Condamné à 466 tweets d’excuses ?

Business

Par Pierre le

La campagne présidentielle avait déjà un niveau assez bas, mais là, nous touchons le fond. Un internaute, qui avait insulté Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean François Copé, se voit réclamer 466 tweets d’excuses, sous peine de 46 600 € d’amende. NKM et Copé réclament également 1 € de dommages et intérêts pour le préjudice moral. Baptiste Fluzin, alias @soymalau, devra donc, selon le jugement, recopier 466 fois « j’ai gravement injurié Jean-François COPE et Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET. Je le regrette et leur présente mes excuses ».

Pourquoi 466 ? Car c’est tout simplement le nombre de vues sur le tweet de monsieur Fluzin. On ne peut qu’être interloqué par cette histoire absurde, qui fait penser à une punition d’école. Baptiste Fluzin verra son sort scellé au jugement le mois prochain. Sur son blog, l’accusé se défend et déclare :

Contrairement à un certain député UMP (Lionnel Luca pour ne pas le nommer), coutumier des insultes lui aussi, je ne vais pas invoquer la liberté d’expression chérie, qui serait soi-disant en péril. J’ai injurié ces personnes sur mon compte Twitter, sans finesse, sans chercher le bon mot, point barre. Je n’ai aucun respect pour NKM et Copé. Ça n’excuse pas l’insulte. Mais ne me dites pas que je n’ai pas été provoqué. Chaque mot qui sort de leur bouche est une provocation à la France que je désire pour mes enfants, une France de l’intelligence, de la solidarité, du vivre ensemble.

L’affaire est vraiment curieuse et nous fait se poser des questions. En pleine campagne, où les politiques s’insultent grassement sous couvert de bons mots, le citoyen est soumis à la même règle que les journalistes sur la diffamation.

Source: Source