Etude : les inquiétudes en matière de respect de la vie privée dans différents pays

Sur le web

Par Gregori Pujol le

Environ neuf mille participants de 11 pays différents (dont les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et la Suède) ont répondu à des questions sur la vie privée et la sécurité sur Internet pour une récente enquête F-Secure. La majorité des participants s’inquiètent non seulement du respect de leur vie privée sur Internet, mais se disent également prêts à changer de service si leurs exigences en matière de vie privée ne sont pas respectées.

unnamed (5)

Selon cette étude, 66 % des participants s’inquiètent que leurs données puissent être exposées à des agences de renseignements lorsqu’ils utilisent des services en ligne, et 57 % sont prêts à payer pour que leurs données ne passent pas par des services ou des territoires américains, russes ou chinois.

Les appareils mobiles et l’Internet des objets sont source d’inquiétude en matière de vie privée pour les participants français. En effet, 72 % d’entre eux s’inquiètent des nouveaux appareils connectés à Internet qui peuvent entraîner des violations de la vie privée. En outre, 63 % évitent d’utiliser le Wi-Fi public, car il n’est pas fiable du point de vue de la vie privée et de la sécurité.

Du côté de l’Allemagne, les répondants ont exprimé leurs craintes quant à la surveillance des agences de renseignements, notamment celles situées dans les pays où passent leurs données (67% des participants).

Toutefois, la protection de la vie privée inquiète moins les utilisateurs suédois. Il existe des différences notables entre leurs réponses et celles des participants d’autres pays, notamment :

– 25 % des participants suédois ont changé leur comportement en ligne pour répondre à leurs inquiétudes de plus en plus importantes en matière de respect de la vie privée, contre 54 % pour la moyenne de l’enquête ;
– 31 % des utilisateurs suédois savent où leurs données personnelles sont stockées en ligne, contre 49 % pour la moyenne de l’enquête ;
– 46 % s’inquiètent des nouveaux appareils connectés à Internet qui peuvent entraîner des violations de la vie privée, contre 69 % pour la moyenne de l’enquête.

Il existe également une homogénéité surprenante entre les pays. Une proportion remarquable, 80 % des participants, évite d’installer des applications qui demandent des permissions qui ne sont pas nécessaires. De plus, 60 % évitent d’utiliser le Wi-Fi public, car il n’est pas fiable du point de vue de la vie privée et de la sécurité, ce qui est surprenant compte tenu de l’efficacité des VPN notamment pour protéger les données lors de l’utilisation du Wi-Fi public.