Test

Test : Prototype

Par François le

La première fois que j’ai eu l’occasion d’apercevoir Prototype, c’était lors d’une présentation organisée lors du Sierra Spring Break, en l’an de grâce 2008. Et ce que j’avais vu lors de cette présentation ne m’avait, à l’époque, pas forçément très impressionné.

Voilà maintenant la version finale, estampillée Activision à présent. J’ai eu l’ocasion, tout comme vous, de m’extasier devant les vidéos de gameplay lâchées avec parcimonie sur la toile… Alors, est ce que le ramage se rapporte au plumage ? C’est ce que nous allons voir dans ce test !

simprototype01

Vous êtes Alex Mercer, et vous vous reveillez dans une morgue. Deux médecins, à la mine… euh… Masquée… S’interressent de plus en plus à votre cas. Votre réveil semble les avoirs surpris, et ils fuient… Si j’étais devant une table de jeu de rôle, je balancerais certainement un phrase du genre : “Que faites vous ?”, mais ici nous avons à faire à un jeu vidéo, alors… Je prends le pad !! Mais revenons à nos moutons. Comme je vous le disais, Alex Mercer n’a pas vraiment de chance dans la vie, il se réveille, contaminé par un virus qui lui donne de fantastiques pouvoirs (et donc de grandes responsabilité ? Ah non, pas le bon jeu…), avec, au passage, tout un tas de mercenaires collées à ses basques, essayant tant bien que mal d’étouffer la contamination en question. Pas simple comme réveil non ?

Parmi les pouvoirs du sieur Mercer, il y en a une qui prend une place particulière dans l’histoire. Il s’agit de sa capacité à absorber les personnes qu’il choppe. Si le quidam de base (ou le soldat de base) vous permet surtout de récupérer de la vie, sachez que vous pouvez également prendre l’aspect de votre victime (ce qui s’avère pratique pour pénetrer dans des lieux lourdement protégés), mais aussi acquérir leurs souvenirs immédiats. Ces derniers viennent remplir une carte (façon neurones) de vos souvenirs, ce qui vous permettra de remplir les blancs de votre vie récente.

Parallèlement, tout ce que vous ferez dans le titre vous rapportera des points d’évolution, ce qui vous permettra, vous l’aurez deviné, de faire évoluer vos capacités, attaques et mouvements. Le déplacement dans la ville me fait énormément pensé à un mix entre Crackdown (pour le côté amélioration du perso et orbs planqués en ville) et Spiderman (la grande quantité d’events, placés un peu partout en ville, qui vous permettront de gagner des points facilement, et ce, en dehors de la trame scénaristique du titre). A côté de ça, si le gameplay est accrocheur, l’histoire plutôt bien ficelée, la réalisation pèche un peu par moment, et on rencontre en fait beaucoup de bugs graphiques (surtout lors des phases de combat). Parfois tout est léché et on a l’impression de voir un travail d’artiste, et d’autre fois, c’est un peu baclé… Bizarre !

Et je vais y aller de ma critique, plus qu’habituelle, contre les jeux de type “sandbox”, en disant que, comme d’habitude, il est parfois difficile de savoir ou l’on doit aller, et comment on doit le faire (car il y a malheureusement quelques limites à votre liberté de mouvement de ce point de vue là). Autre point assez bizarre : la mauvaise habitude qu’on certains level designer de vous placez devant des monstres si puissants que vous allezs mourir un nombre de fois incalculable afin de trouver la combinaison de mouvement et d’action qui est prévu pour les tuer ! C’est parfois un peu rageant…

Prototype fût une experience assez bizarre pour moi, si j’ai bien accroché au gameplay du titre, il y a malgré tout quelques petits glitches, dans la réalisation (boss, mais aussi purement graphique) qui m’ont souvent donné envie de faire des pauses. Malgré tout, le jeu est bon, et vous fera passer un très bon moment… Alors…

Le verdict ?


Que signifie cette pastille ?

