Test

[Test] Pokémon X/Y – Comment mêler avec brio innovation et conservatisme [3DS]

Notre avis
9 / 10

Par Kocobe le

Pokémon X et Y marquent la 6e génération des petites créatures sur console portable. Ces versions arrivent-elles à maintenir le niveau atteint par Noir, Noir 2, Blanc et Blanc 2 ?

Artwork-pkmnxy

Au début du jeu, vous devrez choisir entre Marisson, Feunec ou Grenousse.

Au début du jeu, vous devrez choisir entre Marisson, Feunec ou Grenousse.

On commence à les avoir, les automatismes, après 14 ans de pratique des diverses versions de Pokémon. Chaque version a apporté sa petite touche d’innovation depuis Rouge et Bleu sur Game Boy. Or et Argent (Game Boy Color) ont apporté la couleur et deux nouveaux types. Rubis et Saphir (Game Boy Advance) ont apporté les combats doubles et les talents. Diamant et Perle (Nintendo DS) ont apporté le online et le double écran. Noir et Blanc (Nintendo DS) ont apporté une nouvelle vision de l’univers et une certaine forme d’aboutissement de la série. Si on devait retenir les innovations importantes de X et Y sur Nintendo 3DS, ça serait bien évidemment l’arrivée de la 3D, le type fée et les méga-évolutions.

Les modélisations sont colorées et jolies.
Les modélisations sont colorées et jolies.

Les modélisations 3D des Pokémon sont parfaites. Il n’y a rien à dire, tant sur le choix du cel-shading que sur le rendu des animations de combat. On se surprend à redécouvrir les Pokémon qu’on connait pourtant depuis toujours. Le résultat catalyse l’impression qu’est censé renvoyer le Pokémon (über-mignon ou au contraire über-menaçant). Ils sont de surcroît particulièrement expressifs. On sent par contre que la 3DS est poussée dans ses derniers retranchements puisque le jeu subit des chutes de framerate lorsque la 3D auto-stéréoscopique est activée. Mais comme vous êtes des personnes de goût, vous ne l’activerez pas. Et tant qu’on est dans les qualités artistiques du titre, sachez que les musiques sont sublimes.

Lucario méga-évoluera sous certaines conditions.
Lucario méga-évoluera sous certaines conditions.

Les méga-évolutions apportent une petite dimension stratégique supplémentaire au jeu. La crainte des joueurs était qu’elles déséquilibrent un gameplay déjà très complexe. Il n’en est rien puisque les méga-évolutions se limitent à un Pokémon par combat, une seule fois par combat. Le moment pour effectuer cette transformation temporaire qui booste les statistiques et qui peut changer le type du Pokémon doit donc être choisi après mure réflexion. Il s’agit clairement de la botte secrète. Il est donc probable que lors des parties multijoueurs, toutes les bonnes équipes comptent au moins un Pokémon pouvant méga-évoluer. Cela donne de la souplesse d’action dans un gameplay au tour par tour rigide par nature qui ne demandait que ce genre de nouveautés.

Les Pokémon de type fée roulent littéralement sur les dragons.
Les Pokémon de type fée roulent littéralement sur les dragons.

Le type fée est issu de la volonté des concepteurs de rééquilibrer le metagame. Ce nouveau type est en effet fort contre les plus puissants du jeu, comme dragon et ténèbres, et faible contre le type poison, considéré comme le plus faible du jeu. Il est également faible contre l’acier. Ainsi, plusieurs Pokémon se voient affublés de ce nouveau type en plus, ou à la place, de leur type précédent (comme Rondoudou ou Gardevoir). Ceux qui vont s’y mettre intégreront cette nouvelle table des affinités en même temps que tout le reste, mais les anciens devront mettre au placard nombre de stratégies qui ne marcheront plus désormais. Ça brasse, c’est bien, même si je pense que ce nouveau type est un peu trop puissant et qu’il risque également de rendre le type acier légèrement god tier. L’avenir et la pratique nous le diront.

On peut pimper son dresseur (fille ou garçon) dans les boutiques de vêtements.
On peut pimper son dresseur (fille ou garçon) dans les boutiques de vêtements.

