Les fraudes à la carte bancaire se multiplient et les voleurs rivalisent d’ingéniosité pour parvenir à leurs fins. Visa envisage de géolocaliser le smartphone de ses clients pour s’assurer qu’ils sont bien derrière l’acte d’achat et ainsi éviter les fraudes avec la « Confirmation de localisation par mobile ». Explications.

visa_fraude_geolocalisation

Entre le piratage de données et de DAB, le vol de CB, le phishing, la fraude à la carte bancaire ne cesse d’augmenter, Internet, terrain propice, a décuplé le phénomène.
Les organismes bancaires ont bien mis en place différentes parades, mais les failles perdurent. Ainsi, certaines banques envoient un code de sécurité sur le smartphone du client à faire valider avant l’achat par exemple, d’autres usent d’algorithmes permettant de bloquer l’utilisation de la CB si des activités suspectes sont détectées, comme un achat effectué à Paris, puis à Buenos Aires peu de temps après. Mais il arrive parfois que le système plante et que le client se retrouve à l’autre bout du monde, avec la CB bloquée.

Afin de faire baisser de 30% ces dysfonctionnements de refus de paiement lors de voyages à l’étranger, Visa met en place la « confirmation de localisation par mobile ».
Ce service optionnel sera proposé par les diverses banques partenaires et intégré à leurs applications mobiles respectives. L’idée est de faire correspondre l’acte d’achat avec la localisation du client via son téléphone mobile en utilisant ses données de géolocalisation en temps réel.

Comme pour toute application utilisant la localisation (Facebook et Twitter notamment), cette option peut être activée ou désactivée dans les paramètres de l’application bancaire dédiée. Évidemment, les clients en voyage à l’étranger doivent s’assurer d’être connectés à un réseau mobile (attention aux frais de roaming) ou Wi-Fi. Si certains apprécieront ce gage de sécurité, d’autres goûteront moins.

Ce service doit être déployé à partir d’avril prochain aux États-Unis dans un premier temps.

Source

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction