Test

[Test] Samsung Galaxy S10+ : Tout en excellence

One UI, Performances et Autonomie

Notre avis
9 / 10
Android

Par Anh Phan le

One UI au quotidien

S’il y a bien un domaine qui nous a définitivement convaincu, c’est la nouvelle surcouche One UI de Samsung. C’est enfin à la hauteur de ses concurrents et à l’usage, on l’a trouvé aussi agréable qu’Oxygen OS. Pour certains, c’est aussi voire plus agréable que ce que propose le Google Pixel 3, c’est dire. Si tout le monde ne sera pas forcément d’accord, cela a au moins le mérite de prouver les progrès qu’a réalisés Samsung. Il est bien loin le temps de TouchWiz et Samsung Expérience.

L’expérience est globalement assez proche d’Android Stock et ce, même si Samsung essaie d’imposer certaines technologies comme Bixby que je n’utilise toujours pas. Toutes les applications ne sont pas préchargées, c’est à votre bon vouloir. On apprécie. Sur le volet à gauche des écrans d’accueil, vous pourrez activer ou pas Bixby, l’assistant personnel de Samsung. Le français est disponible en version Bêta depuis décembre dernier et autant le dire tout de suite, ce n’est pas fameux. Sur la tranche gauche du smartphone, on retrouve le bouton physique Bixby auxquel vous pourrez enfin assigner n’importe quelle application ou actions sauf… Google Assistant ou Alexa. Mesquin mais compréhensible de la part de Samsung.

En général, à part quelques applications en double qu’on ne peut pas supprimer, One UI est agréable au quotidien avec une interface claire et bien pensée.

Performances et Autonomie

Du côté des performances, le Galaxy S10+ dans sa version Européenne propose un SoC Exynos 9820. S’il semble un peu moins performant que son pendant américain avec le Qualcomm Snapdragon 855, cela reste un SoC haut de gamme et les performances sont à la hauteur. Mais il faut bien le reconnaître maintenant, la puissance de ces SoC dépassent nos besoins donc en dehors des benchmarks, cela ne changera pas forcément notre quotidien. Evidemment, j’ai essayé tous les jeux récents comme Brawl Stars (j’adooooore), Fortnite ou encore PUBG Mobile et il n’y a pas grand chose à dire si ce n’est que c’est parfaitement fluide, surtout que les éditeurs travaillent maintenant main dans la main avec Samsung.

Et parce qu’on est en train de parler de jeux-vidéo, si le Galaxy S10+ n’est pas présenté comme un smartphone dédié aux gamers, il en a quand même tous les caractéristiques avec un grand écran, d’excellentes performances et une très bonne autonomie. Si les jeux sont synonymes de grosse consommation et de chaleur, lors de nos tests, le smartphone n’a pas jamais atteint des températures insupportables. On notera toujours la présence de la technologie On Device AI qui permet de comprendre les applications en mémoire et donc de fermer certaines ou alors de réduire les performances en fonction des usages et éviter des surconsommation énergétiques inutiles.

Alors que le Galaxy S9+ ne brillait pas forcément avec sa batterie, le Galaxy S10+ arrive avec une batterie de 4100 mAh. On retrouve également la recharge rapide ainsi que la recharge sans-fil compatible Qi et PMA (PowerMat). Comme vous vous en doutez, la recharge filaire ira beaucoup plus vite que la recharge sans-fil. Évidence. Mais petite nouveauté puisque le Galaxy S10+, à l’instar du Huawei Mate 20 Pro, propose la recharge inversée, nommée ici PowerShare. Si c’est toujours amusant de pouvoir recharger le smartphone d’un ami, la recharge inversée prend tout son sens avec les accessoires Galaxy que Samsung propose. En effet, les nouveaux Galaxy Buds proposent la recharge sans-fil et la nouvelle Galaxy Watch Active peut se recharger sur une surface plane, ce qui n’est pas le cas d’une Apple Watch par exemple. Du coup, en déplacement, avec un seul câble, vous pourrez recharger smartphone et écouteurs sans-fil ou smartphone et montre connectée. Pratique.

Pour l’autonomie, on ne va pas tourner autour du pot, le Samsung Galaxy S10+ assure pleinement une journée et ce, quelque soit vos usages. Depuis une semaine que je l’ai en test, je n’ai jamais eu à me plaindre ni à redouter que le smartphone ne s’éteigne avant la nuit. C’est quand même agréable de se dire que son smartphone, à 40% ou 50% au réveil peut largement tenir jusqu’au milieu d’après-midi, sans prendre de précautions particulières

Je vous rappelle qu’Android apprend de vos usages (une semaine en général) et si les benchmarks peuvent donner une sorte de classement entre différents smartphones, ils ne sont pas forcément représentatifs de la réalité. Voici donc plusieurs captures en fin de journée qui vous permettront de mieux apprécier les usages :

Continuez la lecture du Test
5 Photo et Vidéo
Sommaire
  1. Présentation
  2. Design
  3. Ecran et Son
  4. One UI, Performances et Autonomie
  5. Photo et Vidéo
  6. Galerie et Conclusion