientifique. Mais je fais partie de ceux qui pensent que les benchmarks d’autonomie, axés autour d’une fonction ou autres, ne sont pas représentatifs de l’autonomie réelle que peut apporter un smartphone. De nos jours, si les smartphones tiennent entre une ou deux journées d’utilisation, on se retrouve dans la moyenne et à mon avis, il n’y a pas encore de progrès véritablement significatif pour que les benchmarks apportent une vraie plus-value.

Photo et Vidéo

Le LG G Flex embarque le même capteur que le G2, soit un capteur rétro-éclairé de 13 Mégapixels avec AF. En revanche, la faute à l’écran incurvé, on ne retrouve pas le stabilisateur optique qu’on avait sur le G2. Il faudra donc faire attention lors de la prise de vue si on a la bougeotte. Fort de l’expérience acquise avec le G2, on retrouve une qualité assez similaire dans l’absolu. Bien entendu, ça ne rivalise pas avec des références comme le Nokia Lumia 1020 mais dans l’ensemble, j’ai été agréablement surpris par les clichés pris avec le LG G Flex, avec une bonne gestion de la balance des blancs, des couleurs contrastées et un rendu net, le tout est assez flatteur pour le grand public.

lg-g-flex-live-11

Du côté de l’application photo, on retrouve l’application du G2, assez classique et avec les nombreux modes qu’on connaît tous désormais : les modes Nuit, Panorama, VR Panorama (PhotoSphere-like), HDR, Visage, etc. Tous ces modes sont présentés sous la forme d’une grille pour un accès plus rapide ou sous la forme d’un carrousel pour un accès plus visuel. Toujours rien de spécial si ce n’est que je trouve dommage que le constructeur n’ait toujours pas jugé nécessaire d’intégrer des fonctions plus avancées comme l’affichage de la grille des tiers, si précieuse pour cadrer correctement. De même, on retrouve les bizarreries du LG G2. Si vous utilisez le raccourci APN sans avoir déverrouillé votre smartphone, LG chargera les paramètres par défaut, ce qui veut dire la désactivation du geo-tagging par exemple.

lg-g-flex-soft-live-14

Du côté de la vidéo, rien à signaler en fait puisqu’on est dans les standards de ce que propose les autres smartphones concurrents.

Voici quelques photos prises avec le LG G Flex :

Conclusion

Avec du recul, il faut reconnaître que l’écran incurvé de LG est à la fois impressionnant et décevant. Il est impressionnant par sa courbure mais décevant par ses performances bien en deçà des écrans concurrents. À côté, on se retrouve avec un smartphone tout ce qu’il y a de plus classique, avec certes des performances et une autonomie de haute volée mais dans un design plus que commun et surtout un prix premium qui ne se justifie pas vraiment.

Le LG G Flex est plus une démonstration technologique qu’autre chose donc si vous l’achetez, vous le ferez en connaissance de cause. On en est encore aux balbutiements des écrans courbes et il n’y a pas de doute à avoir, nous aurons mieux dans très peu de temps. Le LG G2 reste plus cohérent et ce, à moindre frais.

La Galerie Photo

Les constructeurs semblent penser que le futur des écrans n’est pas plat mais incurvé voire même plus. On est encore loin des smartphones ou tablettes capables de s’enrouler comme un journal ou un magazine mais petit à petit, on y arrivera. Enfin, je l’espère.

LG a donc décidé de frapper en premier avec le tout premier smartphone avec un écran incurvé. Très honnêtement, ce n’est pas forcément la technologie que j’attendais le plus mais pourquoi pas. Aussi impressionnant que soit l’écran incurvé technologiquement parlant, j’étais plus que sceptique pour un usage quotidien par rapport à un écran plat. Il y a bien quelques avantages de base, comme la réduction des reflets, une certaine ergonomie plus en adéquation avec le visage humain, mais est-ce suffisant pour révolutionner nos usages ?

lg-g-flex-live-01

Les Caractéristiques

Je pense que vous connaissez déjà les caractéristiques techniques de la bête mais pour rappel :

– Ecran Plastic OLED incurvé de 6″ avec une résolution de 1280×720 soit 245ppp
– Processeur Qualcomm Snapdragon 800 quad-core cadencé à 2,26Ghz
– Adreno 330
– 32Go de mémoire interne
– 2Go de RAM
– APN avec un capteur rétro-éclairé de 13 Mégapixels
– Caméra visio de 2,1 Mégapixels
– Bluetooth 4.0 BLE/HS
– WiFi a/b/g/n/ac (dual band)
– NFC, Miracast, DNLA
– GPS + Boussole, Accéléromètre
– Port Micro SIM
– Batterie de 3500 mAh
– Android 4.2.2 Jelly Bean
– Taille de 160,5×81,6×7,9/8,7 mm pour un poids de 177g.

