La première condamnée pour piratage refuse de travailler pour la RIAA

Business

Par Pierre le

Jammie Thomas-Rasset est une mère de famille américaine comme les autres… en apparence. La femme vit en réalité un véritable calvaire financier depuis des années. Elle a en effet été condamnée en 2007 par la justice américaine à payer une très lourde amende de 220 000 dollars. Son crime ? Avoir téléchargé illégalement des chansons.

american-flag-2a

En 2005, Jammie Thomas-Rasset a en effet téléchargé 24 chansons sur Kazaa. La RIAA, puissant lobby américain de la défense des droits d’auteurs a porté plainte et la justice a décidé de faire de l’Américaine un exemple. La situation aurait pu tourner plus mal, la justice lui demandant dans un premier temps plus de 1 million de dollars de dommages et intérêts. Mais cette décision avait été annulée.

220 000 dollars, c’est une somme. La mère de famille ne peut plus payer et est au bout du rouleau, surtout que la Justice de l’oncle Sam a invalidé sa demande d’annulation du verdict en mars dernier.

Mais dans sa grande bonté, la RIAA a décidé de régler l’affaire d’une autre façon. Afin de réduire l’amende, le lobby américain lui a demandé de faire l’actrice pour un spot contre le piratage. Elle devait ainsi montrer l’exemple et dire des choses du style « le piratage, c’est mal ».

Mais si Jammie Thomas-Rasset est ruinée, elle a encore de l’amour propre. La femme a en effet refusé de participer à cette publicité, préférant encore payer son amende. Une réaction compréhensible pour cette Américaine qui a connu la célébrité malgré elle.

Source: Source