Free accusé de publicité mensongère sur le très haut débit par l’ARCEP

culture geek

Par Elodie le

La compétition entre les FAI/opérateurs mobiles ne faiblit pas. C’est à qui aura le meilleur réseau, SAV, haut débit, etc. à coup de grand renfort de publicité. Dans cette course concurrentielle tout est permis, avec parfois quelques débordements. Comme Free qui vient d’être rappelé à l’ordre par l’ARCEP.

Rodolphe_Free

 

Récemment, Free n’était pas peu fier d’annoncer le haut débit à 1 Gigabit/seconde. Sauf que l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) vient de tancer sévèrement et publiquement l’opérateur via un communiqué de presse dans lequel elle l’accuse de publicité mensongère pour avoir proposé une offre qui est « de nature à induire en erreur les utilisateur ».

En effet, quelques heures avant ce communiqué, Free annonçait une « révolution » et proposait des performances inédites pour les abonnés de la Freebox Révolution : « le débit en fibre optique le plus rapide d’Europe » et ce, sans modifier le prix de leur abonnement. Plus clairement, une augmentation de débit passant à 1 Gigabit/seconde en téléchargement (réception/descendant) et à 200 megabits/seconde en montant (émission/upload).

Oui, mais non. Le gendarmes des télécommunications a estimé qu’un tel débit est « tributaire non seulement du dimensionnement du réseau d’accès sur lequel Free communique aujourd’hui, mais dépend aussi du dimensionnement de l’ensemble de son infrastructure (collecte, interconnexion, etc.) ». L’ARCEP accuse donc Free d’enjoliver légèrement les choses. Traduction, de faire de la publicité mensongère. Pas bien.

De tels résultats, purement théoriques, ne correspondent pas à des services pouvant être effectivement offerts au grand public […] la promesse de Free ne correspondra donc pas à l’expérience de ses clients

L’autorité de régulation, qui n’a pas pour habitude de réagir à une offre sortie dans la journée, en profite pour lancer un message à tous les opérateurs en leur précisant qu’ils sont « tenus d’assurer la transparence des offres qu’ils proposent aux utilisateurs, et d’agir de façon loyale vis-à-vis de leurs concurrents ».

Free n’en étant pas à sa première réprimande sur le sujet.

 

Source Challenges