Le président de Micromania estime que la Wii U pourrait être un « accident industriel »

Par Henri le

Après les fêtes de fin d’année, Pierre Cuilleret, président du groupe Micromania, a fait le point sur les ventes des nouvelles consoles et sur l’impasse dans laquelle se trouve la Wii U.

Pierre Cuilleret / Crédits DR
Pierre Cuilleret / Crédits DR

Interviewé par nos confrères de Challenges.fr, Pierre Cuilleret est revenu sur l’état de l’industrie vidéoludique. Les premiers retours chiffrés indiquent que la sortie de la PS4 et de la Xbox One semble avoir enthousiasmé les joueurs. Tellement que l’offre n’a pas pu répondre à la demande.

Les lancements de la PlayStation 4 de Sony et de la Xbox One de Microsoft ont tenu leurs promesses. Ils ont largement battu ceux de la PS3 et de la Xbox 360 […] Ce qui est dommage, c’est que l’offre n’a pas réussi à suivre la demande. Toutes les personnes qui n’avaient pas réservé avant le début du mois d’août n’ont pas pu être servi le jour du lancement.

playstationEPA

Si la Xbox One est trouvable relativement facilement dans les rayons, les gamers ayant commandé une PS4 devront prendre leur mal en patience. Sony ayant toujours la « préférence » historique des français.

Le vendredi 27 décembre a été le point de basculement. Avant cette date, ceux qui ont précommandé leur machine, peuvent espérer l’avoir en février. Après cette date, ce sera en mars. La console de Microsoft reste globalement disponible.

52079_p1_MH3wiiU

Concernant Nintendo, Pierre Cuilleret semble beaucoup plus sceptique. Comme de nombreuses personnes du milieu, il reconnaît sans peine le succès de la 3DS mais exprime de gros doutes quant à la Wii U.

Comme toujours avec Nintendo, dès qu’il y a de la publicité et que l’on approche de Noël, il y a une accélération des ventes. Mais plus sur 3DS que sur Wii U cette année. S’ils ne relancent pas leur console de salon avec des jeux, la Wii U est en passe de devenir un accident industriel. Mais comme toujours avec eux, ils sont assez détendus.

Vous pouvez retrouver l’intégralité de cet entretien sur le site de Challenges, à cette adresse.

stopwatch 3 min.