Aucun film français n’a été piraté entre le 15 mai 2011 et le 15 décembre 2011, aucun ! C’est en tout cas ce que dit Nicolas Seydoux, le président de Gaumont et également président de l’association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA), dans une lettre interne à l’entreprise. Cette lettre publiée avant l’élection présidentielle et dévoilée par PC INpact dresse un constat plutôt étonnant de la lutte contre le piratage, un constat rempli d’illusions.

CR : Jean-Pierre Muller/AFP

Le téléchargement illicite a diminué de 30 % en France et ceux du cinéma, plus optimistes, de 50 %, le téléchargement licite des films a vu son audience sensiblement doubler depuis la fermeture de nombreux sites de streaming illicite,

raconte la lettre. Sur le téléchargement de films français, Nicolas Seydoux se félicite qu’aucun film français n’ait été piraté durant 7 mois :

Grâce aux moyens développés par l’Alpa, trois administrateurs de sites ont été condamnés à des peines allant de 6 à 12 mois de prison avec sursis et à des amendes de € 130 000 à € 500 000. Un caméscopeur, première source d’approvisionnement du net en films français avant leur sortie sur DVD, a été arrêté au mois de mai 2011, et condamné au début de l’année 2012 à neuf mois de prison avec sursis et à € 370 000 de dommages et intérêts. Entre le 15 mai et le 15 décembre 2011, aucun film français n’a été téléchargé sur le Web,

Des propos dont on vous laisse seuls juges…