Infographie : pourquoi 7 projets informatiques sur 10 échouent

Sur le web

Par Elodie le

Il vous est certainement déjà arrivé de démarrer un projet, plein d’enthousiasme et d’entrain, de récolter quelques infos de ci, de là, d’interroger deux, trois personnes, de rédiger plusieurs notes et puis… plus rien. Projet mort-né.

projets_informatiques_codendi
Capture d’écran – “Dans la publicité”

 

Ce n’était malheureusement pas le premier et ça ne sera sans doute pas le dernier. Codendi, plateforme collaborative de gestion de projet informatique est parti du constat que 7 projets informatique sur 10 n’aboutissent pas dans les temps voire jamais. Quel est ce mal qui frappe les chefs de projet et leurs collègues ? Codendi a identifié 8 VRAIES causes comme autant de raisons possibles et valables. Le tout, en une infographie.

De la demande du client qui est confuse, aux collègues qui partent avec des informations importantes chez eux aux réunions sans queue ni tête, vous avez l’embarras du choix pour vous reconnaitre ou ceux qui bossent avec vous. Vous pouvez également apporter votre pierre à l’édifice en nous donnant vos raisons.

Au Journal du Geek, on a pensé à ce mal insidieux qui touche 90% des français au moins une fois dans leur vie : la procrastination. On dit ça, on dit rien 🙂

infographie-codendi_projets_informatiques

 

Source Codendi

21 réponses à “Infographie : pourquoi 7 projets informatiques sur 10 échouent”

  1. Bon je veux pas lancer les trolls ou quoi que ce soit, mais il faut que cette “Elodie” arrête de poster des articles. Ou qu’elle continue sur un site perso et pas sur le JdG. Bikoze là on n’a ni substance, ni donnée intéressante, ni analyse, ni contexte, ni aucun travail de recherche. C’est ce qu’on appelle un repost. Et ça n’a rien à faire sur ce site. Quitte a présenter une plateforme comme Codendi, autant créer un article dédié et explicatif.

  2. “procrastination” je n’aime pas ce mot. Vilain à lire, dur à prononcer. Quand c’est que l’académie française va se décider à inventer un synonyme plus sympathique ?

  3. “pro…procra…” oh pis merde je le prononcerais plus tard !

    J’ai appris dans mon école-de-commerce-trop-cher que c’est à peu près le même ratio, pour tous les types de produits. Dans ce qu’il y a en rayon dans votre super marché, les produits sont les survivant d’une véritable sélection naturelle.

  4. C’est pas aussi simple que ça. En général c’est un mélange de plusieurs facteurs :
    – côté clients : la plupart ne sait pas combien il faut de temps pour réaliser ce qu’il souhaite, ensuite ils valides des documents sans les lire, puis change d’avis après les signatures
    – côté SSII : certains commerciaux n’écoutent pas les avis techniques et vendent dans les délais souhaités par les clients. Certains chef et directeur de projet se laisse imposer les délai par les commerciaux. Les devs ne peuvent/veulent pas, ou ont ordre de ne pas faire de documents qui pourrait aider à la transmission du savoir lors du turnover. etc…

  5. super “article”, soit on fait de l’info et on le sait déjà soit on en fait pas en on s’en fout… A part ça, la plupart des raisons invoquées ne sont pas spécifiques à l’informatique.

  6. jdg: “pourquoi 7 projets informatiques sur 10 échouent”
    Infographie: “pourquoi 7 projets informatiques sur 10 n’aboutissent PAS DANS LES TEMPS”

    Titre trompeur, article dénué de substance, infographie inintéressante, sans chiffres, pub pour Codendi… Cet article est de qualité assez médiocre, c’est dommage.

  7. En même temps, si tu prends un projet avec 3 lignes shame on you, si tu ne sais pas mettre le nombre de personne sur un projet, toi ou ton entreprise est naze et avec les données lancées dans l’infographie. Ton entreprise est nazes et ceci n’est possible avec aucune entreprise.

  8. En même temps pensez un peut à la prime du commercial comment il fait lui hein ?
    Le codeur il code, le commercial il rapporte des sous.

  9. Tellement vrai, ‘e codeur il code, le commercial il rapport des sous, mais normalement l’acheteur il paye tout ce petit monde…un bon acheteur se devrait d’acheter le meilleur rapport qualité prix, helas l’acheteur il n’y connait rien (et il a même pas l’idée de demander a qqun qui sait) et il achète sur le seul critère du prix et au final étrangement ca marche pas. Le gros soucis c’est que ca n’est pas exclusif a l’informatique… Pourtant dans tout les domaines il y a des gens qui savent, des gens pour qui le monde réel c’est leur métier leur passion, ils ont les pieds sur terre et du bon sens, mais on les consulte rarement.

