Fleur Pellerin inaugure la French Tech

culture geek

Par Elodie le

Mercredi 29 janvier, Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Innovation, aux PME et à l’Économie numérique, présentait ses vœux à la « French Tech », ex Quartiers numériques, et lançait avec Louis Gallois, commissaire général à l’investissement, le label « Métropole French Tech ».

french-tech-fleur-pellerin

Les métropoles souhaitant développer leur écosystème numérique, et ainsi devenir une terre d’accueil attractive pour les start-up, pourront demander leur labellisation. L’ambition de ce label est de favoriser la croissance des start-up et leur conférer une visibilité et un rayonnement à l’international.

Le but est de « construire un grand mouvement de mobilisation collective pour la croissance et le rayonnement des startups numériques françaises. L’objectif, c’est de tout faire pour que les prochains Google naissent et se développent ici, en France et en Europe »

Pour Fleur Pellerin, les start-up représentent l’avenir mais pas seulement

Ce sont les meilleurs vecteurs de l’innovation, ce sont elles qui permettront la transformation numérique de la société et de l’économie française, ce sont elles qui nous permettront d’être des acteurs, pas de simples consommateurs, des prochaines vagues de l’innovation numérique ! Et de gagner la bataille de l’emploi

Les agglomérations de Paris, Marseille, Lyon, Grenoble, Nancy et Montpellier see portent déjà candidates. Montpellier qui s’est montrée la plus alerte en présentant son projet « Montpellier Unlimited » regroupant 1 100 entreprises dans le numérique fortes de 7 500 emplois et 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

French_Tech_slogan

Afin de se porter candidate à l’octroi du label « Métropole French Tech », les métropoles ont un cahier des charges à leur disposition. Pour être labellisées, elles devront s’appuyer sur :

« – un écosystème entrepreneurial numérique existant parmi les plus remarquables en France ;

– une stratégie ambitieuse de développement de cet écosystème ;

– des acteurs du territoire mobilisés et fédérées autour de cette stratégie ;

– des programmes opérationnels aux services de la croissance et de la visibilité des startups et des entreprises de croissance du territoire ;

– des espaces identifiés et des infrastructures favorables au développement de ces entreprises. »

Les candidatures sont permanentes et sans date butoir. Une fois labellisées, ces métropoles recevront un soutien financier inscrit dans les investissements d’avenir.

LaFrenchTech_web

Le label French Tech c’est aussi un logo… remarquable : un coq rose en origami ainsi qu’une plateforme dédiée : http://www.lafrenchtech.com/. Sur ce site web, tous les acteurs du numériques pourront retrouver, agenda, actualités, conseil, un réseau social pour partager ses projets, ainsi que des informations générales sur la French Tech : l’idée, la labellisation, l’accélération de la croissance des startups, l’attractivité internationale, l’équipe, etc.

Pour Fleur Pellerin, la French Tech doit contribuer à « la croissance et le rayonnement de l’écosystème numérique français« .


La French Tech c’est vous par frenchtech