Nous vous en avions parlé il y a un peu moins d’un an, depuis, nous avons décidé de sauter le pas et de tester l’imprimante 3D Dagoma Discovery200. Il s’agit d’une imprimante open source à monter soit même au prix de 299 euros, mais vous pouvez aussi l’acheter déjà montée pour 399 euros.

Avant de passer à notre prise en main, voici l’histoire de cette société française qui veut rendre accessible l’impression 3D à tous.

dagoma

Au commencement…

Shanghai, il y a quatre ans. Deux employés d’une holding française, Gauthier et Matthieu se rencontrent et se découvrent, non pas une, mais trois passions communes : l’entrepreneuriat, l’innovation, et la technologie. L’entente est immédiate. Les neurones font tilt. Une collaboration s’impose ! « On s’est tout de suite rendu compte qu’on était faits pour travailler ensemble, qu’on était très semblables et très différents en même temps. Nos forces n’étaient pas les mêmes, nos faiblesses non plus. Restait à trouver le projet » se souvient Gauthier. Sur leur temps libre, les deux hommes se mettent à plancher sur une idée de vélo pliant. Ça fonctionne. Jusqu’à ce que, un peu par accident, leurs envies et leurs compétences les emmènent ailleurs… Pendant la phase de prototypage de leur vélo, Gauthier et Matthieu découvrent en effet l’impression 3D. Impossible alors de revenir au vélo.

Amener la 3D dans les foyers.

Postulat de départ : en 2012, les imprimantes 3D, coûtent une petite fortune et ont, selon Matthieu et Gauthier, le défaut de ne pas être compréhensibles par tout le monde. Conviction : cette technologie a sa place dans les foyers, à condition de la rendre techniquement et financièrement accessible ! « Cela nous a pris deux ans de développement, de tests, de prototypes, deux ans tous les soirs, tous les week-ends et toutes les vacances pour sortir une machine à 299 euros, une machine avec un seul bouton et pas de réglages. » explique Matthieu. Cette machine, simple d’utilisation, ils la produiront en France, à Roubaix. Elle s’appellera Discovery200 et sera la moins chère du marché français.

La Discovery200

C’est en décembre 2014 que sort la Discovery200. Elle est commercialisée sous deux formes.: en kit à 299€ ou montée à 399€. Elle est évolutive (dernièrement, un palpeur inductif a été ajouté), et, dans une logique open source, les petits malins qui le souhaitent sont encouragés à faire évoluer leur machine : « les plus geeks de nos utilisateurs s’amusent à transformer les machines, à changer des composants, ajouter de la lumière, augmenter le volume d’impression, reprogrammer la machine… et on trouve ça génial ! C’est d’ailleurs pour nous un moyen de recruter ! » « Les moins bricoleurs, eux, seront ravis d’imprimer très facilement des objets en plastique de 200x200x200mm. Jouets pour les enfants, objets de décoration, pièces de remplacement en cas de casse ou de perte… »

full

Montage et premières impressions

La Discovery200 est donc livrée en kit ou montée. Dans la première solution, la moins chère, il faudra avoir une âme de geek bricoleur pour monter son imprimante 3D. Sorte de Lego technique géant, comptez au minimum 4h pour bien faire les choses. Une fois terminé, il faut avouer qu’on est plutôt heureux du travail accompli avec tout de même une petite appréhension au moment d’appuyer sur le bouton « ON ». Le montage n’est pas inaccessible, il est assez bien cadré par la notice papier, mais aussi une vidéo disponible sur YouTube. Pour info, j’ai quand même réussi à monter deux éléments à l’envers et pas des moindres, ce qui m’a valu de re-démonter une bonne partie de l’imprimante et je peux donc vous assurer que c’est finalement assez simple, il ne faut pas y aller comme un bourrin par contre. La partie la plus sensible à mon avis aura été les différents branchements, car il y a un paquet de fils, dans un espace réduit. Mais si vous avez déjà monté des PC, cela ne devrait pas vous gêner plus que ça ! Notez aussi qu’il est possible d’imprimer une partie de la Discovery200 et de ne commander que les pièces mécaniques (roulements, tiges, moteurs, extrudeur, etc.) pour la monter !

dog1

Une fois montée, la machine ne prend pas tant de place que ça, je l’ai posée sur une petite table IKEA, les basiques à moins de 15€, ça fait parfaitement l’affaire ! L’imprimante n’a pas besoin d’être reliée à un PC, mais si c’est possible, il suffit de la brancher au courant et ensuite d’insérer la carte microSD avec le fichier à imprimer dessus. À ce prix-là, vous aurez remarqué qu’il n’y a pas d’écran, tout se fait un peu à l’aveugle de façon automatique. Pour les débutants, moins il y a de réglages, mieux c’est.

