Plus de 11 000 scientifiques alertent sur l’urgence climatique et indiquent des solutions

Général

Par Remi Lou le

Des « souffrances humaines indicibles ». Voilà ce qui nous attend si nous n’inversons pas la courbe du changement climatique, alertent plus de 11 000 scientifiques dans une lettre ouverte. Ces scientifiques en profitent pour donner quelques pistes afin de changer les choses.

« Nous déclarons (…) clairement et sans équivoque que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique », peut-on lire dans une lettre ouverte publiée mardi dans le magazine Bioscience et signée par 11 258 scientifiques venant de 153 pays, note le Nouvel Obs. La déclaration est unanime, et les scientifiques alertent sur l’apparition de « souffrances humaines indicibles » à venir si nous ne changeons rien à nos modes de vie.

Surtout, cette lettre ouverte est l’occasion pour les scientifiques de sortir de leurs laboratoires et se faire entendre, à l’heure où des figures écologistes comme Greta Thunberg martèle aux hommes politiques « je veux que vous écoutiez les scientifiques ». C’est par ailleurs le premier constat de cette lettre, puisque « malgré 40 ans de négociations mondiales sur le climat, avec peu d’exceptions, nous avons généralement poursuivi nos activités comme si de rien n’était, et nous n’avons pas réussi à résoudre ce problème », indique unanimement cette alliance d’ampleur dirigée par William Ripple et Christopher Wolf de l’université américaine de l’Oregon.

Six pistes pour sauver la planète

Si le constat semble alarmiste, les scientifiques proposent toutefois quelques pistes afin de réduire les effets du changement. Dans ces six étapes, on retrouve le remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables, la réduction des émissions polluantes (notamment le méthane), la protection des écosystèmes terrestres, réduire notre consommation de viande pour se focaliser sur des aliments d’origine végétale, créer une économie sans carbone, et stabiliser la population terrestre. Autant de pistes qui permettraient, selon les scientifiques, de « maintenir la vie sur Terre, notre seule maison », conclut la lettre.