lg-g-flex-live-26

Du côté du packaging, rien de particulier si ce n’est que la boîte noire est incurvée comme le smartphone. À l’intérieur se trouvent ainsi le smartphone, un câble MicroUSB, un chargeur USB, un kit mains-libres et des notices pour une première utilisation. Rien de bien transcendant donc.

lg-g-flex-live-25

Pour le prix, comptez officiellement 749€ hors abonnement. Exclusité chez Orange pour l’instant.

Le Design

Fort du succès du LG G2, il est normal de retrouver un air de famille avec ce G Flex quand on le compare au G2. On retrouve ainsi les petits plus apportés par son petit frère comme les boutons de volume et de veille au dos, la finition plastique ou encore la technologie Knock On. Si on devait simplifier le tout, le G Flex est une sorte d’agrandissement incurvé du G2. Avec un poids de 177g, le smartphone est plutôt léger pour la catégorie des phablets et le poids est bien réparti, si bien qu’on n’a jamais l’impression d’avoir une brique en main.

lg-g-flex-live-19

Quand vous découvrez pour la première fois le G Flex, vous ne percevez pas forcément l’écran incurvé. C’est une fois que vous l’aurez posé sur une table que vous découvrirez qu’il est vraiment incurvé. Attention, l’angle de courbure reste assez subtil mais c’est suffisant pour que vous le voyez à l’usage. Il suffit ainsi de faire dérouler quelques pages internet pour avoir cette sensation de “rouleau”. On peut d’ailleurs considérer le G Flex plus comme une démonstration technologique de l’écran incurvé de LG qu’un nouveau smartphone aux usages bien définis.

lg-g-flex-live-08

La finition est en plastique, non seulement parce que c’est la marque de fabrique du constructeur coréen mais aussi parce que c’est une nécessité due aux technologies embarquées. On retrouve ainsi un dos en plastique dit “régénérant” et anti-rayures. Chose que je n’ai pas trop pu voir à l’oeuvre puisqu’on a gardé le terminal seulement une petite dizaine de jours. Néanmoins, il est de bon ton de penser que cela s’appliquera uniquement aux rayures légères et non aux griffures de clés ou autres. Une des autres nouveautés en dehors de l’écran incurvé, c’est l’intégration d’une batterie incurvée. Ainsi, on peut vraiment écraser le smartphone et le forcer à être plat. Ce n’est pas grand chose mais c’est toujours impressionnant.

lg-g-flex-live-10

Si on parle du smartphone d’un point de vue purement esthétique, il est clair qu’il y a plus beau et mieux fini. Si on n’avait pas cet écran incurvé, le design du G Flex serait assez commun dans l’absolu. Je vous rappelle que vous êtes en présence d’un smartphone XXL et non d’une tablette. Alors oui, l’écran est grand pour un smartphone et on n’est vraiment pas loin d’une tablette de 7″ mais avec la possibilité de tenir le smartphone d’une seule main. Toujours est-il que pour moi, ces smartphones XXL sont le juste compromis entre mobilité et confort de lecture.

lg-g-flex-live-04

Comme pour tous les smartphones XXL, le LG G Flex n’est clairement pas taillé pour une poche de jean, il est pré-destiné à une veste ou un sac, le tout, si possible, en couple avec un kit mains-libres. J’ai bien évidemment quand même essayé de le mettre dans mon jean, ça dépassait un peu mais surtout, le fait que le G Flex soit incurvé ne m’a pas trop gêné. Du coup, le G Flex s’est souvent plus retrouvé dans ma poche arrière sans que j’eus à avoir peur de la casser en m’asseyant.

lg-g-flex-live-12

On retrouve ainsi en façade l’écran Plastic OLED de 6″. En haut de l’écran se trouvent un haut-parleur avec, à sa gauche, les capteurs de proximité et de luminosité ainsi que la caméra visio de 2,1 Mégapixels et à sa droite, la LED de notification. En bas de l’écran le logo LG est présent. Je vous rappelle que LG utilise des boutons virtuels mais qui ne sont pas ceux de Google. Au niveau du dos, on retrouve donc le plastique avec les boutons de mise sous tension et/ou de veille ainsi que les deux boutons de volumes qui pourront être personnalisés pour des fonctions supplémentaires comme le déclencheur pour les selfies. En bas du dos, on retrouve le logo LG avec, à sa droite, le haut-parleur multimédia. Sur la tranche du haut se situe un micro alors que la tranche de droite accueille le port Micro-SIM. Vous ne trouverez rien sur la tranche de gauche et enfin, sur la tranche du bas se trouvent un autre micro, le port Micro-USB compatible MHL et la prise Jack de 3,5mm.