Pokémon X et Y ne se contentent pas de ces trois grosses features et parviennent à nous surprendre tout le long de l’aventure par de petites surprises pour les habitués que nous sommes. Des choses qui peuvent paraitre futiles, mais qui se révèlent très plaisantes en jeu. Par exemple, il est possible de faire des échanges ou des combats depuis n’importe où, et plus exclusivement depuis un centre Pokémon comme c’était le cas avant. Cela évite de devoir laisser en plan l’exploration d’une grotte pour aller échanger son Boguérisse contre un Nymphali. Il vous sera également possible d’utiliser des buffs sur les joueurs qui sont à proximité de vous, en local, ou bien connectés à internet. Vous pourrez leur rendre service en leur offrant un petit boost d’attaque temporaire ou bien encore une probabilité de capture plus élevée. Pratique et amusant. Il est également possible d’utiliser ces auras sur vous-mêmes.

Le souci du détail. Regardez moi ce panneau, typiquement parisien.
Le souci du détail. Regardez moi ce panneau, typiquement parisien.

Et à côté de toutes ces grandes et petites nouveautés que je ne vous ai pas toutes énumérées, il y a Pokémon. Le bon vieux Pokémon. Avec la découverte et la redécouverte des bonnes vieilles habitudes. Le choix du starter. Les 8 badges à obtenir dans les arènes de Kalos – La nouvelle région inspirée par la France, Cocorico. – puis la ligue Pokémon et son redoutable Conseil des Quatre. La capture des Pokémon et la complétion du Pokédex. Les Pokémon des anciennes générations qui constituent une grande majorité des espèces que vous rencontrerez au fil de l’aventure. Bref, il y a de la réutilisation, il y a du recyclage. Juste ce qu’il faut. Tout comme l’apparition de nouveautés. Juste ce qu’il faut. Seules l’histoire et la mythologie un peu décevantes de Pokémon X et Y, peuvent parfois laisser sur sa faim. En même temps, Noir et Blanc avaient placé la barre tellement haut… Mais bon. Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un Chacripan.

Pokémon X et Y démontrent que Nintendo et The Pokémon Company prennent soin de leur licence à succès. C’est un petit bijou au contenu très riche qui s’offre à vous dans ces deux nouvelles versions. Assez novateur pour exciter l’habitué et assez nostalgique pour le rassurer, cette nouvelle génération frôle la perfection. À prendre d’urgence si vous n’êtes pas allergiques aux petits monstres de poche. L’aventure vaut résolument le coup.

Pokémon X et Y, c’est sur 3DS, ça coûte environ 40 euros et ça sort le 12 octobre prochain.

Pokémon X et Y marquent la 6e génération des petites créatures sur console portable. Ces versions arrivent-elles à maintenir le niveau atteint par Noir, Noir 2, Blanc et Blanc 2 ?

Artwork-pkmnxy

Au début du jeu, vous devrez choisir entre Marisson, Feunec ou Grenousse.

Au début du jeu, vous devrez choisir entre Marisson, Feunec ou Grenousse.

On commence à les avoir, les automatismes, après 14 ans de pratique des diverses versions de Pokémon. Chaque version a apporté sa petite touche d’innovation depuis Rouge et Bleu sur Game Boy. Or et Argent (Game Boy Color) ont apporté la couleur et deux nouveaux types. Rubis et Saphir (Game Boy Advance) ont apporté les combats doubles et les talents. Diamant et Perle (Nintendo DS) ont apporté le online et le double écran. Noir et Blanc (Nintendo DS) ont apporté une nouvelle vision de l’univers et une certaine forme d’aboutissement de la série. Si on devait retenir les innovations importantes de X et Y sur Nintendo 3DS, ça serait bien évidemment l’arrivée de la 3D, le type fée et les méga-évolutions.

Les modélisations sont colorées et jolies.
Les modélisations sont colorées et jolies.

Les modélisations 3D des Pokémon sont parfaites. Il n’y a rien à dire, tant sur le choix du cel-shading que sur le rendu des animations de combat. On se surprend à redécouvrir les Pokémon qu’on connait pourtant depuis toujours. Le résultat catalyse l’impression qu’est censé renvoyer le Pokémon (über-mignon ou au contraire über-menaçant). Ils sont de surcroît particulièrement expressifs. On sent par contre que la 3DS est poussée dans ses derniers retranchements puisque le jeu subit des chutes de framerate lorsque la 3D auto-stéréoscopique est activée. Mais comme vous êtes des personnes de goût, vous ne l’activerez pas. Et tant qu’on est dans les qualités artistiques du titre, sachez que les musiques sont sublimes.

Lucario méga-évoluera sous certaines conditions.
Lucario méga-évoluera sous certaines conditions.

