MWC : Jolla et son Sailfish OS

Evénement

Par Gregori Pujol le

C’est au MWC que nous avons pu mettre la main sur le fameux smartphone de Jolla, cette marque finlandaise crée par des anciens de chez Nokia, avec son Sailfish OS.

Proposé à 399 euros, ce premier smartphone de Jolla intègre un écran IPS de 4,5 pouces (960 x 540), un processeur Qualcomm dual-core cadencé à 1,4 Ghz, 1 Go de RAM, un capteur photo de 8 mégapixels à l’arrière et 2 mégapixels à l’avant, le support de la 4G LTE, une autonomie annoncée de 9 à 10 heures, le tout dans un boîtier de 131 x 68 x 9,9 mm et un poids de 141 grammes.

L’appareil est plutôt agréable à utiliser, il offre une bonne finition avec une coque arrière personnalisable et un design global un peu différent de ce qui se fait habituellement. Mais l’intérêt de ce smartphone c’est surtout son OS, Sailfish OS, une sorte de mix entre WebOS, Windows Phone, BB10 et Android ! Fonctionnant pratiquement qu’avec des « gestures », Sailfish OS est un peut déroutant au premier abord. Manquant un peu d’ergonomie suivant les menus, l’OS mobile reste cependant assez simple dans les utilisations basiques et l’organisation de son espace. On notera au passage que Sailfish OS est compatible avec les applications Android, ce qui ne le coupe pas des milliers d’applications déjà disponibles.

Mais plutôt que de devoir investir quelques centaines d’euros dans un terminal avec un OS presque inconnu, Jolla propose également un lanceur d’applications pour Android, qui donne une petite idée de Sailfish OS et de son interface. Le constructeur le voit comme un cheval de Troie en quelque sorte, histoire de donner envie d’aller plus avant dans la découverte de cette plateforme dérivée de MeeGo. Autre nouveauté, Jolla a aussi promis de mettre en ligne le firmware de son système d’exploitation, à installer là aussi sur un mobile Android. La communauté gravitant autour de l’OS open-source a déjà réussi le portage de Sailfish OS sur un certain nombre de terminaux, mais il manque encore une méthode d’installation et de distribution plus formelle et plus simple pour le commun des mortels, cela devrait être prochainement le cas un peu comme le propose Ubuntu.

Jolla est encore loin d’être un acteur majeur de la téléphonie, mais il faut avouer que Sailfish OS a quelque chose de séduisant, un petit bout de chemin à faire et de bonnes idées. Reste à savoir si le grand public mais aussi les opérateurs sont prêts à accueillir un énième OS.

_DSC5927