Apple vs Samsung : le constructeur coréen face à un mur

Apple

Par Pierre le

Le procès opposant Apple à Samsung se poursuit, et comme tous les jours, les péripéties et les retournements de situations s’enchaînent. Aujourd’hui, c’est encore Apple qui a la main, aidé par la juge Lucy Koh en charge de l’affaire. Samsung avait en effet accusé Apple d’avoir altéré une image d’un de leur produit pour le faire ressembler le plus possible à un iPhone. La Pomme avait présenté durant l’audience une image de l’Epic Touch 4G dont l’OS ressemblait fortement au design des appareils de la firme de Cupertino. Samsung a riposté en argumentant que cette image n’était pas la représentation actuelle des choses au vu des mises à jour faites.

Mais la juge Lucy Koh n’a rien voulu entendre. La faute à une photo présentée à la juge et prise par Samsung, qui montrait une image non modifiée selon le géant coréen. Samsung a en effet déclaré que la photo avait été pris dimanche, mais sur celle-ci la date indiquait d’hier ! La juge a donc jugé que la photo était irrecevable, malgré le fait que l’avocat de Samsung ait admis avoir interchangé les dates par erreur.

Pourquoi est-ce que votre écran d’accueil ne montre pas la barre de recherche Google, alors que vous me dites que le téléphone dispose bel et bien d’une boîte de recherche Google ? Je trouve qu’il n’est pas crédible qu’Apple ait trafiqué les images de ces téléphones,

a déclaré la juge Lucy Koh. Dans le même temps, Apple a appelé à la barre Susan Kare, une designer, pour témoigner sur les appareils produits par Samsung. C’est le deuxième designer appelé à la barre par Apple, après Peter Bressler il y a deux jours. Cette fois, Susan Kare était invitée à s’exprimer au sujet du design des icônes des téléphones Samsung, dont la ressemblance est au-delà de la coïncidence, selon elle. Elle a même déclaré que Samsung a délibéré mimé les icônes des appareils iOS pour semer le doute dans l’esprit des consommateurs. Elle a également pointé que dans la téléphonie, il était possible de faire des design différents, en prenant l’exemple de BlackBerry OS.

Susan Kare est une designer reconnue, qui a conçu des icônes de Microsoft, IBM, Facebook, entre autres. La témoin a même travaillé pour Apple, durant les années 80, dessinant les icônes de Mac OS. Bref, un deuxième témoin appelé à la barre par Apple et qui accuse Samsung de copie intentionnelle.

Apple a appuyé son propos avec un document interne de chez Samsung qui est censé démontrer le plagiat intentionnel de la firme coréenne. Dans ce document de 132 pages traduit du coréen à l’anglais et datant de 2010, Samsung expliquerait pourquoi le Galaxy serait meilleur s’il était un peu plus ressemblant à l’iPhone. Le document évoque principalement l’interface TouchWizz de Samsung, disséquant tous les points, du calibrage du clavier virtuel au design de l’icône du calendrier, en passant par le menu d’applications. Bref, un coup dur pour Samsung, qui lui s’est vu refusé par la juge des pièces à conviction démontrant que non, ils n’ont pas copié l’iPhone.

Samsung, lui, s’est dit blessé par les accusations d’Apple par la voix Justin Denison, l’une des têtes pensantes de la firme coréenne. Appelé à témoigner à la barre par la Pomme, l’homme a jugé que l’accusation de copie par Apple était insultante.

Ce que nous voudrions c’est juste concourir sur le marché. Nous continuons seulement à essayer de livrer les produits dernier cri au plus grand nombre possible de consommateurs

A-t-il déclaré au jury. Le procès se poursuivra pendant encore un peu plus de 15 jours, et Apple a l’air d’avoir l’avantage pour le moment, jusqu’au prochain rebondissement.

To be continued…

Source: Source