Les méga-évolutions apportent une petite dimension stratégique supplémentaire au jeu. La crainte des joueurs était qu’elles déséquilibrent un gameplay déjà très complexe. Il n’en est rien puisque les méga-évolutions se limitent à un Pokémon par combat, une seule fois par combat. Le moment pour effectuer cette transformation temporaire qui booste les statistiques et qui peut changer le type du Pokémon doit donc être choisi après mure réflexion. Il s’agit clairement de la botte secrète. Il est donc probable que lors des parties multijoueurs, toutes les bonnes équipes comptent au moins un Pokémon pouvant méga-évoluer. Cela donne de la souplesse d’action dans un gameplay au tour par tour rigide par nature qui ne demandait que ce genre de nouveautés.

Les Pokémon de type fée roulent littéralement sur les dragons.
Les Pokémon de type fée roulent littéralement sur les dragons.

Le type fée est issu de la volonté des concepteurs de rééquilibrer le metagame. Ce nouveau type est en effet fort contre les plus puissants du jeu, comme dragon et ténèbres, et faible contre le type poison, considéré comme le plus faible du jeu. Il est également faible contre l’acier. Ainsi, plusieurs Pokémon se voient affublés de ce nouveau type en plus, ou à la place, de leur type précédent (comme Rondoudou ou Gardevoir). Ceux qui vont s’y mettre intégreront cette nouvelle table des affinités en même temps que tout le reste, mais les anciens devront mettre au placard nombre de stratégies qui ne marcheront plus désormais. Ça brasse, c’est bien, même si je pense que ce nouveau type est un peu trop puissant et qu’il risque également de rendre le type acier légèrement god tier. L’avenir et la pratique nous le diront.

On peut pimper son dresseur (fille ou garçon) dans les boutiques de vêtements.
On peut pimper son dresseur (fille ou garçon) dans les boutiques de vêtements.

Pokémon X et Y ne se contentent pas de ces trois grosses features et parviennent à nous surprendre tout le long de l’aventure par de petites surprises pour les habitués que nous sommes. Des choses qui peuvent paraitre futiles, mais qui se révèlent très plaisantes en jeu. Par exemple, il est possible de faire des échanges ou des combats depuis n’importe où, et plus exclusivement depuis un centre Pokémon comme c’était le cas avant. Cela évite de devoir laisser en plan l’exploration d’une grotte pour aller échanger son Boguérisse contre un Nymphali. Il vous sera également possible d’utiliser des buffs sur les joueurs qui sont à proximité de vous, en local, ou bien connectés à internet. Vous pourrez leur rendre service en leur offrant un petit boost d’attaque temporaire ou bien encore une probabilité de capture plus élevée. Pratique et amusant. Il est également possible d’utiliser ces auras sur vous-mêmes.

Le souci du détail. Regardez moi ce panneau, typiquement parisien.
Le souci du détail. Regardez moi ce panneau, typiquement parisien.

Et à côté de toutes ces grandes et petites nouveautés que je ne vous ai pas toutes énumérées, il y a Pokémon. Le bon vieux Pokémon. Avec la découverte et la redécouverte des bonnes vieilles habitudes. Le choix du starter. Les 8 badges à obtenir dans les arènes de Kalos – La nouvelle région inspirée par la France, Cocorico. – puis la ligue Pokémon et son redoutable Conseil des Quatre. La capture des Pokémon et la complétion du Pokédex. Les Pokémon des anciennes générations qui constituent une grande majorité des espèces que vous rencontrerez au fil de l’aventure. Bref, il y a de la réutilisation, il y a du recyclage. Juste ce qu’il faut. Tout comme l’apparition de nouveautés. Juste ce qu’il faut. Seules l’histoire et la mythologie un peu décevantes de Pokémon X et Y, peuvent parfois laisser sur sa faim. En même temps, Noir et Blanc avaient placé la barre tellement haut… Mais bon. Il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un Chacripan.

Pokémon X et Y démontrent que Nintendo et The Pokémon Company prennent soin de leur licence à succès. C’est un petit bijou au contenu très riche qui s’offre à vous dans ces deux nouvelles versions. Assez novateur pour exciter l’habitué et assez nostalgique pour le rassurer, cette nouvelle génération frôle la perfection. À prendre d’urgence si vous n’êtes pas allergiques aux petits monstres de poche. L’aventure vaut résolument le coup.

Pokémon X et Y, c’est sur 3DS, ça coûte environ 40 euros et ça sort le 12 octobre prochain.

Notre avis

Grandiose

9 / 10