[Test] Race The Sun – Jouez à ça plutôt qu’à Candy Crush [PC]

Par Corentin le

Race The Sun n'est pas un runner lambda. C'est un runner dans lequel vous faites la course contre le soleil. Si le...

Race The Sun n’est pas un runner lambda. C’est un runner dans lequel vous faites la course contre le soleil.

Race The Sun 0

Si le soleil se couche, c'est fini.
Si le soleil se couche, c’est fini.

Le concept est limpide. Dans ce “petit jeu”, vous contrôlez un petit planeur propulsé par l’énergie solaire. Le soleil se couche, vous devez rester le plus longtemps possible dans la lumière pour rester en mouvement. Si la nuit tombe, c’est game over. Si vous heurtez trop violemment un obstacle, c’est game over aussi. Le jeu se jouant sur de petites sessions, le game over n’est jamais très grave.

Les graphismes sont minimalistes. Beaucoup de blanc, des formes géométriques simples. Le ciel passe du blanc/gris au rouge/noir quand le soleil se couche, ce qui fait que l’environnement entier est le timer du jeu. C’est intelligent.

Les sauts peuvent vous sauver la vie.
Les sauts peuvent vous sauver la vie.

Pour retarder l’inexorable, vous devrez récupérer des boosts sur le chemin qui, en plus de vous donner une soudaine accélération, fera remonter un peu le soleil dans le ciel. D’autres items parsèment votre parcours, comme des points bonus (qui s’additionnent en combo), des sauts à utiliser quand vous le voulez (en nombre limité), ou même un bouclier qui vous sauvera une fois d’une éventuelle collision.

Mais toutes ces petites choses s’ajoutent au fur et à mesure que vous faites vos preuves dans le jeu. Au tout début, avec votre aéronef niveau 1, c’est juste vous contre le soleil. Votre appareil s’améliore de lui-même en réussissant des objectifs qui peuvent être simples, comme le fait de parcourir une certaine distance, ou bien, plus durs, comme le fait de ne tourner qu’à droite pendant toute une portion du jeu.

Après une certaine distance, des ennemis viendront vous mettre des bâtons dans les roues.
Après une certaine distance, des ennemis viendront vous mettre des bâtons dans les roues.

Plus tard dans le jeu, vous pourrez même apporter des modifications au vaisseau : aimant pour attirer les items, espace de stockage pour un saut supplémentaire, etc. Le gameplay part ainsi de quelque chose de très simple, de très pur, pour, très graduellement, passer à quelque chose de plus profond, de plus complexe, de plus prenant.

Même le système de scoring est intéressant. Allez le plus loin possible lors d’une tentative, inscrivez un score personnel, et passez le relais à un ami sur les réseaux sociaux. Vous pourrez relancer jusqu’à 4 fois la course avec 3 autres joueurs pour tenter de faire la plus belle performance collective. Il y a quelque chose de beau là dedans. Mais c’est vrai que tant que le jeu ne bénéficiera pas d’une meilleure notoriété, vous n’utiliserez pas énormément cette fonctionnalité. Aussi, un nouveau parcours est généré toutes les 24 heures, assurant un certain renouveau.

Race The Sun est un petit titre inconnu, pas cher, sans prétention et qui vous garantira des heures de jeu. C’est à la fois planant (ah ah) et intense, qui mettra vos skills et votre patience à l’épreuve. Si vous avez du temps à perdre au bureau ou chez vous, passez-le plutôt sur Race The Sun que sur la saga des bonbons concassés sur Facebook. Après, ça vous regarde.

Race The Sun, c’est sur Mac, PC et Linux, il est vendu sur son site officiel pour 10 $.

stopwatch 6 min.