Charges suspendues pour cet homme qui espionnait les mails de sa femme

Sur le web

Par Domejean le

Un américain a été disculpé de toutes les charges portées contre lui, alors qu’il était accusé de lire les emails de sa femme, afin de déterminer si elle avait une liaison. Le compté d’Oakland a laissé tomber les accusations portées contre cet homme, puisque visiblement, sa femme fouillait également, mais elle, dans ses SMS.

Leon Walker, 34 ans, est le troisième mari de Clara. Il commençait à devenir suspicieux lorsqu’une nuit, cette dernière n’est pas rentrée à la maison. Walker commence à lire le courrier électronique de sa femme, sur l’ordinateur partagé de leur maison. Il apprend alors qu’elle a une liaison avec son deuxième mari, un homme qui avait déjà été arrêté par la police parce qu’il frappait sa femme devant leur enfant. Walker, inquiet pour la sécurité de l’enfant, en parle donc au premier mari de Clara. Un cas d’espionnage conjugale qui attire tout de suite l’attention des médias.

Retournement de situation, la semaine dernière, le procureur a présenté un CD contenant des emails de Clara, qui prouvent que pendant qu’ils étaient encore mariés, elle se permettait de lire les SMS de son mari, Leon Walker. De ce fait, étant coupable du même acte, les procureurs ont dû abandonner l’affaire.

Mais Leon Walker était confronté à un deuxième chef d’accusation, celui d’avoir tenté d’accéder à la base de données de la justice, ce qui est constitué comme une violation du droit de l’État. Walker, aurait demandé à un collègue comment accéder à la base de données pour voir si quelqu’un d’autre dans le comté avait déjà été accusé d’espionnage via email. Une charge qui a également été abandonnée, les procureurs estimant que Walker avait peut-être reçu l’autorisation d’utiliser le système ou, qu’il n’avait pas été correctement informé sur l’utilisation restreinte de ce dernier. Sur son blog, ce dernier se réjouit :

Je suis libre. Toutes les charges contres moi ont été abandonnées après 2 ans, 5 mois et 19 jours à supporter cette bataille pour ma liberté, pour mon nom, pour le droit de protéger ma fille. Je suis libre.

Leon Weiss, l’avocat de monsieur Walker, espère qu’un jour la loi va évoluer concernant le statut du piratage. En effet, est-ce réellement un viol de la vie privée si deux époux regardent les mails reçus sur un ordinateur partagé ?

Source: Source