  10. L’une des pires infographies qu’il m’ait été donnée de voir à vrai dire. Y’a rien là dedans sinon des lieux communs balancés à la va-vite et qui finalement son applicables à n’importe quel projet, ne serait-ce qu’aller à la boulangerie acheter une brioche…

    Franchement la cause n°1 “la demande du client tient en quelques lignes”. Rien que ça démontre la profonde méconnaissance de la gestion de projets qu’a celui qui a créé cette infographie. Je ne parle pas des autres cas qui ne font rajouter à la blague tellement ils relèvent d’une organisation qu’a toute entreprise faisant un minimum de chiffre. Au final tout ça n’est applicable à la rigueur que pour une start-up et encore, étant moi-même responsable de projet en start-up le premier réflexe est de pallier à ces soit-disant cas.

    Bref au final c’est encore une personne ou cabinet se prétextant expert qui nous a pondu une ineptie de ce type et après on remerciera encore ces personnes pour leur vision éclairée bien entendu.

    PS : je viens d’aller voir ce qu’était Codendi, et voilà la réponse est là, cette infographie n’est qu’une simple pub, un élément de communication sans fondement et à but seulement marketing. Mais au JDG on va nous présenter ça comme le saint Graal qui va enfin nous faire comprendre pourquoi 7 projets sur 10 échouent!

  11. @ systemic : si il est vrai que cette infographie ne semble reprendre que des lieux communs personnellement je ne suis pas expert en management ni en gestion mais j’ai pourtant compris en remarquant la simplicité des problèmes évoqués dans l’infographie que cela ne pouvait justement que concerné des projets au stade d’éllaboration pourrait t’on dire primaires ?Enfin bref vous même l’avez remarqué alors à quoi bon fustiger et comparer des start ups à des projets naissants alors même que vous connaissez la différence et que la cible ici marketing est clairement le second type ?car il me semble qu’une star up qui engendre des bénéfices n’est déjà plus qu’un simple projet et donc oui il s’agit d’une pub …
    Là où il y a souci et là je m’adresse à élodie c’est effectivement la promesse transmise par le titre en contradiction avec le fond de l’article , essayez peut être de pondérer un peu plus vos entêtes cela évitera les commentaires désagréables pas forcément utiles si ce n’est de souligner ce point ci.

  12. Infographie sympa dans lesquelles on retrouve des situations vécues même si il en existe d’autres… mais ce serait trop long à lister sur un seul schéma !
    Je ne comprend pas les remarques désagréable vis à vis du sujet et encore moins contre Elodie (que je ne oonnais pas).

  13. Le projet qui commence avec des idées simples, une réalisation simple et qui se complexifie sans que les compétences nécessaires soient ajouter au projet au fur à mesure. Le projet prend du retard, devient de plus en plus usine à gaz et ça se termine généralement pas très bien.

  14. Que fait l’administrateur? Là est la vraie question de ce sujet, qui est bon pour…
    … les oubliettes
    De plus ça donne une image négative du site, encore pour une page facebook ça passe, mais là c’est trop bidon!

  15. Juste un petit détail :
    Pour ceux qui tiennent des projets mais qui ne sont pas principalement des chefs de projets, il y a le facteur “temps”.
    Quand on a une pile de dossier à traiter qui passe en même temps ou en priorité sur le projets … ou même qu’un autre projet prend le dessus … à la longue le projet par aux oubliettes.

  16. Tout d’abord, je rejoins @deluges. C’est “article” montre une grande méconnaissance des projets et surtout fait porter une grande partie des problèmes sur le client !
    D’une part, la première cause de foirade d’un projet informatique c’est surtout que la phase d’expression de besoin et de cahier des charges est mal faite. A partir de là, tout est déjà mort. Sans un on cahier des charges, valider par le client (AMOA, MOA) et l’équipe projet (MOE), tout le reste va forcèment être bancal car pas anticiper !
    Après, par expérience, il y a aussi des équipes de développement qui ne savent pas remplir un cahier de recettes, répondre via ce cahier de recettes, faire un reporting, régulier, etc…
    Mais les 8 raisons, sont quand même vues par le bout de la lorgnette !
    En gros,7 projet sur 10 n’aboutissent pas par manque de professionnalisme !
    Car un bon chef de projet fonctionnel ou technique sait par ou commencer un projet (et ce qu’on soit en méthode Agile ou en méthode en V), il renseigne son projet au travers de livrable et de reporting (cahier des charges fonctionnel, cahier des charges technique, modèle d’interface, etc..).
    Mais au final, d’où vient ce chiffre de 7/10. En fait cet article est l’illustration de pourquoi un projet n’arrive pas au bout ! Reprise de chiffre qui sorte d’on ne sait pas où, issue d’une plateforme collaborative qui a mis cette info en ligne pour faire sa pub ! Bien le journal du geek. Quand on est journaliste on essaie de recouper ses sources !

  17. Bienvenue au JdR, Journal du Repost. Il ne ressemble plus à rien ce site, un coup de traduction (avec Google Traduc) et puis voilà.

    Faites nous un article sur “Pourquoi 7 blogs sur 10 échouent”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *