NSA : Microsoft va délocaliser hors États-Unis les données de ses utilisateurs étrangers

Sur le web

Par Olivier le

Les révélations du lanceur d’alertes Edward Snowden sur les écoutes de la NSA continuent d’avoir des répercussions dans le monde. Le Brésil a ainsi voté le principe d’une régionalisation des serveurs des services internet : si Google, Facebook et d’autres veulent continuer à opérer auprès des Brésiliens, alors leurs serveurs devront être installés au pays.

yqmbb6f--2

Ces serveurs se placeront ainsi en dehors de la juridiction américaine, loin des oreilles très indiscrètes de la NSA et donc beaucoup moins susceptibles d’être infiltrés. Dans un genre un peu semblable, Microsoft a décidé de prendre les devants : afin de ne pas s’aliéner ses utilisateurs non-américains, l’éditeur s’est engagé à ne pas stocker leurs données sur le sol des États-Unis.

Les informations privées de ces clients ne seront donc plus écoutables légalement par la NSA et autres organismes américains à trois lettres. Elles seront en revanche sous la protection des lois locales où sont localisés les serveurs. Un changement de politique intéressant, et un engagement fort à même de restaurer une confiance ébranlée par les documents d’Edward Snowden. Microsoft fait partie, avec bon nombre d’autres acteurs de l’informatique, des sociétés dont les données sont siphonnées par les oreilles indiscrètes de Washington.

Du côté de Google et de quelques autres sociétés internet, on s’oppose au stockage hors du territoire US pour des questions de coût. Mais si plusieurs pays prennent la même décision que le Brésil, ces services n’auront sans doute plus trop le choix, à moins de se couper d’une partie importante de leur clientèle.

Source: Source