LG G Flex from Arthur on Sketchfab.

Ecran et Son

Avec un écran incurvé, LG a axé sa communication autour de certains avantages pour le consommateur que nous sommes. Ainsi, avec un écran incurvé, le smartphone épousera mieux la forme de votre visage, vous aurez l’impression d’être plus immergé dans votre écran lors de la lecture de vidéo et enfin, vous subirez moins les reflets d’écran. On retiendra aussi que l’écran du G Flex est bel et bien flexible.

lg-g-flex-live-02

Très honnêtement, le LG G Flex répond parfaitement à cette communication mais n’a pas révolutionné mon usage. Oui, le smartphone a mieux épousé mon visage dans l’absolu mais dans mon quotidien, je n’ai que très peu, voire quasiment jamais, noté cet avantage par rapport à un smartphone plat. De même pour la lecture de vidéo, l’angle de courbure étant celle de votre oeil, vous aurez une sensation de plus grand mais c’est tout. Je pense que cela s’applique mieux aux écrans de grande taille. En revanche, quand vous tenez le smartphone en mode portrait et que vous faites défiler un site web, on a cette petite sensation de “rouleau”. Ce n’est ni plus agréable, ni moins agréable, c’est juste amusant à noter. Et enfin, pour les histoires de reflets, je suis totalement d’accord avec LG, c’est vraiment mieux par rapport à un écran plat. À noter aussi que de par son écran courbe, il se raiera beaucoup moins facilement dans la vie de tous les jours.

lg-g-flex-poled-live-08

Cependant, ce qui m’a le plus gêné au final, c’est la qualité même du Plastic OLED. Depuis quelques années, on s’est habitué aux écrans d’une qualité assez bluffante et avec une finesse d’écran plutôt incroyable. Du coup, nos yeux se sont habitués à une certaine qualité qu’on ne retrouve pas du tout sur l’écran du LG G Flex. Et ce n’est pas seulement dû à la résolution 720p. Pour m’en convaincre, il m’a suffit de comparer le LG G Flex au Samsung Galaxy Mega 6.3 qui propose un écran plat de 6″, avec une résolution 720p. Même si ça ne rivalise clairement pas avec un écran Full HD, un écran HD, même de 6″, reste suffisamment fin pour une utilisation quotidienne. Il y a une chose qui m’a véritablement incommodé : l’impression d’un filtre gris posé au dessus de l’écran, qui rendait non seulement l’écran plus terne mais aussi plus granuleux. En sus, s’ajoute une sorte de rafraîchissement en slow-motion qui fait qu’on se retrouvait souvent avec des images fantômes, plus particulièrement lorsque l’on passait d’une couleur claire à une couleur foncée.

lg-g-flex-poled-live-03

lg-g-flex-poled-live-05

lg-g-flex-poled-live-06

lg-g-flex-poled-live-07

lg-g-flex-poled-live-08

Concernant le son, le haut-parleur multimédia se situe dans le dos et non au niveau de la tranche comme sur le LG G2. Pour la qualité en elle-même, ce sont des haut-parleurs tout ce qu’il y a de plus classiques et c’était souvent suffisant pour un usage type vidéos Youtube ou autres. Bien évidemment, je ne saurais que trop vous conseiller des écouteurs ou une enceinte externe Bluetooth. Comme pour le G2, LG ne s’est pas embarrassé d’une application tiers pour gérer vos fichiers MP3, on se contentera de Google Play Music ou encore d’applications comme Deezer ou Spotify. Du coup, pas de réglages ou d’optimisations sonores comme le HTC BoomBox pour le HTC One ou les Clear Phase / XLoud / AudioClear+ sur les Sony Xperia Z/Z1/Z2.