2015-12-02 08.57.18

Viens ensuite le moment de la première impression. Si l’imprimante vous a été livrée montée, normalement aucun souci, elle est déjà réglée. Si vous l’avez montée vous même, c’est déjà plus compliqué. Il va en effet falloir régler la tête, calibrer le tout avec différents essais. C’est la partie la moins évidente de l’expérience. Nous avons rencontré beaucoup de souci dans les différents réglages et eu quelques sueurs froides, mais le support de Dagoma est assez réactif, tout comme sa communauté, et nous a bien aidés à tout régler !

2016-02-07 18.26.19

Enfin, tout est prêt pour lancer notre véritable impression. Sur la Discovery200 le plateau n’est pas amovible, il donc est conseillé d’utiliser un support d’accroche, à fixer sur le plateau d’impression comme le scotch blue tape ou le Buildtak Discovery200 édition (le plus pratique selon nous). Vous pourrez également utiliser de la laque sur le plateau afin d’améliorer l’accroche à l’impression.

2015-12-02-08.56.49

Une impression puis des dizaines

Le premier élément que nous avons imprimé est un support pour les bobines de filament PLA ! Dagoma n’en livre pas dans son kit et donc avoir une bobine qui roule par terre durant l’impression est vite agaçant. L’impression s’est bien déroulée, Dagoma propose pour préparer les fichiers, une version custom du logiciel Cura. Simple d’utilisation, il permet quelques réglages, le choix du filament, de la température, le remplissage, etc. Le logiciel vous fournit un fichier que vous enregistrez sur une carte microSD (fournie) et que vous mettez ensuite dans l’imprimante. Le port microSD sur le côté droit de l’imprimante n’est vraiment pas facile d’accès, et le capot qui le recouvre dégrade encore plus l’accès à ce dernier. On espère que Dagoma pensera à modifier ça dans sa prochaine version.

2016-02-07 18.26.09

Pour trouver quoi imprimer, vous faites soit appel à votre imagination et réalisez de A à Z un objet avec un logiciel 3D. Sinon, le plus simple, vous vous rendez sur des sites communautaires de banque d’objets (gratuit la majeure partie du temps) et vous téléchargez ce qu’il vous plait. En voici deux par exemple : cults3d et thingiverse.

cura

Une fois la carte insérée, l’imprimante reconnait le fichier dagoma0.g (un .stl transformé par Cura) chauffe, réalise une phase de repérage et commence. Ce que nous avons appris, c’est qu’avez une imprimante 3D, il faut avoir de la patience, car ce n’est pas super rapide dés que l’objet à imprimer est complexe ou volumineux. Ensuite, l’imprimante fait du bruit, évitez de l’avoir dans votre salon par exemple, le bureau où est votre PC, à l’autre bout de votre maison sera parfait. Par contre, il faut surveiller de temps à autre ce qu’il fait, car une défaillance est très vite arrivée. Le câble se bloque, la buse se bouche, le support ne tient pas ou le filament est terminé, autant de facteurs qui font que votre impression va être un échec. Et croyez-moi, j’en ai eu pas mal !

2016-03-12 15.16.58

Une fois que votre impression est terminée, plus qu’à retirer l’objet du plateau via la petite truelle fournie. Il sera parfois nécessaire de poncer un peu, ou dans un second temps de peindre pour que cela soit parfait. L’impression de la Discovery200 est plutôt correcte. Attention ne vous attendez pas à un niveau de détail de ouf, mais c’est largement suffisant pour débuter, surtout que la qualité d’impression (épaisseur de couche) est réglable jusqu’à 0.10mm.

2016-03-12 15.17.07

Conclusion

Vous souhaitez débuter dans l’impression 3D et vous n’y connaissez pas grand-chose, mais vous êtes aussi un peu bricoleur. À 299€ / 399€, la Discovery200 de Dagoma est clairement un bon compromis. Sans forcément vous ruiner, vous allez pouvoir découvrir l’impression 3D, prendre du plaisir à faire vos premiers objets, mais aussi vous appuyer sur une communauté volontaire et efficace. Si cela vous plait, vous pourrez alors vous lancer dans un achat plus important, onéreux, avec une imprimante offrant plus de possibilités et de volume d’impression.

2016-02-07 18.25.47

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction

Le jdg vous recommande

BQ Kit Prusa i3 Hephestos Imprimante 3D Rouge

N/A
Plus d'offres

Buildtak BT08X08-3PK Impression 3D Construire Surface, 8" x 8", Carré, Noir (Paquet de 3)

EUR 29,02
Plus d'offres

3M ScotchBlue 2090-2A Ruban Adhésif de Masquage Peinture 48mm x 55 m

EUR 9,49
Plus d'offres

XYZ Da Vinci Junior 1.0 Imprimante 3D Blanc/Orange

N/A
Plus d'offres