ZAO : une application chinoise de deepfake devient virale en Chine et inquiète en matière de confidentialité

apps

Par Remi Lou le

En Chine, une application parue le vendredi 30 août déchaine les passions : ZAO. Il s’agit d’une app permettant de générer des deepfakes – une technique de synthèse d’images basée sur l’intelligence artificielle consistant à superposer des images et des vidéos existantes sur d’autres vidéos – en quelques secondes.

Vous avez peut-être vu fleurir quelques vidéos sur les réseaux sociaux dans lesquelles les internautes incrustent leurs visages sur des scènes célèbres de films. Ces courtes vidéos sont l’oeuvre de ZAO, une toute nouvelle application chinoise parue vendredi dernier sur l’App Store d’Apple et qui s’est immédiatement glissée en numéro 1 des applications gratuites les plus téléchargées le 1er septembre, d’après App Annie. L’app a été tellement plébiscitée que les serveurs ont fini par être paralysés.

En une poignée de secondes, ZAO permet de créer des deepfakes et d’incruster n’importe quel visage avec précision sur des vidéos de célébrités, des clips musicaux et des scènes de films grâce à l’intelligence artificielle. Il devient alors possible de se faire passer pour Marilyn Monroe ou encore Leonardo DiCaprio, comme le souligne cet utilisateur sur Twitter, exemple à l’appui.

Rassurez-vous, car si créer un deepfake devient un jeu d’enfant avec ZAO, il n’est pas possible d’incruster un visage sur n’importe quelle scène mais seulement sur celles qui sont proposées sur l’application, de quoi éviter que son image ne soit utilisée à des fins peu scrupuleuses (on pense à la pornographie, notamment). 

En revanche, c’est plutôt dans ses conditions d’utilisation que l’application reste floue concernant une éventuelle utilisation des données fournies. Certains utilisateurs ont en effet pointé du doigt une partie des conditions d’utilisation qui stipulent que ceux qui upload leurs photos sur ZAO acceptent de céder les droits de propriété intellectuelle sur celles-ci, et donnent à l’app la possibilité d’utiliser leurs images à des fins marketing. 

Suite à la controverse, la plateforme a indiqué le 1er septembre sur son compte Sina Weibo comprendre « vos préoccupations en matière de protection de la vie privée. Nous avons reçu les questions que vous avez soulevées et nous corrigerons les points qui n’ont pas été bien pensés. Cela prendra du temps », note Reuters.

Source: Forbes