Utilisation, Performances et Autonomie

Du côté des caractéristiques techniques, si on enlève l’écran, le LG G Flex et le LG G2 sont quasi similaires avec les mêmes spécifications. Du coup, on retrouve exactement le même niveau de performance entre les deux appareils. Le G Flex est ainsi très véloce et vous aurez ce qu’il y a de mieux actuellement. Je vous rappelle que le processeur n’est autre qu’un Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2,26Ghz avec 2Go de RAM et 32Go de mémoire interne. L’OS est Android 4.2.2 avec la surcouche maison très (trop?) colorée. Que cela soit un simple navigateur comme Chrome ou des jeux très très gourmands comme Real Racing ou Asphalt 8, le G Glex n’a jamais, mais alors jamais sourcillé. De plus, j’ai trouvé que le G Flex n’avait aucune tendance à surchauffer ou quoique ce soit comme certains smartphones quand ils sont sollicités. Aussi, je vous invite à aller voir le test du LG G2 pour plus d’informations autour de la surcouche.

lg-g-flex-soft-live-38

lg-g-flex-soft-live-39

Du côté de l’autonomie, rien de particulier dans l’absolu. C’était excellent avec le G2, eh bien ça l’est aussi avec le G Flex. Alors oui, on aurait pu penser que l’écran de 6″ et la technologie Plastic OLED allaient potentiellement consommer plus mais ce n’est pas le cas. La résolution HD, et non Full HD, n’est aussi sans doute pas étrangère à ces performances. Dans mon utilisation quotidienne, qui mélange la consultation de mes mails, de l’internet, du Google Maps, une vingtaine de photos et l’écoute de musique via Spotify ou Google Play Music, le tout avec les paramètres de notifications par défaut, j’ai pu tenir facilement une journée et demi, ce qui veut dire qu’avec un usage plus modéré, on devrait avoir une autonomie supérieure à deux jours.

lg-g-flex-soft-live-35

Toujours sur l’autonomie, certains pointent du doigt le fait qu’on ne fait pas plus de mesure scientifique. Mais je fais partie de ceux qui pensent que les benchmarks d’autonomie, axés autour d’une fonction ou autres, ne sont pas représentatifs de l’autonomie réelle que peut apporter un smartphone. De nos jours, si les smartphones tiennent entre une ou deux journées d’utilisation, on se retrouve dans la moyenne et à mon avis, il n’y a pas encore de progrès véritablement significatif pour que les benchmarks apportent une vraie plus-value.

Photo et Vidéo

Le LG G Flex embarque le même capteur que le G2, soit un capteur rétro-éclairé de 13 Mégapixels avec AF. En revanche, la faute à l’écran incurvé, on ne retrouve pas le stabilisateur optique qu’on avait sur le G2. Il faudra donc faire attention lors de la prise de vue si on a la bougeotte. Fort de l’expérience acquise avec le G2, on retrouve une qualité assez similaire dans l’absolu. Bien entendu, ça ne rivalise pas avec des références comme le Nokia Lumia 1020 mais dans l’ensemble, j’ai été agréablement surpris par les clichés pris avec le LG G Flex, avec une bonne gestion de la balance des blancs, des couleurs contrastées et un rendu net, le tout est assez flatteur pour le grand public.

lg-g-flex-live-11

Du côté de l’application photo, on retrouve l’application du G2, assez classique et avec les nombreux modes qu’on connaît tous désormais : les modes Nuit, Panorama, VR Panorama (PhotoSphere-like), HDR, Visage, etc. Tous ces modes sont présentés sous la forme d’une grille pour un accès plus rapide ou sous la forme d’un carrousel pour un accès plus visuel. Toujours rien de spécial si ce n’est que je trouve dommage que le constructeur n’ait toujours pas jugé nécessaire d’intégrer des fonctions plus avancées comme l’affichage de la grille des tiers, si précieuse pour cadrer correctement. De même, on retrouve les bizarreries du LG G2. Si vous utilisez le raccourci APN sans avoir déverrouillé votre smartphone, LG chargera les paramètres par défaut, ce qui veut dire la désactivation du geo-tagging par exemple.

lg-g-flex-soft-live-14

Du côté de la vidéo, rien à signaler en fait puisqu’on est dans les standards de ce que propose les autres smartphones concurrents.

Voici quelques photos prises avec le LG G Flex :

Conclusion

Avec du recul, il faut reconnaître que l’écran incurvé de LG est à la fois impressionnant et décevant. Il est impressionnant par sa courbure mais décevant par ses performances bien en deçà des écrans concurrents. À côté, on se retrouve avec un smartphone tout ce qu’il y a de plus classique, avec certes des performances et une autonomie de haute volée mais dans un design plus que commun et surtout un prix premium qui ne se justifie pas vraiment.

Le LG G Flex est plus une démonstration technologique qu’autre chose donc si vous l’achetez, vous le ferez en connaissance de cause. On en est encore aux balbutiements des écrans courbes et il n’y a pas de doute à avoir, nous aurons mieux dans très peu de temps. Le LG G2 reste plus cohérent et ce, à moindre frais.

La Galerie Photo

Notre avis

Courbé

6 / 10