Âmes sensibles s’abstenir. Si les chiffres et les montants astronomiques sont votre passion, NVIDIA a de quoi vous séduire en ce début de semaine avec sa nouvelle vitrine technologique : la GeForce GTX 690.

La performance à tout prix… vraiment

999 dollars, voilà du moins le prix outre-atlantique du nouveau tenant du titre de carte graphique la plus puissante au monde… pour l’année 2012. Si vous suivez de près où de loin l’actualité de la firme au caméléon, vous n’êtes pas sans savoir que le ticket d’entrée est généralement élevé pour prétendre au haut de gamme.

Mais si les générations précédentes savaient garder à distance les bourses les plus modestes avec des cartes haut de gamme avoisinant les 700 euros, la GTX 690 devraient quant à elle faire réfléchir plus d’une fois même les plus aisés d’entre nous.

Ha ! je viens de trouver mon futur poulain !

Des chiffres qui forcent le respect

Mais ne vous y trompez pas, à ce prix, NVIDIA vous offre tout simplement une pièce d’exception qui vous fera regretter de ne pas pouvoir l’accrocher à votre cou telle une rivière de diamants.

Dotée de deux processeurs Kepler, essentiellement des puces de GTX 680 aux fréquences revues à la baisse, la GTX 690 impressionne esthétiquement mais aussi technologiquement :

3072 CUDA cores, processeurs cadencés à 915Mhz (1019Mhz en turbo), 4Go de RAM GDDR5 sur un bus individuel de 512-bit, double connecteur 8-pins pour une consommation maximum théorique de 300 Watts, interface PCI Express 3.0.

Voilà pour les amateurs de chiffres. Avec de tels arguments, difficile de remettre en question la volonté à peine cachée de NVIDIA : faire exploser les graphiques et grimper les images par seconde rien que cela.

En ce qui concerne les graphiques, NVIDIA nous offre ses mesures maisons. Bien qu’attendues et largement avantageuses pour le fleuron de la marque, il nous tarde de vérifier par nous même ces performances car il faut bien l’avouer les chiffres laissent songeurs :

Un écrin à la hauteur

A carte d’exception, robe d’exception. Exit le carénage en plastique auxquels les constructeurs nous ont habitués, la GeForce GTX 690 fait la part belle aux métaux. Avec son châssis an aluminium chromé, son carénage en alliage de magnésium et les ailettes de des dissipateurs en nickel, la carte justifie son prix par une finition encore jamais vue.

Au niveau de la connectique, on retrouve un connecteur SLI, trois ports DVI et un miniDisplayPort.

La GTX 690 : pour qui ?

Jen-Hsun Huang, Pdg de NVIDIA précise que même si la GeForce GTX 690 est annoncée comme deux fois plus puissante que la GTX 680, elle est aussi moins bruyante : avec 49db contre 51 décibels pour un SLI de GTX 680, cette carte se destine en priorité à ceux pour qui le brut et la place sont un problème (et non les finances).

La GeForce GTX 690 s’adresse également aux semi-professionnels : des particuliers ayant recours à des logiciels de rendu lourds sauront tirer profit des performances en calcul brut de cette carte, nous sommes loin des tarifs proposés pour les dérivés professionnels des cartes Kepler accessibles uniquement via des réseaux de distributions professionnels.