iPad Air : sous l’écran, de la colle et un cauchemar à réparer

Tablettes

Par Olivier le

Comme il fallait s’en douter, l’iPad Air sorti hier dans toutes les bonnes fruiteries, a fait l’objet d’un démontage en règle par les fous furieux de l’autopsie iFixit. Sans trop de surprise, la nouvelle tablette grand format d’Apple se révèle particulièrement difficile à ouvrir et surtout, à réparer. De fait, l’iPad Air écope d’une note […]

Comme il fallait s’en douter, l’iPad Air sorti hier dans toutes les bonnes fruiteries, a fait l’objet d’un démontage en règle par les fous furieux de l’autopsie iFixit. Sans trop de surprise, la nouvelle tablette grand format d’Apple se révèle particulièrement difficile à ouvrir et surtout, à réparer.

NVu1E3dGJ3RJOvEI

De fait, l’iPad Air écope d’une note de 2 sur 10 en terme de réparabilité – pas terrible donc, mais un tout petit peu mieux que la Surface Pro 2 et son riquiqui 1 sur 10. Le petit point supplémentaire provient de l’écran, dont la dalle LCD et le verre protecteur sont séparés, ce qui facilitera le remplacement de l’un ou de l’autre des composants.

La batterie se montre elle horriblement difficile à retirer au vu de la quantité d’adhésif et de colle qui la maintient solidaire avec le reste de la coque. Par contre, elle n’est pas attaché à la carte-mère, ce qui est un bon point. La batterie est un modèle à deux cellules, contre trois pour l’iPad 4. De même, elle se révèle moins bien dotée : 32,9 WHr, contre 43 WHr. Pourtant, l’autonomie est identique d’une génération à l’autre. À l’intérieur, on ne trouve pas trace d’un indice de la présence -avortée- d’un capteur biométrique.


Source: Source