Xavier Niel devrait s’offrir le Nouvel Obs avec Bergé et Pigasse

culture geek

Par Elodie le

Xavier Niel, patron de Free et actionnaire dans plusieurs sites et médias en ligne (Médiapart, Bakchich, Deezer) va s’offrir Le Nouvel Obs (et Rue89 en prime), accompagné de Pierre Bergé et Matthieu Pigasse avec qui il constitue le trio de propriétaires du groupe Le Monde.

Niel_LeMonde_NouvelObs

Son appétit semble sans limite : entrepreneur, business angel (Kima Ventures), patron de presse, Xaviel Niel devrait acquérir la majorité du Nouvel Observateur (papier et online) mis en vente par Claude Perdriel, son fondateur et actuel propriétaire, selon le Figaro et les Echos.

Accompagné des deux hommes d’affaires, c’est avec leur holding, LML (Le Monde Libre), qu’ils détiennent à parts égales, que l’achat devrait se faire, incluant par la même occasion Rue89, racheté il y a deux ans par le Nouvel Observateur. Le groupe Le Monde comprend le quotidien du soir donc mais également Courrier International, Le Monde Diplo ou encore Télérama.

Les trois hommes sont en effet en « négociation exclusive » avec Claude Perdriel pour racheter le magazine.

Selon le Monde, justement :

Selon nos informations, des actionnaires du Monde ont l’intention de prendre le contrôle du groupe de presse qui rassemble l’hebdomadaire, le site Rue89 (acquis par Claude Perdriel en 2011), Néalis (éditeur du service de conjugaison sur le site Nouvelobs.com) et la régie Support PA

Claude Perdriel aurait posé ses conditions, justifiant un prix de vente « peu élevé ». Selon le témoignage d’un salarié dans les Echos :

« Claude nous a expliqué qu’il mettait des conditions hors normes au rachat d’où le montant peu élevé des repreneurs ». Ironisant : « C’est bizarre que nous apprenions cela pour le premier jour des soldes ! »

Ainsi, dans un premier temps, Le Monde et Le Nouvel Obs resteraient deux entités distinctes. Selon l’AFP, l’actuel propriétaire souhaiterait rester président du comité éditorial du Nouvel Observateur dans lequel siègent la direction et la rédaction. Par ailleurs, il aurait réclamé le maintien de l’équipe dirigeante et de la ligne éditoriale ainsi que la politique « social-démocrate » du Nouvel Obs et enfin, la garantie qu’aucun licenciement ne se ferait sans son accord. Négociations en cours donc…

En revanche, Challenges et Science et avenir resteraient dans le giron de Perdriel. Le trio rachèterait 65% des parts du Nouvel Obs – 35% serait conservée par Perdriel – pour 13,4 millions d’euros, valorisant l’ensemble à plus de 20 millions.

Comme le souligne le Nouvel Obs, lors de l’annonce de la vente du  magazine en décembre, Claude Perdriel avait lui-même publiquement souhaité une intervention de Xavier Niel –  « un entrepreneur amoureux de la presse comme moi » – dans une interview au Figaro, considérant sensé un rapprochement entre le grand quotidien du soir et le magazine (quotidien qu’il avait tenté de racheter en 2010 échouant face au fameux trio). Néanmoins, l’Elysée n’aurait pas goûté le rachat par du newsmag par l’homme qui a tout compris. C’est alors que le trio aurait fait son entrée. Pourtant, interrogé par Le Monde à 9h ce matin, Pierre Bergé assurait encore : « Je n’ai pas l’intention de le faire. »

Quoiqu’il en soit, cet éventuel rachat va être scruté à la loupe par le secteur. Déjà en crise, Le Monde a annoncé une perte nette de 2 millions d’euros pour 2013. En octobre 2013, la rédaction de Courrier International se mettait en grève  pour protester contre le licenciement d’un tiers de ses effectifs décidé par le groupe. De son côté, Le Nouvel Obs devrait accuser une perte comprise entre 5 à 7 millions d’euros cette année.

Que deviendra Le Nouvel Obs sous l’égide du Monde ? L’avenir de Rue89 est-il en question ? Le site, acquit il y a deux ans, est en bisbille avec Le Nouvel Obs, se considérant cannibalisé par son nouveau propriétaire. Les journalistes du site s’étaient d’ailleurs mis en grève le 9 décembre et avaient lancé simultanément Rêve89.

Source: Source