P2P : l’industrie du porno a les boules

JDG Network

Par Moe le

Déjà pointés du doigt par les utilisateurs mais aussi des cabinets d’avocats américains pour leurs pratiques douteuses de « négociation à l’amiable », les acteurs de l’industrie pornographique se retrouvent cette fois confrontés à des candidats de taille : les fournisseurs d’accès.


Comcast et AT&T (qui fait décidément parler de lui ces derniers temps) deux des plus importants fournisseurs d’accès américains se retrouvent assignés en justice par Lightspeed Media Corporation. Sous ce nom se cache une société de production de films pour adultes, bien décidée à obtenir de ces deux fournisseurs les adresses IP de quelques 6000 individus accusés de vol de propriété intellectuelle.

Certainement très au fait des méthodes de Lightspeed Media Corporation et d’autres à l’encontre des internautes suspectés, Comcast et AT&T auraient refusé de fournir les adresses IP incriminées, allant jusqu’à (selon les avocats de la société de production) entraver les procédures d’identification des filous :

Les FAI ont choisi de s’interposer dans ce litige, d’interférer avec les ordres de la Cour, de se soustraire à des assignations, et ce pour prévenir et empêcher [Lightspeed] de connaître l’identité de ces abonnés qui ont piraté et le volé des contenus de son site web

Seulement voilà, la justice américaine s’est refusée en première instance puis en appel à forcer les FAI à fournir les données qui font débat, raison invoquée : les utilisateurs visés ne résident pas dans l’état ou a été déposée la plainte, en l’occurrence l’Illinois.

Lightspeed ne compte pas en rester là et a annoncé vendredi dernier qu’aux 6000 internautes poursuivis, s’ajoutent désormais les deux FAI accusés de protéger les utilisateurs mais également de tirer un bénéfice lié aux activités illégales de leurs abonnés.

Source: Source