Des chercheurs ont réussi à développer des embryons sans ovule ni spermatozoide

Science

Par Felix Gouty le

Au Texas, des chercheurs sont parvenus à développer des embryons de souris issues de cellules souches. Le hic ? Ils ne sont pas nombreux et présentent des malformations.

Des bébés souris dont des cellules d’oreilles constituent la seule parenté : voici l’œuvre de chercheurs du Centre médical sud-ouest de l’université du Texas, telle qu’elle est publiée dans la revue Cell. Jun Wu et son équipe de biologistes ont, en effet, notamment reprogrammé des cellules d’oreilles de souris de laboratoire adultes pour les transformer en cellules souches d’un genre précis. Ces cellules souches dites « pluripotentes » sont capables de se différencier en n’importe quel type de cellule de l’organisme vivant d’où elles proviennent. En l’occurrence, à l’aide de nutriments et d’hormones de croissance, les scientifiques texans les ont exploitées pour les transformer en cellules embryonnaires. Ils sont les premiers à parvenir à développer des embryons artificiels issus uniquement de cellules souches et non d’une quelconque fécondation entre un spermatozoïde et un ovule. Cependant, leurs résultats ne sont pas aussi réussis qu’ils sont inédits.

Une fois les embryons formés, Jun Wu et ses collègues les ont transféré dans l’utérus de souris femelles. Ils ont ensuite attendu, d’une part, qu’ils s’y fixent correctement et, d’autre part, qu’ils y grandissent. Les biologistes ont enfin interrompu la gestation des rares embryons fixés – seulement 7% au total – environ à mi-parcours (soit à une semaine, sur les 20 jours nécessaires à la croissance d’un bébé souris). Malgré la présence de marques d’une croissance en bonne voie, ils ont observé chez chacun d’entre eux des malformations majeures. « La structure tissulaire et son organisation n’étaient pas aussi bonnes que chez des embryons formés normalement, a déclaré Jun Wu au New Scientist. Mais notre expérience ne visait pas la naissance de bébés viables. (…) Tester la croissance des embryons artificiels nous ouvre la voie vers plus d’études sur les problèmes de fertilité, par exemple ».