Bill Gates Vs Mark Zuckerberg, vers une guerre de générations ?

culture geek

Par Elodie le

Les piliers de l’Internet ne se livrent pas qu’une guerre des chiffres : chiffres d’affaire, richesse ou nombre d’utilisateurs. L’enjeu se situe notamment sur la construction d’un projet, d’une vision. Oui, certains se prennent certainement pour des messies d’une nouvelle ère mais là, c’est un autre problème. Aujourd’hui, nous assistons à une autre forme de guerre. […]

Les piliers de l’Internet ne se livrent pas qu’une guerre des chiffres : chiffres d’affaire, richesse ou nombre d’utilisateurs. L’enjeu se situe notamment sur la construction d’un projet, d’une vision. Oui, certains se prennent certainement pour des messies d’une nouvelle ère mais là, c’est un autre problème.

guerre_des_mondes

Aujourd’hui, nous assistons à une autre forme de guerre. Insidieuse, sans arme (de guerre traditionnelle j’entends), ni haine (?, ça reste à définir) ni violences (on verra par la suite) mais par médias interposés. Une guerre de… générations !! (à prononcer en marquant le suspense et avec la voix de John Mc Clane pour plus de frissons). Bill Gates contre Mark Zuckerberg.

Après avoir engrangé des milliards grâce à sa compagnie Microsoft, fondée en 1975 avec Paul Allen, Bill s’est rangé des voitures depuis peu. Il a laissé le siège de PDG de la compagnie et s’affaire désormais à la lutte contre le paludisme et autres activités philanthropiques avec sa femme via sa fondation Bill & Melinda Gates. Pour autant, il clame toujours son amour pour la technologie et la high tech, bien qu’il reste pondéré sur ses bienfaits et son importance pour venir en aide à l’humanité. Ainsi, dans le Financial Times il déclare qu’aussi « incroyable » soit la technologie, il reste pourtant sceptique concernant son potentiel pour sauver le monde.

J’adore vraiment la technologie. Mais, si nous voulons améliorer la vie sur terre, il y a des priorités plus fondamentales à gérer, comme la survie et la nutrition des enfants […]. Les PC ne sont pas, dans la hiérarchie des besoins humains, dans les cinq premiers échelons

Faisant référence à la pyramide des besoins de Maslow, comme le souligne Big Browser.

Une pensée que d’aucuns considèrent comme une attaque frontale envers les maîtres actuels de la Silicon Valley, tels Google ou Facebook, qui multiplient les projets pour tenter de connecter à Internet les milliards de personnes qui ne le sont pas encore et ce, d’ici la fin de l’année.

En août de cette année, Bill Gates avait déjà critiqué Google et son projet Loon for all qui prévoit de déployer des ballons connectés dans les airs afin d’apporter Internet aux zones les plus reculées. Dans une interview à Business Week, il avait avoué ne pas croire que ce type de projet puisse sauver le monde, un ordinateur ne soignant pas un enfant de la malnutrition. La priorité est ailleurs…

Bill : I'm your father. Mark : ?
Bill : I’m your father. Mark : ?

Cette fois-ci, il enfonce le clou concernant Mark Zuckerberg. Dans une interview à Wired à la fin de l’été, le boss de Facebook vantait les mérites de son projet Internet.org (en partenariat avec Samsung, Nokia, Qualcomm, Ericsson, Opera Software et Mediatek) dont l’objectif avoué est de connecter les 5 milliards de personnes présentes dans les pays pauvres : « L’internet est un fondement important pour améliorer le monde ». D’autres y ont surtout vu un moyen d’étendre, dans « des pays à potentiel de croissance », les cibles potentielles d’un marché arrivant à saturation dans les pays dits « développés ».

Ce que Bill Gates ne s’est pas fait prier de souligner dans son entretien au Financial Times sans renier l’intérêt d’un tel projet apportant une connectivité globale. Lorsqu’il lui est demandé si fournir une connexion globale à la planète a plus importance que la découverte d’un vaccin contre le paludisme, le co-fondateur de Microsoft est on ne peut plus explicite : « Comme priorité ? C’est une blague. » Pour ensuite en rajouter une petite louchée sur les valeurs que pourrait avoir une personne qui penserait de telle chose :

Qu’est-ce qui est le plus important, la connectivité ou un vaccin contre le paludisme ? Si vous pensez que la connectivité est l’élément-clé, c’est super. Mais moi, non

Lors du lancement de son projet, Zuckerberg disait alors que connecter la planète entière était « l’un des plus grands défis de notre génération ».

Deux visions qui s’affrontent (ce qui n’empêche pas Microsoft d’être actionnaire de Facebook) et deux hiérarchies des priorités également. En tant que jeune retraité philanthrope, les priorités de Bill Gates ne sont certes plus les mêmes que celles d’un jeune loup de l’économie high tech. On pourrait dire que Zuckerberg parlent à des investisseurs, des actionnaires (présents et futurs) tandis que Gates s’expriment désormais à qui veut bien l’entendre et à des mécènes potentiels notamment.

Depuis sa mise à la retraite – et bien avant – il a investi des milliards de dollars dans la lutte contre le paludisme, en a donné à des œuvres de charité et compte leur céder 95 % de sa fortune. Une activité fort louable qui ne l’empêche pas de rester une personne de poids dans l’univers tech, d’investir dans d’autres sociétés et d’être prié de rendre définitivement les clés de Microsoft après le départ de Steve Balmer.

 

Source Big Browser