Le nouvel iPad victime de son écran

iOS

Par Membre rédacteur le

S’il y a bien un élément qui revient systématiquement à l’esprit lorsque l’on parle du nouvel iPad, c’est assurément son écran Retina.

D’une résolution de 2048 x 1536, l’écran de la nouvelle tablette d’Apple permet d’apprécier une finesse d’affichage confortable, mais cette débauche de pixels a un prix, littéralement.

Il n’y a pas que l’iPad qui ai pris du poids…

En ce qui concerne les applications, une telle résolution sur une diagonale aussi modeste ne reste exploitable que si les éléments graphiques sont pensées pour la résolution native de la tablette. Ainsi, plus la résolution cible est élevée, plus les applications pèseront lourd la faute à des textures détaillées.

Nos confrères de The Verge ont ainsi pris quelques exemples d’applications populaires qui souffrent de ce phénomène pour mettre en lumière plusieurs enjeux sur lesquels nous reviendront.

Pages dans sa version iPad/iPad 2 (1.5) pesait 95,1Mo. Afin de se mettre au niveau des exigences du nouvel iPad, l’application passe à 269 Mo soit près du triple. Keynote passe quant à lui de 115 à 327 Mo alors qu’iMovie semble décidément tributaire de la lourdeur de son interface puisqu’il passe d’un modeste 70 Mo à un poids non négligeable de 404 Mo !

Il faudra donc y réfléchir à deux fois lors de l’installation d’applications gourmandes puisque même si la résolution et le poids des applications ont augmentés, la capacité de stockage des tablettes de troisième génération du constructeur reste elle, inchangée.

On retrouve donc les versions 16, 32 et 64Go de l’iPad et si la version 64Go apporte un confort non négligeable quoique dispensable, la version 16Go devient quant à elle un choix cornélien : Entre le coût d’acquisition moins élevé que ses homologues en 32 et 64Go, et une limitation de l’espace de stockage, les utilisateurs devront y réfléchir à plusieurs fois avant de se décider.

iPad’place…

Autre facteur, le coût au Gigaoctet risque d’augmenter fortement compte tenu du supplément en Megaoctets. Si autrefois un utilisateur d’iPad 1/2 pouvait allègrement dépasser le cap des cinquante applications installées sur son appareil, l’apparition de jeux taillés pour le nouvel iPad, gourmands en espace de stockage et la popularité croissante des contenus multimédia en haute qualité (nous pensons là aux photos prises avec le nouvel objectif du nouvel iPad) fera indiscutablement diminuer le nombre d’applications à même d’être installé sur les iDevices.

Adapter ses habitudes d’utilisation

En définitive, l’essor de contenu haute définition compatible avec la qualité d’affichage de la nouvel tablette d’Apple risque de modifier les habitudes des utilisateurs. Au lieu de stocker systématiquement sur la mémoire de l’appareil clichés et vidéos, il sera préférable sur la version 16Go de transférer ces contenus soit dans le cloud soit sur son ordinateur. En ce qui concerne les téléchargements, il sera également nécessaire de garder toujours un oeil sur leur poids ainsi que de procéder à des tris réguliers des applications gourmandes en espace mais que l’on utilise finalement peu, histoire de grappiller quelques précieux Megaoctets.

Source: Source