Les +

  • Le scénario
  • Le gameplay en général

    Les –

  • Les boss, un peu rageants
  • La réalisation inégale
  • La première fois que j’ai eu l’occasion d’apercevoir Prototype, c’était lors d’une présentation organisée lors du Sierra Spring Break, en l’an de grâce 2008. Et ce que j’avais vu lors de cette présentation ne m’avait, à l’époque, pas forçément très impressionné.

    Voilà maintenant la version finale, estampillée Activision à présent. J’ai eu l’ocasion, tout comme vous, de m’extasier devant les vidéos de gameplay lâchées avec parcimonie sur la toile… Alors, est ce que le ramage se rapporte au plumage ? C’est ce que nous allons voir dans ce test !

    simprototype01

    Vous êtes Alex Mercer, et vous vous reveillez dans une morgue. Deux médecins, à la mine… euh… Masquée… S’interressent de plus en plus à votre cas. Votre réveil semble les avoirs surpris, et ils fuient… Si j’étais devant une table de jeu de rôle, je balancerais certainement un phrase du genre : “Que faites vous ?”, mais ici nous avons à faire à un jeu vidéo, alors… Je prends le pad !! Mais revenons à nos moutons. Comme je vous le disais, Alex Mercer n’a pas vraiment de chance dans la vie, il se réveille, contaminé par un virus qui lui donne de fantastiques pouvoirs (et donc de grandes responsabilité ? Ah non, pas le bon jeu…), avec, au passage, tout un tas de mercenaires collées à ses basques, essayant tant bien que mal d’étouffer la contamination en question. Pas simple comme réveil non ?

    Parmi les pouvoirs du sieur Mercer, il y en a une qui prend une place particulière dans l’histoire. Il s’agit de sa capacité à absorber les personnes qu’il choppe. Si le quidam de base (ou le soldat de base) vous permet surtout de récupérer de la vie, sachez que vous pouvez également prendre l’aspect de votre victime (ce qui s’avère pratique pour pénetrer dans des lieux lourdement protégés), mais aussi acquérir leurs souvenirs immédiats. Ces derniers viennent remplir une carte (façon neurones) de vos souvenirs, ce qui vous permettra de remplir les blancs de votre vie récente.

    Parallèlement, tout ce que vous ferez dans le titre vous rapportera des points d’évolution, ce qui vous permettra, vous l’aurez deviné, de faire évoluer vos capacités, attaques et mouvements. Le déplacement dans la ville me fait énormément pensé à un mix entre Crackdown (pour le côté amélioration du perso et orbs planqués en ville) et Spiderman (la grande quantité d’events, placés un peu partout en ville, qui vous permettront de gagner des points facilement, et ce, en dehors de la trame scénaristique du titre). A côté de ça, si le gameplay est accrocheur, l’histoire plutôt bien ficelée, la réalisation pèche un peu par moment, et on rencontre en fait beaucoup de bugs graphiques (surtout lors des phases de combat). Parfois tout est léché et on a l’impression de voir un travail d’artiste, et d’autre fois, c’est un peu baclé… Bizarre !

    Et je vais y aller de ma critique, plus qu’habituelle, contre les jeux de type “sandbox”, en disant que, comme d’habitude, il est parfois difficile de savoir ou l’on doit aller, et comment on doit le faire (car il y a malheureusement quelques limites à votre liberté de mouvement de ce point de vue là). Autre point assez bizarre : la mauvaise habitude qu’on certains level designer de vous placez devant des monstres si puissants que vous allezs mourir un nombre de fois incalculable afin de trouver la combinaison de mouvement et d’action qui est prévu pour les tuer ! C’est parfois un peu rageant…

    Prototype fût une experience assez bizarre pour moi, si j’ai bien accroché au gameplay du titre, il y a malgré tout quelques petits glitches, dans la réalisation (boss, mais aussi purement graphique) qui m’ont souvent donné envie de faire des pauses. Malgré tout, le jeu est bon, et vous fera passer un très bon moment… Alors…

    Le verdict ?


    Que signifie cette pastille ?

    Les +

  • Le scénario
  • Le gameplay en général

    Les –

  • Les boss, un peu rageants
  • La réalisation inégale