Il fallait s’y attendre : l’effet de nouveauté passé, Google+ commence à voir son traffic chuter de manière impressionnante, confirmant dans le même temps une chose : n’est pas Facebook qui veut. Ainsi, selon le cabinet d’analyse Chitika, le réseau social aurait environ perdu 60% de son traffic, entre ce jour de septembre où il a ouvert ses inscriptions à tous, et la fin du même mois.

Il n’empêche qu’on pourra dire ce qu’on veut : si l’avenir de Google+ semble d’ores et déjà scellé, il n’en reste pas moins que l’arrivée de ce réseau social aura poussé Facebook à accélérer les choses, et à déployer de nombreuses mises à jour, que l’on aurait sans doute pas eu si rapidement en temps normal. Et rien que pour ça…